Aubrac : un incendie détruit la halte des pèlerins de Compostelle « Chez Régine »

Revue de presse. Le feu s’est déclaré Chez Régine, à La Chaze-de-Peyre (Lozère), lundi 28 février. Le bar restaurant, cher aux pèlerins, est détruit. L’été, cette halte célèbre sur la voie du Puy-en-Velay, accueille une centaine de pèlerins de Compostelle par jour. Source : Midi Libre, La Dépêche.

Comment aider Régine ?

L’association d’hospitaliers Webcompostella, par le biais de Jean-Marc Lucien, son président, mobilise le réseau jacquaire. « Plusieurs personnes nous ont alertés car elles souhaitaient apporter leur aide sans pour autant savoir comment, lit-on sur le site de l’association.

Grâce à Anne, qui a contacté la Mairie de la Chaze de Peyre, qui a pu joindre Régine, nous avons maintenant l’accord pour organiser différentes actions pour venir en aide à notre chère Régine dans ce moment difficile. Nous allons utiliser notre structure associative Webcompostella pour lancer une campagne de don en faveur de Régine.

Les dons seront adressés soit par Internet et le compte Paypal de l’Association (compte sécurisé) soit par envoi d’un chèque à l’ordre de l’Association accompagné d’un justificatif pour permettre de transmettre l’intégralité des sommes reçues à Régine avec le nom et les coordonnées des donateurs. Nous comptons sur vous tous pour répondre présent à celle qui a tant donné pour les pèlerins de St-Jacques. »

Formulaires à remplir :
– Dons par internet via le service Paypal.
– Dons par chèque.

► A ce jour, 2890 euros de dons ont déjà été transférés sur le compte de Régine

« Un incendie ravage un haut lieu du chemin de Saint-Jacques« , Mathieu Lagouanère, Midi Libre (01/03/11)

Elle est abattue. À travers la porte vitrée de la maison située à quelques mètres du bar-restaurant, celle dédiée aux pèlerins, elle assiste aux manœuvres des pompiers. Impuissante. Et paniquée. « J’ai allumé le poêle à pétrole, raconte Régine Soulier, en tirant nerveusement sur sa cigarette. Et ça a fait boum. J’ai voulu le sortir, mais je n’ai pas réussi. » Ses cheveux, en partie brûlés, témoigne de cette lutte. Mais personne n’a été blessé.

Il n’était pas encore huit heures, hier matin, lorsque les flammes ont commencé à ronger le bar-restaurant des Quatre Chemins, dit Chez Régine, à La Chaze-de-Peyre. C’est un inséminateur qui passait à proximité qui a prévenu les pompiers.

« Lorsque nous sommes arrivés, la partie ERP (pour établissement recevant du public) et l’habitation du premier étage étaient en flammes, décrit le capitaine Serge Garrel, chef du centre d’Aumont-Aubrac. Notre première mission était de “couper” le feu au niveau du mur mitoyen avec la ferme. Et d’empêcher une éventuelle propagation au bâtiment des chambres d’hôtes, situé à moins de huit mètres. »

Pour cela, les sapeurs d’Aumont ont reçu le renfort de leurs collègues de Saint-Chély-d’Apcher, Marvejols et Saint-Alban. Au total, ce sont 28 hommes et une dizaine de véhicules (dont quatre citernes) qui sont intervenus sur cette opération, qui n’a pris fin qu’en milieu d’après-midi.

Sous l’effet des flammes, la toiture s’est rapidement effondrée. Et si finalement, ni la ferme ni le gîte n’ont été touchés par le feu, la partie bar-restaurant est totalement détruite. « Face à un tel spectacle, je suis désolé », se lamente le maire de La Chaze-de-Peyre, Denis Gras.

Car l’endroit est hautement symbolique. Entre Aumont-Aubrac et Nasbinals, Chez Régine était une halte mythique pour les pèlerins du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui passe juste le long du mur du café. Un lieu à part « qui accueillait jusqu’à une centaine de personnes par jour, l’été », selon la tenancière.

Ouverts en 1903 par les grands-parents de Régine Soulier, les Quatre Chemins ont accueilli des milliers et des milliers de marcheurs. Entre poules qui cavalent entre les tables, vaches aubrac à la porte et bavardages au zinc avec les gens du plateau, l’estaminet s’est taillé une sacrée réputation.

Une réputation qui doit essentiellement à Régine, tenancière à la gouaille aiguisée, qui prête ses caravanes ou laisse les tentes s’installer dans son pré lorsque le gîte d’étape est complet. « Putain, c’est pas vrai, lance-t-elle soudainement. Je ne vais pas pouvoir travailler cet été. » Si c’était le cas, c’est un haut lieu du “Camino” qui resterait fermé. Maudites flammes.

« Régine : l’hôtesse des pèlerins« , Jean-Paul Couffin, La Dépêche (08/11/10)

S’aventurer sur le chemin de Saint Jacques, alors que le plateau de l’Aubrac ouvre grand ses ailes du désir, c’est comme déchirer une pochette-surprise. La part de loterie est grande, surtout lorsque la fin de journée arrivant, on se met en quête d’un lieu de repos pour pieds usés. Entre Aumont-Aubrac et Nasbinals, la découverte de cette pépite de l’insolite « Chez Régine » écarquille les pupilles. L’estaminet de poche dégage une ambiance Bagdad Café, made in Aubrac. Autour du zinc, le regard croise quelques gueules tout droit sorties de « Deliverance ». Une sorte de bout du monde hors du temps.

Dans la cuisine, on entend les coulemelles frétiller sur le gaz. « Pour les cèpes, cette année, c’est pas ça », peste Régine, la maîtresse de lieux, son éternelle Winston collée au bec. Chez elle, la traque des aristos des sous-bois tient du rituel automnal. Quand elle arrive à s’échapper. Car entre les piliers arrimés au zinc à la croisée des Quatre Chemins et les pèlerins enivrés de fatigue se jetant dans son gîte, la madone ne sait plus sur quel pied danser la gigue. « Et puis j’ai aussi les bêtes… », soupire-t-elle en lorgnant sur ses Aubrac aux yeux peints.

Le sourire gourmand, un octogénaire du plateau, tout en soufflant sur la mousse du houblon, s’amuse en regardant en coin un pèlerin griffonner des notes sur son carnet à spirales. Cette cohabitation et des tas d’autres détails croustillants font de « Chez Régine » un lieu teinté de surréalisme. « Certains ne veulent pas s’arrêter chez moi, parce que j’ai mes poules dans la cuisine et parce qu’il paraît que c’est sale », s’emporte la dame au grand cœur, « eh bien qu’ils aillent voir ailleurs ». Pas touche à des gallinacés auxquels elle tient comme à la prunelle de son regard de verre. Pas plus qu’elle n’accepte la moindre réflexion sur la manière de tenir son antre. Régine, on l’aime ou on la quitte.

Sur le « camino », elle compte ses pros et ses antis. Les seconds informés le plus souvent par la seule rumeur qui court du Puy jusqu’à Conques. Le débat, s’il devait avoir lieu, tournerait vite à l’eau de boudin. Les premiers s’avérant si majoritaires qui, s’ils l’osaient, transformeraient les lieux en république bananière. Sur le mur, entre quelques citations maison comme celle-ci « quand le coucou chante en avril, c’est que mars est fini », trône un cliché où Régine pose aux côtés de Jean-Pierre Raffarin.

Elle se la joue modeste, l’hôtesse des Quatre Chemins. « Raffarin, il est très sympa. Mais j’ai aussi reçu Poivre d’Arvor et Charlotte de Turkeim. Par contre il y en a un qui s’est fait passer pour Tapie ; il lui ressemblait, mais derrière ses lunettes noires, je ne suis toujours pas sûre que c’était lui… » D’un grand éclat de rire guttural, elle prend les habitués à témoin : « ça ne l’a pas empêché de payer à boire à tous les clients… ».

Un cœur gros comme ça, posé sur sa main, Régine se couperait en quatre pour rendre service. Jusqu’à devenir parfois le dindon de la farce de quelques pseudos pèlerins soi-disant désargentés, mais surtout plus grivois qu’honnêtes. Si raconter quelques mésaventures de ce type crispe son visage sec, la forte dose d’humanité qu’elle porte en elle ne succombe pas. Lorsque les chambres de son gîte d’étape affichent complet, Régine prête sa caravane ou ouvre gratuitement son pré aux canadiennes. « C’est normal », consent-elle, « sauf qu’une fois, on m’a dit que ma caravane était une maison de passe… » Ce qui ne l’a pas amusé du tout.

Ce matin, une légère gelée a blanchi le plateau. « Pour les pèlerins c’est la fin », soupire-t-elle. Sur l’étagère des alcools, la statuette de Santiago est en berne. Pour revoir ses apôtres, il devra attendre que le coucou rechante.

Be Sociable, Share!

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Hospitalité, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Aubrac : un incendie détruit la halte des pèlerins de Compostelle « Chez Régine »

  1. LUCIEN dit :

    Si une initiative est prise pour venir en aide à Régine contactez moi sur jmlucien@webcompostella.com
    Je porterai mon soutien et celui de notre association
    Jean-Marc

  2. Marie dit :

    Souhaitons à Régine de pouvoir reconstruire très vite son chez elle pour continuer à accueillir « comme avant » tous ceux qui pousseront sa porte…

  3. annam dit :

    si une action est conduite pour aider Régine contactez moi
    je souhaites participer, pour cette femme très émouvante et au grand coeur

  4. Merci à anna qui a déclenché les contacts et permis le lancement d’une campagne d’aide pour Régine…
    Vous pouvez retrouver le projet dès mardi 8 mars sur le site de http://www.webcompostella.com en page d’accueil et nous aider à soutenir Régine.
    Jean-Marc

  5. Paty dit :

    Bonjour ,
    Effectivement , c’est un lieu incontournable du chemin , qui doit sa réputation a la bonté et le franc parler de Régine .

  6. Paty dit :

    Je n’arrives pas a te joindre , Régine ; par ce biais je t’envoie tout mon soutien .

  7. avoine dit :

    Je suis vraiment désolée pour cette femme qui ouvre sa porte et son coeur tout en ne perdant pas le nord !
    Je suis désolée car il est vrai qu’elle sait aider les autres et sans le chemin, que va-t-elle faire ? J’espère qu’elle redémarrera avec une buvette autour de la caravanr et dand le gite.
    Je paratage tout ce qui est écrit pour avoir écrit à peut près la même chose le 8 mai 2009 dans mon blog que kje n’ai ptoujours pas fini de recopier !!! Saint m’a vu et revu et les chemins continuent de nous faire courir !

  8. serge dit :

    Nous étions partis d’Aumont-Aubrac à 4 h du matin!…..
    Nous nous étions un peu perdus, avions entendu hurler la bête du Gévaudan et vers 7 h sommes arrivés au quatre chemins!…
    Régine a ouvert pour nous!
    Et, ce café , ce thé, pris dans cet endroit incroyable, restera un des meilleurs que nous ayons jamais pris!…
    ( www:stjacques072007.skyblog.com)

    Merci à vous , à Jean-Marc Lucien de Webcompostella,à RCF de lancer un élan e solidarité pour Régine.
    J’espère que vous nous donnerez de ses nouvelles.
    salutations

  9. Véronique dit :

    Je viens d’apprendre Régine l’incendie qui a détruit votre lieu si important pour vous ainsi que pour les pèlerins. Je suis venue à deux reprises chez vous avec toujours autant de bonheur.Régine bon courage à vous et je vais faire un don pour que vous puissiez réouvrir très vite . Je vous embrasse Régine

  10. Françoise dit :

    Régine est une personne hors du commun avec un grand coeur.

    On ne peut pas oublier notre passage chez elle, c’est une figure du chemin.

    J’espère que l’action menée lui montrera combien on l’aime notre Régine.

  11. mathieu dit :

    je suis passée en le 3 mai 2000 chez régine avec ma soeur et des amis et nous avions fété l’anniversaire de Mado le soir nous avons apprécié l’accueil pas ordinaire de Regine et avons dormi sur place alors que d’autres n’ont pas voulu rester j’ai retrouvé une photo de cette soirée dans mon album merci à régine et bon courage je vais envoyer un petit quelque chose pour l’aider merci à vous tous et bonne route

Les commentaires sont fermés.