Compostelle: la Fédération de randonnée homologue une « liaison » entre Conques et Toulouse

Revue de presse. La Fédération française de la randonnée vient d’homologuer en GR la « liaison » reliant Conques à Toulouse en passant par la Perle du Rouergue. A Villefranche (Gers), les membres de l’association Du Bas-Rouergue vers Compostelle se réjouissent de cette « reconnaissance nationale » ! Source : Midi Libre.

« Saint-Jacques a enfin droit de passage dans la bastide », Rui Dos Santos, Midi Libre (07/07/10)

Tout vient à point à qui sait attendre. Parfois galvaudée, cette formule trouve tout son sens dans l’histoire qui lie Villefranche et les chemins de Saint- Jacques-de-Compostelle. Après une vingtaine d’années de croisade administrativo-historico- politique, la Fédération française de la randonnée vient d’homologuer en GR l’axe reliant Conques à Toulouse en passant par la Perle du Rouergue.

Pour le secteur villefranchois en particulier mais mené dans l’intérêt général, ce sont des chercheurs, érudits locaux, membres des Amis de Villefranche, qui avaient mis l’accent sur « la pertinence historique et la réalité jacquaire » de cet itinéraire. Leur travail n’a pas abouti mais il en fallait plus pour décourager certains (Henri Davy, Gabrielle Bonnet…) qui ont ainsi créé l’association Du Bas-Rouergue vers Compostelle voilà une dizaine d’années.

Le dossier a pris alors « une nouvelle dimension » et leur détermination, leur conviction, s’est avérée payante puisque la bonne nouvelle est donc tombée il y a quelques jours. « C’est une belle consécration mais aussi une reconnaissance nationale », se réjouit Jean-Pierre Mangé.

L’actuel président de l’association, qui en a pris les rênes en 2007, poursuit : « C’est un outil touristique à promouvoir autour de la nature, du patrimoine, de l’histoire. Mais c’est aussi un extraordinaire outil d’aménagement du territoire, facteur de synergie avec le GR 65 en terme de fréquentation ».

Il saute sur l’occasion pour insister sur le fait qu’« il n’est pas question de faire concurrence au chemin officiel qui part du Puy-en-Velay et qui traverse l’Aveyron ». Il est clair sur le sujet : « On ne touche pas au fleuron qu’est en effet le GR 65 ». Convaincu que « le vocabulaire est très important », Jean-Pierre Mangé parle ainsi de « liaison entre Conques et Toulouse ». « Ce n’est ni une variante, ni une alternative ! », martèle-t-il volontiers.

Il existait déjà des morceaux de chemins et il a fallu « combler les vides ». Entre, par exemple, le Puy de Wolf dans le Bassin, où passe d’ailleurs la Via Podiensis, et Villefranche, le PR est devenu un GR.

« C’est d’autant plus important que, en attendant le topo-guide, cet itinéraire va figurer sur les cartes IGN et Michelin , note le président de l’association. Si le PR est un atout local, l’aventure prend une tout autre envergure dès qu’il s’agit d’un GR . » La prochaine étape est le balisage, « en identifiant et uniformisant » ce Conques – Toulouse.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.