Carnet de route d’Assise n°8, de Cabanne à Gorfigliano

Carnet de route d’Assise, du 14 au 21 juillet. Catherine et Franck ont marché, en compagnie de Marie-Claire et Pierre-Marie, pour la huitième semaine de relais entre Cabanne et Gorfigliano. Ils nous racontent leur aventure.

Le jour du départ, à Cabanne, les pluies récentes ont gonflé le ruisseau qui se présentait à nous au bout de 50 mètres de marche… Dans quel guêpier nous nous sommes mis !

Pour nous, les innombrables sanctuaires ont été autant de haltes « pleines de Grâces »…

Au détour d’un chemin, peu avant le refuge de Prato Mollo, nous étions entourés de personnes tournées vers une même direction… Quel cadeau inespéré de la Providence ! Dans une chapelle ouverte, l’offertoire commençait tout juste ! Saisis, nous nous sommes agenouillé pour recevoir l’Eucharistie dominicale.

Nous avons rencontré le Poverello d’Assise (photo) ! Toujours la truelle à la main dès les matines vers 4H30 et jusqu’aux complies vers 22h ! Restaurant son église et l’abri des pèlerins mis à mal par un tremblement de terre en janvier ! (Depuis il n’a plus ni eau courante, ni gaz, ni électricité et il dort au fond de son église !) Sa bénédiction matinale a fait prendre un nouveau virage à notre pèlerinage. « Gracie mille frate Cristiano ! »

Vers le Passo de i Casoni, le chapelet s’est égrené au rythme des pas ; les cimes ont porté à la méditation et donné un éclairage nouveau sur nos vies…

De Abbazia di Caprasio à Aulla, le chemin d’Assise coupait l’antique Via Francigena. Nous y avons découvert ce grand saint pèlerin, Caprasio, que nous avons pris dans nos bagages… spirituels !

Pour nous, le chemin, c’est aussi renouer avec la nature jusqu’au bout : recherche d’un coin isolé pour des nuits inoubliables de camping sauvage sous les clartés du couchant, de l’aurore et le ciel étoilé, au son du chant des grillons, du carillon des cloches des églises et des animaux… et le martèlement des sabots d’un poulain insomniaque !

Cette semaine, notre chemin nous a souvent mené  « à fleur des crêtes », nous offrant des vues panoramiques époustouflantes !

A notre arrivée à Gorfigliano, le 21 juillet, Eduardo nous a accueilli : « Tu m’as montré le chemin d’Assise, je te montrerai le chemin vers les cimes… » Et nous avons rêvé toute la nuit de cette montagne (environ 2000 m, la plus élevée d’Italie !) que nous avons laissé, à l’équipe qui nous a relayé, le bonheur de découvrir.

Notre seul désir aujourd’hui : reprendre la route, poursuivre le chemin, le faire connaître à d’autres… Ses bienfaits sont incommensurables à commencer par ces fous-rires incessants sur le chemin !

Un immense merci aux pionniers de cette association, et à nos sœurs clarisses qui nous ont ouvert cette voie : voie de l’admiration, de la beauté de chaque élément, de savoir goûter chaque instant, voie d’une relation simple et vraie avec ceux qui nous entourent et ceux que nous croisons, voie des retrouvailles avec un bonheur vrai et profond qui installe durablement la paix dans nos cœurs…

 

 

Be Sociable, Share!

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Assise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.