Compostelle : devenez un éco-pèlerin

« 

Revue de site. Une association écologiste galicienne distribue gratuitement un guide, avec informations et conseils pratiques, pour faire du chemin de St-Jacques de Compostelle un parcours respectueux de l’environnement. Source : espagne-facile.com / blog.xacobeo.es.

‘Devenez un éco-pèlerin (pèlerin écolo) sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle« , Espagne-facile.com.

Les pèlerins jouent un rôle fondamental dans la conservation du Chemin de Compostelle. Une campagne a été créée pour promouvoir les gestes respectueux de l’environnement naturel et culturel sur le Chemin.

L’ADEGA (Association pour la Défense Ecologique de Galice) publie un guide des bonnes pratiques environnementales du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle et une fiche de plainte pour que vous puissiez envoyer vos observations sur les agressions et impacts sur le parcours ainsi que vos commentaires et suggestions.

L’objectif est de faire du Chemin de Saint-Jacques un parcours écologique.

Le guide, de petit format pour être facilement transporté, propose de l’information d’ordre écologique et des conseils pratiques. Voici le sommaire du guide :

* La poubelle
* Les espèces végétales et animales sur le Chemin
* Les pierres du Chemin
* Le paysage
* L’eau
* Le patrimoine culture et architectural
.

Une petite référence est également faite à ce qui se trouve autour du Chemin : montagnes, vallées, rivières, routes, villes, transports, auberges, nourriture…

Le protagoniste de ce guide est l’éco-pèlerin, symbolisé par un lucane cerf-volant, insecte menaçant et en voie d’extinction.

Vous pourrez trouver ce guide, édité espagnol, anglais, portugais et galicien, dans les lieux associés au Jacobeo (Xacobeo ou « année sainte ») en Galice.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Conseils aux marcheurs, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Compostelle : devenez un éco-pèlerin

  1. C’est une bonne initiative.

    Le chemin de Compostelle est partout d’une grande beauté et offre des paysages « à couper le souffle » et pas seulement dans les montées !

    Le seul bémol sur la beauté du chemin est dans les 200 disons, 100 derniers kilomètres, en Galice, justement : tout au bord du sentier, à des espaces réguliers, on trouve des collections de mouchoirs en papier laissées délicatement par ces dames après leurs petits besoins (je ne désigne personne comme vous voyez).
    Je doute que ce guide entre dans ce détail, pourtant … de taille (vu la quantité – c’était au mois d’août, en 2009) !
    Pourtant un problème facile à résoudre : pas compliqué de faire un trou dans la terre et de laisser le papier se biodégrader tout seul en cachette ou, mieux, d’emporter son mouchoir en papier avec ses déchets personnels ! Un geste qu’il faut apprendre.
    Je doute que ce guide en parle clairement, mais si je me trompe, j’en serai ravi, … pour le Chemin et pour les pèlerins qui suivent.
    Bravo pour votre blog,
    Jean François de Fontenay

  2. JFP dit :

    les petites choses oubliées ou tombées de la poche sont des traces irréfutables qu’on est sur le chemin. Si chacun un seul jour en ramassait un petit sac pour le jeter dans la prochaine poubelle le chemin serait toujours propre. En gros si avec un petit sachet en plastique on nettoie entre 1 et 5 km de chemin.
    Ce n’est pas je l’ai fait chaque jour et je ne me suis pas senti humilié.
    JF

  3. lili58 dit :

    il n’y a pas que dans les 100 derniers km ! dommage, mais inciter chacun à etre vigilant n’est pas de trop.
    Rappeler aussi que le message d’Europa Compostela 2010 est « pèlerins solidaires de la terre et des hommes »

Les commentaires sont fermés.