Annabelle Graulle a marché jusqu’à Compostelle contre la sclérose en plaque

Annabelle Graulle, photographiée jeudi soir, à Saint-Jean-de-Compostelle (Santiago de Compostela).

Revue de presse. Annabelle Graulle, une Jullouvillaise de 34 ans, qui est arrivée à Saint-Jacques-de Compostelle après 805 km et 35 jours de marche. Elle était partie le 22 avril pour sensibiliser à la sclérose en plaque, une maladie dont est atteinte une amie. Source : Ouest-France.

Elle n’a pas manqué de courage, d’audace et d’endurance. Si elle a quitté en train le Pays granvillais pour rallier le Pays Basque, c’est bien à pied qu’elle s’est ensuite élancée de Saint-Jean-Pied-de-Port, le 22 avril, pour rallier Saint-Jacques-de-Compostelle.

Annabelle Graulle, une Jullouvillaise de 34 ans, est allée au bout de son défi pour sensibiliser le public au sujet de la sclérose en plaques et soutenir l’une de ses amies, Émilie, 37 ans, atteinte par la maladie depuis une quinzaine d’années : elle enseignait l’espagnol jusqu’à ce que la maladie l’empêche de se déplacer.

(…) Vendredi matin, elle nous a envoyé ses toutes dernières nouvelles. « Nous avons franchi la ligne d’arrivée avec fierté. Nous sommes à Saint-Jacques-de-Compostelle après 35 jours de marche et 805 kilomètres, raconte Annabelle Graulle. Nous étions sept marcheurs au départ de Saint-Jean-Pied-de-Port, au sein de « l’équipe des escargots », et seulement trois à l’arrivée. Quatre d’entre eux ont été contraints d’abandonner en cours de route suite aux tendinites, foulures, et découragements divers… »

Plutôt une bonne sportive (elle a cour le Marathon de Paris en 2003), la Jullouvillaise reconnaît que la route vers Compostelle n’a pas toujours été de tout repos. « Les derniers jours ont été très pénibles en raison du relief important, de la pluie battante et de l’accumulation de la fatigue… Les malaises, les maux de tête et les tremblements ne m’ont pas quitté ces derniers jours ».

Si elle a tenu, c’est d’abord pour son amie Émilie : « Elle a su me transmettre toute son énergie jusqu’au bout pour me permettre de franchir la ligne d’arrivée ». Fouler les chemins de pèlerinage vers Saint-Jean-de-Compostelle, Annabelle voulait le faire depuis des années : sa foi chrétienne l’a non seulement portée mais l’a sûrement aidée à surmonter quelques épreuves.

Il y a deux semaines notamment, pendant le week-end de l’Ascension, quand l’une de ses camarades de route, rencontrée sur le chemin, s’est blessée. « Elle a fait une chute vertigineuse. Par miracle, un médecin danois était là. Il lui a prodigué les premiers gestes de secours ».

Annabelle Graulle va maintenant revenir dans le Pays granvillais. Des projets ? Elle avait déjà celui de créer dans la Manche une entreprise dans le domaine de l’agritourisme et du développement durable « avec une dimension sociale forte ». (..)

Source : « Compostelle : Annabelle est arrivée au bout ! », Pascal Simon, Ouest-France (03/06/12)

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Annabelle Graulle a marché jusqu’à Compostelle contre la sclérose en plaque

  1. Bretonniere dit :

    Bonjour,
    je part bientôt pour mon grand pèlerinage, départ de chez moi « Berck sur mer », et direction Compostelle (cap fistera), Fatima au Portugal, Rome et Jérusalem. je recherche un carrix d’occasion sous forme de don et un ukulélé (car je ferai le nez rouge sur mon chemin de vie et dans les villes et hôpitaux que je traverserai) je compte sur vous pour m’aider, et je vais ouvrir un blog pour mon pèlerinage.

    • Gilles dit :

      Bonjour Henri. Bravo pour votre initiative ! Quand vous serez prêt envoyez-moi le lien ici en commentaire !

  2. Bretonniere dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie de me lire.
    voila donc l’adresse de mon blog:
    http://carnetderoutedunpelerin.Uniterre.com
    je suis novice et j’espère avoir bien écrit mon adresse …!!!???
    A bientôt de te vous lires.
    Henri dit : chiwawa

Les commentaires sont fermés.