Pieds et poids : petites misères du pèlerin imprévoyant vers Compostelle

Revue de presse. Sur la route du Puy-en-Velay vers Saint-Jacques de Compostelle, certains randonneurs seraient trop chargés, mal équipés et remplis d’ampoules aux pieds. Source : Le Progrès.

Extrait de Saint-Jacques-de-Compostelle, le chemin des imprévus, Julien Billy, Le Progrès (25/07/09)

Tout est parti d’une intervention, celle de Christian Bertholet, président du Comité départemental de randonnée pédestre de Haute-Loire. Il a récemment évoqué dans un magazine national, daté du mois de juillet, un fait qu’il dit vérifier régulièrement. Une réflexion née de certaines habitudes prises par les randonneurs empruntant le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, au départ du Puy-en-Velay. Selon Christian Bertholet, au bout du premier jour, soit 23 km de marche, les pèlerins se rendent compte qu’ils ont trop chargé leur sac de voyage. Direction La Poste de Saint-Privat-d’Allier où ils se délestent d’une partie de leur paquetage.

À la deuxième étape, à Saugues, c’est leur équipement qui montre quelques signes de faiblesse inquiétants. En particulier les chaussures de marche. Un saut au magasin de Saugues et l’affaire est jouée. Une belle paire de chaussures toutes neuves.

Et les pieds dans tout ça ? Ils souffrent. La pharmacie de Saint-Alban-sur-Limagnole, en Lozère, serait dévalisée de ses pansements. Nous sommes allés voir sur le terrain pour vérifier cette impression. Dans chaque ville étape, nous sommes allés à la rencontre des pèlerins pour recueillir leur sentiment sur ces faits. Nous avons aussi discuté avec les commerçants concernés. Après tout, ils sont les mieux informés sur la question.

Il se trouve que les rumeurs se vérifient. Question de ressenti. La relative photographie nous inspire dès lors une méfiance légitime. On se gardera de faire des généralités de scènes qui se retrouvent tout au long du chemin. A-t-on simplement le sentiment que sur trois étapes, en particulier, l’épisode se répète au point d’en faire un éclairage. Délestez-vous, chaussez-vous, pansez-vous, petit voyage sur les premiers kilomètres du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Départ : Le Puy-en-Velay. Arrivée : Saint-Alban-sur-Limagnole.

Les pèlerins renvoient leurs affaires comme une lettre à La Poste

Camille a 19 ans. Cette Québécoise s’est lancée le matin même du Puy sur le chemin de Saint-Jacques. Mais dès les premières heures, son dos n’a pas supporté la lourde charge de son sac. « J’ai trois kilos en trop », lance l’étudiante à l’accent si reconnaissable. Elle s’est donc empressée de vouloir expédier quelques affaires. « Ça me coûterait trop cher de les renvoyer chez moi. Alors, je vais essayer de les faire suivre à une autre étape. C’est une question de logistique maintenant », sourit l’intéressée, qui confirme la préférence pour les étrangers à opter pour du transbagage. Les Français n’hésitent pas à renvoyer chez eux. La Vieille auberge fait Point Poste. Et l’activité est animée. « Ça peut être des pèlerins qui ont pris leur tente pour le camping et qui changent rapidement d’avis », donne en exemple, Emmanuelle Gandeboeuf. La patronne de l’auberge le voit à la tête des randonneurs. « Quand ils ont les joues bien rouges, il y a un problème. »

Avec Nicole et Serge, les randonneurs trouvent chaussure à leur pied

Saugues, capitale de la Bête du Gévaudan… et de la chaussure de randonnée. Ce pourrait être le nouveau slogan pour cette commune traversée par les pèlerins de Saint-Jacques. La ville a deux magasins de chaussures. Chez « Alles chaussures », propriété de Nicole et Serge Rousset, 10 % du magasin concerne les équipements pour la marche. Une partie de la vitrine y est même réservée. Pourtant, les commerçants se défendent « de vendre de tout ». Des périodes sont plus propices. « C’est surtout en juillet et août. Ceux qui font Saint-Jacques au printemps sont plutôt des connaisseurs. Ce sont en majorité des étrangers. Ils sont bien équipés. » Le matin de notre venue, une jeune Parisienne est venue acheter une paire. Les siennes étaient usées. Ici, ça va de 60 à 230 euros. La préférence de Serge Rousset va à la Meindl, « la Rolls des chaussures de rando ». Saint-Jacques fait travailler tout le monde. Y compris les marchands de chaussures, qui ouvrent chaque matin vers 7 h 30.
Aujourd’hui, les pèlerins de Saint-Jacques sont en fête

Aujourd’hui, c’est la saint Jacques. Et les pèlerins sont en fête. L’association Les Amis de Saint-Jacques du Velay propose diverses animations à l’occasion de son 10e anniversaire. Dès 14 heures, une visite guidée de la ville permettra de découvrir le patrimoine jacquaire. Le rendez-vous est donné devant l’office de tourisme. De 15 heures à 18 heures, plusieurs lieux ouvrent leurs portes : Maison Saint-François, Relais Notre-Dame, Relais du pèlerin, gîte des Capucins,… À 21 heures, un spectacle, Salve Regina, sera donné en la cathédrale. L’année prochaine, 2010 sera une année jacquaire. La saint Jacques tombera un dimanche.

Les petits bobos sont soignés à la pharmacie

Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle laisse indéniablement des traces à tous ceux qui s’y aventurent. La marche, ça use les chaussures et ça esquinte beaucoup les pieds. Dès lors, un petit tour en pharmacie s’impose. A Saint-Alban-sur-Limagnole, en Lozère, l’officine se situe à l’arrivée du chemin. Si les randonneurs ne se trompent pas d’itinéraire, ils ne peuvent pas la louper. Et sur les présentoirs de la pharmacie, les pansements et autres remèdes aux maux de pieds, ont trouvé une place de choix. Ampoules, brûlures, coussinets de protection, les boites sont bien en évidence. « Ce sont surtout des tendinites et des ampoules », repère l’une des pharmaciennes. Sans oublier les crèmes solaires pour les méchants coups de soleil. « Ça défile tous les jours. » Liliane est venue faire des stocks. Prévoyante, elle s’est méfiée avant de partir et recharge sa mallette de secours. « Je ne prends pas la boite car c’est trop encombrant », souligne la pèlerine.

[…]

Chaque matin, deux messes en la cathédrale du Puy

7 heures du matin. Chaque jour, entre 50 et 100 pèlerins posent leur bagage contre un mur et prennent place sur le banc pour une petite heure de messe qui inaugure leur chemin. Cette démarche liturgique, qui leur est suivie chaque année par quelque 11 000 pèlerins. Un second office a lieu chaque matin à 9 heures

[…]

1 509 km séparent Le Puy-en-Velay de Saint-Jacques-de-Compostelle

Quatre itinéraires sont répertoriés comme point de départ vers Saint-Jacques. Outre Le Puy, on compte ceux de Paris, Vézelay et Arles. 1 509 km séparent Le Puy et Saint-Jacques. Le GR 65 compte 134 km en Haute-Loire.

Aucune donnée chiffrée ne permet de comptabiliser avec exactitude le nombre de randonneurs qui partent chaque année de la cité ponote. On estime entre 20 000 et 30 000 pèlerins chaque année. La moitié assisterait à la messe du matin en la cathédrale du Puy.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Conseils aux marcheurs, Equipement, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.