Compostelle : tétraplégique, Nicolas Brimeux arrive à Conques en randoline

http://www.touscoprod.com/fr/project/produce?id=914

L’ânesse Mignonne, conduite par Lindsay, tracte Nicolas dans sa randoline © C ton film.

Cette semaine, Nicolas Brimeux, 31 ans, comédien de profession, originaire de Lille,  est arrivé samedi 31 août à Conques après un périple de 190 km depuis Le-Puy-en-Velay sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Particularité ? Nicolas est tétraplégique et pèlerine en randoline, un tricycle tout-terrain tracté par une ânesse nommée Mignonne, elle même guidée par Lindsay, l’auxiliaire de vie de Nicolas.

Victime d’un accident à la naissance qui l’a paralysé, Nicolas est un homme qui marchait surtout « dans sa tête » ; les voyages sont « rares et précieux », explique-t-il aux journalistes de l’Eveil de Haute-Loire.

Ecouter ma chronique de RCF du 2 septembre 2013 sur l’aventure de Nicolas

« Compostelle est aussi très important car la notion de foi me travaille, poursuit-il : est-ce possible de vivre sa foi en étant handicapé ? Pourquoi certains partent-ils avec un handicap dans la vie ? Est-ce que ce handicap doit diriger nos vies ou peut-on le diriger ? » Le chemin est, pour lui, une façon de surmonter la « colère » qu’il ressent d’être dépendant.

Sur le chemin, il a eu l’occasion de discuter avec des religieuses (les Ursulines du couvent de Malet à Saint-Côme d’Olt), des religieux (le Frère Cyrille, Prémontré à Conques). Le hasard a même voulu qu’il croise la route de François Fonlupt, évêque de Rodez et de Vabres…

Thérèse, une bénévole de la fédération française de randonnée pédestre, devançait l’équipage d’une semaine pour repérer les difficultés de passage et proposer des itinéraires alternatifs.

Son aventure est filmée par le réalisateur Pascal Roy et le chef-opérateur Jean-Marc Chauvet. Une voiture suiveuse, conduite par les deux productrices de la société C ton film production, assure la logistique.

C’est en discutant avec Pascal Roy, qui a effectué le chemin de Compostelle en Espagne en 2005, que Nicolas a eu envie de prendre la route. Les deux hommes se sont rencontrés il y a deux ans et demi sur le tournage de Corps solidaires, un film qui aborde la question de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées.

Le film Ultreïa fait appel aux internautes, via le financement participatif (crowdfunding), pour boucler son budget. La chaîne KTO devrait diffuser en décembre le le documentaire de 52 mn qui aura pour titre « Ultreïa ».

► Visionnez la vidéo et soutenez le film Ultréia.

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.