Compostelle : Michel Boiveau a marché de Roncevaux à Cap Finisterre en 28 jours

Revue de presse. Michel Boiveau, vice-président de la section marche de l’étoile arthonnaise, vient d’effectuer un périple de 880 km à pied. Un parcours reliant Ronceveaux, sous les Pyrénnées, à Cap Finisterre, 90 km après Saint-Jacques de Compostelle.

« L’an passé j’avais fait le chemin du Puy en Velay dans la Haute-Loire, à Roncevaux, soit 800 km », explique Michel Boiveau. « Cette année, j’ai fait la continuité du chemin de Saint-Jacques de Compostelle ». Source : Ouest-France

En 28 jours, Michel a traversé les provinces de Navarre, Castille, Leon, Galice, effectuant une moyenne journalière de 31,5 km. « J’ai commencé doucement, avec des étapes de 25 à 30 km. La dernière semaine, je faisais 40 km par jour, avec mon sac de 9 kg », souligne le randonneur. En Espagne, il a pu profiter de chemins « plus beaux qu’en France et très bien aménagés, en raison du très grand nombre de pèlerins ».

Pour le marcheur de l’étoile, chaque journée a débuté vers 6 h 30, pour se terminer vers 15 h, avant l’arrivée de la chaleur et des orages. « Le matin, je prenais du pain-beurre et de l’eau, un sandwich pour le midi, mais un bon repas du pèlerin pour le soir ». Dans les gîtes, pouvant accueillir jusqu’à 300 pèlerins de toutes nationalités, Michel se fait de nombreux amis, en sympathisant « autour d’une bonne table ou d’une bonne bière ». Des gens que Michel perd de vue pendant plusieurs jours, et qu’il retrouve parfois 100 ou 200 km plus loin.

« La barrière de la langue est aussi un problème, car je ne parle ni l’espagnol, ni l’anglais », confie Michel, « il y avait toujours quelqu’un pour aider, et on se débrouille ». Ses souvenirs, Michel les note chaque jour dans un petit carnet, ou il mentionne la distance effectuée, la météo, le parcours, les paysages, les personnes rencontrées…

« Mon plus beau souvenir, c’est le jour de l’Ascension, à Cap Finisterra. Je terminai mon parcours, et j’ai appris que mon petit-fils, Simon, qui habite Arthon, venait d’être champion de France en fauteuil, à Bordeaux. Quelle coïncidence, lui qui ne marchera plus jamais… ».

En 2012, Michel reliera Bayonne à Cap Finisterra, par le Chemin du Nord. « C’est un chemin de 925 km, près de la mer, beaucoup plus accidenté, plus physique », indique Michel, bien décidé à se faire d’autres beaux souvenirs.

Source : « Michel Boiveau achève un périple de 880 km à pied« , Ouest-France (29/06/11).

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.