Compostelle : Elise Comarteau blogue sur les pèlerins qui font halte à Logroño

Installée à Logroño, dans la Rioja, Elise Comarteau dresse le portrait des pèlerins qui marchent sur le camino francés. Elle les rencontre à l’albergue et publie leur témoignage dans son blog pelerinsdelogrono.wordpress.com.

► Ma chronique RCF du 22 avril sur ce que je pense du blog « Pèlerins de Logroño »

Elise Comarteau - http://pelerinsdelogrono.wordpress.com Blog des marcheurs : Pourquoi vous êtes vous intéressée aux pèlerins de Compostelle ?
Elise Comarteau : Parce que je les croise tous les jours : le chemin passe sur la route du trajet que je fais deux fois par jours, cinq jours par semaine pour emmener mon fils à l’école. Ensuite, parce qu’à chaque fois que je les croise, je me demande ce qu’ils font là. Et enfin, parce que je suis très attachée au chemin et à Saint Jacques de Compostelle.

J’ai eu cette idée de blog, le 1er janvier dernier au matin. Je visitais un village étape à coté de Logroño à 10h parce que mes enfants s’étaient réveillés tôt et que je ne savais plus quoi leur faire faire. C’était désert. Pas un chat. Soudain, j’ai vu un couple de pèlerins allemands d’une vingtaine d’années qui entrait dans une église, et je me suis demandée ce que des jeunes faisaient là, un lendemain de réveillon, à marcher dans le froid au lieu de cuver au fond de leur lit…

Comment choisissez-vous les personnes que vous souhaitez interviewer ?
Je choisis en fonction de celles qui veulent bien répondre (ça n’est pas toujours le cas). Celles qui sont là (c’était plutôt calme cet hiver.) Si je fais l’interview, il y aura un article, il y a toujours quelque chose d’intéressant dans un portrait de pèlerin.

Avez-vous fait le chemin ?
Très humblement, j’avoue n’avoir fait que les 100 derniers kilomètres (le chemin des flemmards m’a dit la responsable de l’association des pèlerins d’ici !). En fait, j’ai surtout habité un an à Saint Jacques de Compostelle, j’y fait mon année ERASMUS quand j’étais à Sciences Po. Là-bas, je voyais déjà passer les pèlerins (j’habitais dans la vielle ville près de l’arrivée ), et en plus, je travaillais tous les week-end dans un café bar, où ils étaient très nombreux à passer aussi ! Mais je suis sûre que je me lancerai avant de quitter cette ville.

Que représente le Camino pour vous ?
Chaque année depuis 15 ans, ma maman fait une partie du chemin. A différentes périodes de l’année. Depuis que je suis adolescente, je la vois partir une semaine avec des amies, prendre un peu de temps pour elle, loin de ses 4 enfants, son mari … Elle revient apaisée et prête à continuer sa route dans la vie familiale. Quand j’ai habité à Saint Jacques de Compostelle, elle a fait les 100 derniers kilomètres avec moi, ou plutôt, je les ai faits avec elle et ses amies, c’était très très fort comme moment.

Vous avez déjà blogué en Angleterre. Qu’est-ce qui vous attire dans cette forme d’écriture ?
Ce que j’aime dans le blog, c’est la communication directe avec les lecteurs. Dès la parution d’un article, je peux suivre heure par heure les provenances des clics. Je me souviens de la parution de ma première interview, je regardais avec amusement si la France ou l’Angleterre allait l’emporter dans la bataille des vues  (je faisais un blog sur les Français vivant à Birmingham). Et puis il y a les commentaires, le suivi. Enfin, j’aime cette écriture parce qu’elle me permet d’écrire, tout simplement. Cela fait deux pays où je pars habiter avec ma famille, et où j’ai du mal à retrouver un emploi de journaliste (le pays est en crise et je suis journaliste et c’est très difficile de trouver des piges. Logroño n’intéresse pas les médias français, les médias de Logroño ne cherche pas de française… Bref, je cherche du boulot !). Avec mes blogs, je continue à aller interviewer des gens et à retransmettre ce qu’ils me racontent. C’est ce qui compte pour moi.

Recueilli par Gilles Donada/blog des marcheurs

 

 

 

 

 

 

 

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.