Carnet de route d’Assise n°4, entre St-Maurice-de-Rotherens et St-Jean-de-Maurienne

Semaine n°4, entre St-Maurice-de-Rotherens et St-Jean-de-Maurienne

Carnet de route d’Assise, du 17 au 23 juin. C’est Christian qui prend la plume pour nous raconter leur périple entre St-Maurice-de-Rotherens et St-Jean-de-Maurienne.

Nous étions donc quatre hommes : Benoit, laïc franciscain, qui travaille à l’hotellerie des Grottes Saint Antoine à Brive ; François, Bernard, tous deux retraités, et moi même, Christian, médecin généraliste. Hormis, Benoit et moi, nous ne nous connaissions pas les uns les autres.

Nous avons donc marché pendant sept jours à travers la Chartreuse puis le massif de Belledonne, sous un temps très clément (très peu de pluie, et un ciel souvent un peu nuageux qui nous a préservé d’un soleil trop mordant.

Difficile en quelques mots de rapporter nos expériences, si riches, si variées.

Milles raisons de s’émerveiller :
– d’abord devant une nature débordante de vie, de couleurs : ah ! les fleurs dans les Alpes au mois de juin ! , des paysages somptueux
– devant nos corps qui s’adaptent à la marche, certes en gémissant un peu !
– devant la richesse des rencontres, des partages au long du chemin : ces gens qui nous accueillent, cette dame qui nous donnent de quoi manger car tous les magasins sont fermés, cette bergère qui garde 1300 moutons sur l’alpage pendant tout l’été, cette dame qui nous prête gracieusement son gite pour la nuit, ce couple venu s’installer dans un village de trente habitants et qui relance l’activité locale…

Les passage de relais, tant à Saint Maurice qu’à Saint Jean furent de beaux moment, occasion de témoigner de notre démarche, et de réfléchir, sur notre condition de pélerins sur la terre, même lorsqu’on est de retour chez soi.

Les difficultés ? Je cherche encore !!
Bien sûr l’effort physique, les pieds endoloris, les muscles un peu raides, l’adaptation des rythmes et habitudes entre marcheurs, peuvent être vus comme des difficultés, mais ce sont surtout des défis et des occasions de s’enrichir les uns les autres.

La vraie difficulté, c’est le retour à la vie quotidienne, aux lourdeurs matérielles, aux choix du quotidien, que nous avions déposés durant la semaine ; les seuls décisions à prendre pendant la semaine: heure du lever ? thon ou sardine à midi ? à gauche ou a droite sur le chemin ? Quel bonheur !

Je voudrais encore mentionner, la bonne humeur sur le chemin, les réflexions légères ou sérieuses qui émergent au fil de la marche, les temps de prière simple, les temps de partage avec les paroissiens à Saint Bernard du Touvet et à Saint Jean de Maurienne.

C’est bon de savoir que d’autres ont pris le relais et marchent en ce moment, quelque part dans les Alpes Italiennes, en direction d’Assise !

C’est sûr, à la première occasion, je repars !!

L’album photo de Christian est consultable en ligne.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Assise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Carnet de route d’Assise n°4, entre St-Maurice-de-Rotherens et St-Jean-de-Maurienne

  1. Hugues dit :

    Pour info, il existe désormais un accueil chrétien paroissial pour les pèlerins d’Assise à l’Hospitalité et Chapelle Notre-Dame du ski de La Toussuire. Sur une variante du chemin entre le Col du Glandon et St Jean de Maurienne, plus courte en distance que par St Sorlin d’Arves, mais avec plus de dénivelée le premier jour (Le Rivier d’Allemont – La Toussuire) et moins le second (La Toussuire – St Jean ou St Michel de Maurienne). Contact: notredameduski@orage.fr , Web: chercher Notre-Dame du ski La Toussuire

Les commentaires sont fermés.