Aveyron : bataille de balisage vers Compostelle

Revue de presse. Sur le GR 65, au niveau de l’Aveyron, des petits malins ont improvisé un nouveau balisage jacquaire pour inciter les pèlerins à passer par  Décazeville  plutôt que de prendre un raccourci qui les mène à Livinhac. Derrière ce que certains considèrent comme une « prise d’otage » des pèlerins se dessine la concurrence pour la manne économique apportées par les marcheurs. Source : Le Dépêche.

Extraits de l’article : « Saint-Jacques-de-Compostelle. Les nouveaux panneaux mènent à Decazeville« , La Dépêche (16/06/09), par H. B. et B. C.

Qui, à Decazeville, a pris l’initiative de placer deux nouveaux fléchages pour orienter (ou désorienter !) les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est une nouveauté : au carrefour de la route d’Agnac et du chemin des Crêtes ou à l’intersection entre le chemin des Crêtes et la rue Prosper-Alfaric, les panneaux invitent désormais les pèlerins à prendre la direction de Decazeville.

Si bien que depuis quelques jours, des pèlerins, souvent harassés, « errent » dans le lotissement du Sailhenc-Haut demandant leur chemin pour se rendre à Livinhac. Ce que les uns considèrent comme une « prise d’otage » des pèlerins est jugé par d’autres comme la promotion (un peu forcée, certes) du Bassin.

Au départ de Conques, le choix est donné aux pèlerins : ils peuvent suivre le GR 65 dans son intégralité : ils arrivent alors à Decazeville via Viviole et Montarnal ; la deuxième solution permet de se rendre directement à Livinhac par une variante plus courte, en coupant par le chemin des Crêtes, Les Estaques, Saint-Roch.

Les nouveaux panneaux invitant les pèlerins à ne plus couper par la variante courte, les pèlerins à destination de Livinhac prennent du retard : cette boucle représente cinq à six kilomètres de plus, soit environ une heure de marche supplémentaire (pour ceux qui ne se perdent pas !).

Certes, ils pourraient peut-être trouver une étape accueillante à Decazeville, mais la plupart des marcheurs ayant réservé le gîte et le couvert avant leur départ, ils sont contraints de terminer leur périple. En râlant contre « ce petit malin » qui les a guidés vers Decazeville…

Alors, qui a placé cette nouvelle signalisation ? Quelques riverains du chemin des Crêtes ont vu ce « guide », mais ils préfèrent préserver son anonymat. […]

La polémique concernant le tracé du chemin semble ainsi vivre un nouvel épisode. Il fut une époque où les hommes de religion conseillaient aux hommes de foi d’éviter le Bassin. Aujourd’hui l’homme du Bassin réagit : il a foi en sa région et va chercher les pèlerins sur le Chemin. Il veut leur montrer la voie.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Aveyron : bataille de balisage vers Compostelle

  1. GIRAULT Marcel dit :

    J’ai pratiqué tous les chemins permettant d’aller de Conques à Livinhac. Je n’ai jamais compris l’itinéraire proposé par le GR 65 qui oblige à descendre jusqu’à Decazeville pour remonter aux Estaques. L’itinéraire direct est intéressant et je l’ai conseillé à des pèlerins rencontrés par là et qui se réjouissaient du raccourci. On peut lui reprocher d’emprunter la D.580 qui est assez fréquentée.
    Pour ma part je préfère passer par la Borie de Pagax (D.183), « la route des gens intelligents » selon une vieille femme de ce village : circulation quasi nulle. Ensuite remonter versles Estaques par la D.663 pendant 800 m. puis prendre à droite un chemin rural goudronné qui débouche au pont de Livinhac.
    J’ai rencontré un pèlerin qui m’a affirmé que 90 % du parcours entre Conques et Livinhac était en chemin de terre. J’ai eu beau lui dire qu’il avait rêvé. C’est plutôt du tout goudron.
    En sortant de Conques, ne pas prendre le GR mais la petite route (après le »pont romain ») : on a sur le vilage de Conques des vues inoubliables ! Le GR est glissant par temps de pluie et enfermé dans les bois, sans aucune vue.
    La chance des pèlerins qui vont à Saint-Gilles est d’arriver à Conques par cette petite route et c’est tellement beau qu’on n’avance plus !
    Allez donc à Saint-Gilles comme nous !

  2. Josée dit :

    bonjour, grâce à votre article je découvre l’existence d’une variante nous permettant de ne pas descendre à decazeville en prenant le chemin des crêtes par agnac; pouvez vous me dire
    – combien de kms entre Monbigoux et Montredon ?
    – le « chemin des crêtes passe t’il sur route comme semble l’indiquer le miam miam dodo
    – ya t’il une possibilité depuis la buscalie haute près de st michel de rejoindre ce chemin des crêtes ?
    merci de votre aide.

    cordialement josée

  3. marieta dit :

    j’adhére au témoignage de marcel ;inutile de passer à decazeville;rien à voir;livinhac le haut direct me parait tout indiqué;absence de signalisation pour se diriger vers mon étape

  4. jpierrdu dit :

    Decazeville est une étape intéressante,peu de gites c est sur mais petite ville avec tout ce dont on peut avoir besoin, pharmacies, supérette…
    Pour ma part j y ai trouvé mon compte
    cordialement

  5. jean dit :

    moi je prends le taxi et je passe partout

Les commentaires sont fermés.