Compostelle : la « guerre » des itinéraires alternatifs éclate sur le GR 65

Revue de presse. Le chemin de grande randonnée de Saint-Jacques de Compostelle (GR 65) connaît un succès qui ne se dément pas.

Une étape amène les Pèlerins de Conques à Figeac, via Decazeville. «C’est le vrai chemin, l’officiel», insiste Jean Meyniel, le président de l’Office de tourisme de la cité fondée par le duc Decazes.

Or, une variante est actuellement à l’étude et pourrait diriger une partie des randonneurs non pas vers Decazeville mais vers Villefranche-de-Rouergue, via Firmi et Aubin.

Enjeu : la manne des touristes et pèlerins qui vont parcourir le Chemin durant cette année jacquaire.

Source : La Dépêche.

« On ne touche pas au GR 65 ! », La Dépêche (16/02/10)

Le Comité départemental de la randonnée pédestre en Aveyron communique : «Le Comité tient à rétablir la vérité sur le GR 65. En effet, depuis quelques temps, il y a des agitations autour du sentier mythique. Rappelons que c’est la Fédération française de randonnée pédestre qui assure l’homologation, le suivi des éditions et le balisage de l’itinéraire, ceci en lien avec le Comité départemental, les clubs, le soutien des municipalités et des Offices de tourisme et des syndicats d’initiative».

Le projet proposé par Villefranche-de-Rouergue relierait Conques à Toulouse et pourrait offrir la possibilité de rejoindre d’autres GR ou le GR 653, c’est à dire la voie d’Arles, plus à l’est. Ce projet est en cours d’instruction et une commission devra émettre un avis, sans l’édition d’un topo-guide pour le moment.

«Restons raisonnable, même si ce nouveau GR connaît un intérêt certain, il n’aura jamais la notoriété ni la fréquentation du GR 65 «sentier de Saint-Jacques de Compostelle», dont le topo-guide est le plus vendu en France (8 000 exemplaires vendu par an. Il n’y a pas de «Jean qui rit ou de Jean qui pleure», mais simplement la volonté d’offrir aux randonneurs la possibilité de découvrir le patrimoine naturel et historique de nos terroirs. En cette année Jacquaire, restons sereins et sachons proposer aux pèlerins un accueil digne des contrées qu’ils traversent», ajoute le Comité départemental des randonneurs.

Et pour finir, une variante ne reste qu’une variante. «On peut en faire autant qu’on en veut», informa récemment une conseillère générale.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Compostelle : la « guerre » des itinéraires alternatifs éclate sur le GR 65

  1. BENAZETH dit :

    cet itinéraire est une variante déjà existante donc ce n’est que la presse qui monte des rivalités le pélerin à déjà le choix mais ce n’est pas le chemin le plus prisé bonne route à tous

Les commentaires sont fermés.