Compostelle : à Auch et Mauléon, l’hospitalité s’organise auprès des pèlerins

Revue de presse. En cette année Jacquaire, les gîtes pour pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle font le plein. Exemples au nouveau lieu d’accueil de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques) et au gîte d’Auch (Gers). Sources : La Dépêche, la République des Pyrénées.

« Le gîte des pèlerins de Compostelle« , La République des Pyrénées (05/07/10)

Depuis le départ des frères d’Agerria, les pèlerins en route pour St jacques de Compostelle n’avaient plus de lieu d’accueil à Mauléon. La commune de Mauléon vient de remédier à cela en proposant un logement au 7 rue des frères Barrenne, juste à coté de l’école de la basse-ville. Il a été aménagé par la commune avec l’aide de l’association des Amis de St Jacques. Là, 6 ou 7 lits superposés attendent les pèlerins harassés.

Mais n’est ce pas un peu trop petit, vu l’engouement que connaissent les chemins de St Jacques ? Pas forcément, puisque le passage par Mauléon ne fait pas partie d’une des 4 voies principales. En fait, la Soule se situe sur une voie dite secondaire, celle du piémont pyrénéen, qui va de St Pé de Bigorre à Garazi en passant par Oloron, l’Hôpital St Blaise, Mauléon, Ordiarp, St Just Ibarre et le col de Gamia.

Côté pratique, les pèlerins iront chercher la clé à la mairie. Lorsqu’elle est fermée, c’est Fatou et Henri Chauvin du bar Euskalduna (situé juste en face de la mairie), qui prennent le relais.

Mais comme les chemins de St Jacques sont avant tout synonymes d’accueil et de rencontres, une équipe d’une dizaine de volontaires s’est proposée pour accueillir les pèlerins à leur arrivée à Mauléon. Et parmi eux, une bonne partie a déjà posé un pas sur les fameux chemins vers Compostelle.

Déjà, le premier pèlerin a été accueilli. Et ceux qui pourraient croire que l’étape de Mauléon est « secondaire » se trompent : le jour de l’inauguration officielle du gîte, était présent un pèlerin venu de…Jérusalem !

« 24 nationalités à l’accueil pèlerin chemin de St-Jacques« , Bernadette Faget, La Dépêche (05/07/10)

C’est en lisant « Le pèlerin de Compostelle » de Paulo Coelho que le programmeur informatique japonais Solluafune a eu soif d’en devenir un. Il s’est envolé de Kiku avec sa nièce début juin pour le chemin du Puy-en-Velay. Ils ont rejoint celui d’Arles, à Auch, pour se reposer un jour à l’accueil pèlerin que référencent tous les guides vers Compostelle.

Le temps de connaître Auch et sa cathédrale classée au patrimoine mondial. Depuis le balcon de l’accueil qui embrasse exactement l’ancien ensemble épiscopal, les Japonais contempleront avec émoi le monument.

Avec les pèlerins néo-zélandais, australiens et américains, ce sont les plus lointains visiteurs qui ont été accueillis ici. Les credenciales tamponnés prouvent que 24 nationalités ont dormi là. Les plus nombreux sont les Allemands, les Canadiens et les Belges.

546 pèlerins en route vers Compostelle ou bien sur le retour de Saint-Jacques, ont fait halte en 2009 à l’accueil pèlerin d’Auch. Un ancien appartement, au 2e étage du presbytère, 40, rue Dessoles.

« En cette année jacquaire l’accueil explose déjà les chiffres », indique Martine, l’une des douze bénévoles qui, en relais, en assurent l’ouverture d’avril à Toussaint. « En mai nous avons reçu 171 pèlerins ; du jamais vu pour ce passage printanier : celui des pèlerins qui comptent arriver à Compostelle le 25 juillet, à la saint Jacques. 20 de plus en juin, mois traditionnellement calme ».

Fidèle à la tradition hospitalière des prêtres, cet accueil dit « de presbytère » propose dix places, une cuisine basique et deux cabinets de toilettes. On doit sa mise en place, au début des années 2000, à la paroisse d’Auch qui gère toujours le lieu. Les bénévoles assurent deux heures de présence quotidienne, de 15 heures à 17 heures, pour rasséréner les marcheurs partis de Gimont le matin.

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Hospitalité, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.