Hospitalité vers Compostelle : Louis Janin et le Père Sébastien Ihidoy témoignent

Sur le chemin de Compostelle, deux hospitaliers ont marqué des générations de pèlerins. Louis Janin était hospitalier en Espagne. On le surnommait El Mago (le magicien) pour ses talents de soigneur. L’autre grande figure est un prêtre basque à la poignée de main ferme, à l’accent rocailleux et au regard tendre : le père Sébastien Ihidoy, ancien curé de Navarrenx.

La journaliste Marianne Rigaux a recueilli leur témoignage dans un livre qui fourmille d’anecdotes et de sagesses du chemin dans le livre paru chez le Passeur éditeur : L’hospitalité sur les chemins de Compostelle, de Louis Janin et du père Sébastien Ihidoy.

En annexe, le lecteur apprend à distinguer toutes les nuances du vocabulaire de l’hospitalité et trouvent adresses et conseils pratiques pour devenir lui-même hospitalier sur le chemin de Compostelle.

► Ecoutez ma chronique sur ce livre

Marianne Rigaux avait également recueilli leurs témoignages en vidéo dans une série intitulée Les pionniers de Compostelle pour pelerin.com

Le Père Ihidoy, qui n’a jamais fait le chemin lui-même, a accueilli nombre de pèlerins.

Louis Janin raconte ses pèlerinages de Compostelle, le premier date de… 1956 !

Louis Janin explique la tradition du pain béni de Santo Domingo (saint Dominique).

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Hospitalité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Hospitalité vers Compostelle : Louis Janin et le Père Sébastien Ihidoy témoignent

  1. Super cet article sur les hospitaliers qui se dévouent le long des chemins de Compostelle et qui donnent beaucoup d’eux-mêmes. J’ai été moi-même hospitalier à Baziège et à Revel sur le Chemin d’Arles, et effectivement, il y aurait beaucoup de belles anecdotes à raconter sur ces merveilleux moments d’amitiés…
    Gilbert

  2. Serge M dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces témoignages.
    Ceci ne s’adresse pas à moi mais je vais répondre!
    J’ai commandé le livre et je vais le lire pendant ces vacances.
    J’ai été hospitalier à Estaing 10 jours.
    Quel bonheur ce fut!
    Quand les pèlerins arrivent à l’accueil on leur propose de déposer leur sac à dos et aussi le reste!….
    C’est fou tout ce qu’ils portent; le poids de certains de leur sac!..
    Bien plus qu’une petite pierre à déposer a la Crux de Hierro!…

    Un exemple parmi d’autres:
    Un homme pendant le repas prend tout un lot de médicaments.
    Puis le repas se passe et en confiance il parle!…
    Il nous avoue avoir un cancer et depuis qu’il marche , il n’a plus mal!
    Cet homme revit!….
    Ce chemin , je ne sais s’il nous guérit, mais il nous soigne de tant de soucis, de maux!….

    Cela me fait penser au très bon livre que je viens de lire : « Le vestibule des causes perdues » de Manon Moreau.
    Je vous le conseille fortement.
    Cette personne a du être hospitalière , un jour!

    Bon été à toutes et à tous

    Serge M

  3. Emanuel Legand dit :

    Bonjour mon père,

    Je viens de finir cet ouvrage.
    Quelle leçon! L’être humain n’est donc pas si égoïste.

    Un grand message d’espoir pour nous tous.

    Cela me donnerait envie d’entreprendre le pèlerinage, malheureusement le manque de temps ne me le permet pas, à ce jour du moins.

    Merci encore

  4. Merci Serge et Emmanuel pour vos commentaires. Je vous souhaite de rencontrer un jour l’un de ces deux grands hommes qui redonnent foi en l’humanité. A défaut d’entreprendre le pèlerinage, vous pouvez ouvrir votre porte aux pèlerins ou à ceux qui en ont besoin. Tel est le message de ce livre.

    Bien à vous.

    Marianne Rigaux [auteur du livre, NDR]

Les commentaires sont fermés.