Frère Benoît Billot : « Au retour de Compostelle s’ouvre un chemin intérieur qui demande à être parcouru »

C’est dans le prieuré Saint-Benoît d’Etiolles (Essonne), en région parisienne, que l’association Compostelle 2000 organise le week-end des 16 et 17 novembre 2013 sa nouvelle session « Le chemin après le Chemin« , qui aide les marcheurs à trouver un second souffle dans leur vie, après leur retour du Camino.

Les participants sont accueillis par le frère Benoît Billot, animateur au centre spirituel La Maison de Tobie et auteur de Le chemin de Tobie, un livre qui commente le livre biblique du même nom en soulignant la dimension initiatique du voyage.

Pour lui, le pèlerin de Compostelle, pour ne pas vivre son temps de marche comme une parenthèse, est appelé à continuer à vivre les valeurs du chemin dans sa vie quotidienne.

► Ecouter ma chronique du 16 septembre :

Frère Benoit Billot

Le blog des marcheurs : qu’est-ce qui vous marque chez les personnes qui reviennent de Compostelle ?
Frère Benoît Billot : Je n’ai pas personnellement marché sur le chemin de Compostelle, mais ce qui me frappe, en écoutant les pèlerins, c’est l’intensité de leur investissement physique, de leur dépouillement (dormir dans des endroits rustiques, alléger son sac), et leur qualité de présence à l’instant présent. De retour chez eux, ils ressentent un décalage entre cette intensité vécue sur le chemin et la banalité de leur quotidien, trop terre-à-terre selon eux. Avec le temps, la joie du départ, l’espérance vécue au quotidien se tassent.

Comment surmonter ce décalage ?
En découvrant que le chemin physique est le symbole d’un chemin intérieur. A son retour, le pèlerin doit se remettre en route, redonner de la vitalité à cette intériorité. Le nouvel horizon n’est plus la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, le Mont-Saint-Michel ou Jérusalem, c’est le chemin vers ce centre intérieur à soi-même que l’on peut parcourir en s’appuyant sur des exercices de vie spirituelle quotidiens.

A quels exercices pensez-vous ?
Entrer dans une église et rester en silence devant le tabernacle ; méditer un texte biblique, prier l’office des heures, participer à la messe, réciter le chapelet… Les exercices venus d’Asie offrent une autre piste : Yoga, Taï Chi, méditation zazen ont en commun de restituer une dimension spirituelle, fondée sur l’ouverture du coeur, la présence à soi-même, la qualité du souffle, l’acceptation de l’énergie corporelle.

Qu’est-ce que cette pratique va engendrer ?
Une manière de vivre qui continue d’être en accord avec les valeurs du chemin : la qualité de l’instant présent, qui évite de se disperser dans une multitude de pensées ; un certain dépouillement, marqué par l’envie de se débarrasser de choses inutiles pour retrouver cette légèreté quotidienne ; une vie plus simple (sans excès de table ou de boisson ; sans soirées passées systématiquement devant la télévision ou internet, par exemple). Ainsi, le vrai sens du chemin irrigue notre quotidien et nous permet de devenir un peu plus nous-même. La balance entre l’avoir et l’être se rééquilibre.

Qu’entendez-vous par « devenir un peu plus soi-même » ?
Beaucoup de gens trouvent leur vie ennuyeuse, répétitive. Certains, avec l’âge et la maladie, sont gagnés par une déprime voire un désespoir profond. Ils n’ont pas encore compris que nous avons aussi à devenir davantage nous-même, en comprenant mieux qui nous sommes, en acceptant de faire la paix avec des souvenirs pénibles ou des expériences douloureuses, en ouvrant notre vie vers l’infini spirituel. Au fond, ce nouveau chemin, plus intérieur, nous conduit à nous laisser peu à peu transformer par la Vie, par la présence de l’Esprit.

Recueilli par Gilles Donada / blogs des marcheurs

Week-end de Réflexion 2013 : le chemin après le chemin

> But : destiné à celles et ceux qui ont terminé le chemin ou en ont fait une bonne partie, pour échanger le vécu du chemin, le partager, esquisser la route de demain

> Dates : du samedi 16 novembre à 9 h au dimanche 17 novembre 2013, à 17 h.

> Lieu : Etiolles (91450), dans le sud-est de Paris, accès par RER D – station Evry

> Programme : marche le samedi matin, discussions ensuite, soirée intervenant.

> Intervenants :
— Frère Benoît Billot.
— Josuah Rey, pèlerine écrivain, poétesse, auteur de poèmes « Mon chemin de Compostelle » (verdurlure et carabistouilles)

> Coût : 75 Euros pour les adhérents à Compostelle 2000, 90 Euros pour les non-adhérents. Prix en pension complète du samedi matin au dimanche après-midi (2 déjeuners, 1 dîner, 1 petit déjeuner) Possibilité d’arriver le vendredi soir. Places limitées.

> Renseignements auprès de Compostelle 2000 : 26, rue de Sévigné -75004 – Paris – Tél : 01 43 20 71 66 ; contact par mail en remplissant le formulaire sur leur site.

■ A lire aussi 

> Le compte rendu (avec témoignages des participants et des intervenants, photos) du week-end « Le chemin après le chemin » de novembre 2012.

> « Benoît Billot, le père Zazen », sur le le site du Monde des religions.

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Spiritualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Frère Benoît Billot : « Au retour de Compostelle s’ouvre un chemin intérieur qui demande à être parcouru »

  1. bachelet anne carole dit :

    mai 2013 août 2013 j’ai pris le chemin ,du Puy à Compostelle..77 jours de marche et de pauses..de belles rencontres ,d’amitiés nouées sont une expérience trés forte pour la Vie ,ma VIE..
    je souhaiterai bien participer à ce wk des 16 et 17 novembre prochains mais des impératifs financiers sont actuellement sur mon chemin et ne me permettent pas de vous envoyer un chèque de réservation..pouvez vous patienter et me garder une place ? un grand merci du fond du coeur !
    PS: j’habite à Lille et je fais partie de l’assocoation jacquaire de Nord .

    • Gilles dit :

      Bonjour Anne-Carole, je vous invite à contacter Compostelle 2000 car je n’ai fait que relayer l’information. Amitiés. GD

Les commentaires sont fermés.