Carnet de route d’Assise n°10 : de Gambassi à Chiusi

Semaine 10, du 29 juillet au 4 août, de Gambassi à Chiusi. Le groupe de marcheurs était composé de cinq retraités, Alexandra, Florence, Catherine, François, Jean-Marie et d’un cadre supérieur, Pierre-Michel.

Les moments marquants : pour l’une d’entre eux, inquiétée par l’épreuve que constitue le pèlerinage, dans la confusion d’un lever précipité, elle découvre tout à coup au-dessus d’elle, dans le monastère où nous sommes hébergés, une icône de la vierge qui la rassure immédiatement. A partir de ce moment là elle gardera à l’esprit cette protection et n’éprouvera plus l’angoisse par laquelle elle avait été saisie.

Pour un autre, c’est le désir de clarifier le sens de cette marche : un échange approfondi lors d’un repas à l’étape, après une messe et l’hospitalité bienveillante d’un curé dans une salle paroissiale, lui permettra de comprendre et d’exprimer ses vraies motivations.

Pour une autre encore, la beauté des paysages traversés et l’émerveillement qu’elle en a ressenti lui font éprouver à chaque nouvelle perspective un sentiment de gratitude pour le créateur.

Sur une remarque de l’un des pèlerins du groupe, une autre marcheuse prend soudain conscience de la prière des sœurs clarisses qui nous accompagne dans notre marche, et désormais ses pas sont rythmés par cette communion avec les sœurs de la congrégation dont nous fêtons le huit centième anniversaire.

Pour un autre, qui lui, marchait depuis Chambéry, la découverte d’une prière de Saint François à la vierge qui l’a particulièrement touché et qu’il a fait partager au groupe en arrivant à Chiusi.

Pour un autre enfin, les derniers mots de la prière que les groupes se transmettent de semaine en semaine, lui évoque la situation des pèlerins d’Emmaüs qui marchent avec le Christ à leur côté, sans être conscients de la lumière qui les accompagne. Quelle sera la révélation au bout du chemin ?

L’évocation de ces moments de spiritualité, choisis au milieu d’autres plus secrets, constituera l’essentiel de la cérémonie de passation de la prière cousue sur une toile et signée par tous les monastères associés au pèlerinage.

Quant au détail des journées, il a été ponctué par la découverte de paysages splendides, les efforts et la fatigue des marcheurs, particulièrement lorsque la chaleur était la plus forte, la soif et les douleurs articulaires, les discussions à deux ou à plusieurs lorsque la route ne montait pas trop, la recherche de l’itinéraire qui n’était pas toujours facile à suivre, la reconnaissance d’être accueilli lorsque l’hébergement n’avait pas pu être prévu.

Et au bout du compte, une grande satisfaction d’être ensemble, dans le même mouvement, l’esprit libéré des tracas de la vie quotidienne, avec le seul objectif concret de boucler l’étape transcendé par le sens que chacun attribuait à cet effort.

L’album photo complet

Be Sociable, Share!

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Assise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.