Invention : tirer son sac sans se faire mal au dos

Le randonneur Gérard Sallaud, 68 ans, a inventé un prototype de chariole qui permet de tirer son sac sans se faire mal au dos. Mais pour développer son idée, il a besoin d’un coup de main. Un charriot du même genre existe déjà : le carrix, dont les détails techniques sont fournis ici.

« Je suis un randonneur au long court, qui pour vaincre des maux de dos a développé un système de portage destiné à vagabonder en toute autonomie, expliquait-il dans le bulletin Camino (n°79 – mars 2009), édité par François Lepère. De nombreux essais ont confirmé la bonne adaptation du système. Il doit être possible de trouver un avenir pour cet appareil qui rendrait bien des services à des randonneurs qui, eux aussi, rencontrent des limites dans leur grandes randonnées, notamment vers Saint Jacques de Compostelle. Retraité je ne souhaite pas, personnellement, me charger de ce développement. J’aimerais le confier à un grand randonneur qui, en recherche d’une activité professionnelle, serait tenté d’étudier l’aventure, en toute indépendance. Une gamme de fabrication et une liste de fournisseurs existent ainsi que les deux exemplaires des charioles-test. »

Suite à cet appel, lancé le 5 mars, l’inventeur, qui habite près de Dreux, a noué des contacts prometteurs. « L’annonce a permis de tisser des liens intéressants et des solutions vont peut être s’en dégager, dit-il. Elle a aussi donné de beaux contacts qui me donnent envie d’avancer dans ce projet solidaire. »

Le site de présentation de sa chariole Randomax

Un autre outil pour le portage : le carrix

Pour mémoire, une société suisse a déjà mis au point un charriot porte sac à dos appelé « Carrix« , dont voici le descriptif par François Joncourt, qui le diffuse :

« Il passe partout si le pilote est bon selon le poids emporté et les difficultés du terrain (peu se porter sur le dos facilement).
– Pliable 76x24x20cm poids 4,6kg
– Roue increvable.
– Axe large comme une chaussure de marche.
– passe dans les sentiers étroits.
– Ne se retourne pas dans les dévers.
– Ne pousse pas dans les descentes.
– Inertie absorbés par le harnais.
– S’adapte à l’inclinaison jusqu’à 40°.
– Slalome entre les obstacles, est très maniable.
– Avec la petite roue en avant le tirage est plus facile sur les obstacles qu’avec une grande roue.En aditionnant le rayon et le diamètre des roues le carrix dispose d’une roue de 44cm tout en gardant un centre de gravité très bas.
– Se plie et se déplie en deux minutes sans outil.
– Peu de vibration le carrix est flexible verticalement et en torsion, rebondit sur les rochers.
– Tout est réparable soi-même,pas de soudure ,une seule clef de 10mm est nécessaire pour tout démonter.
– Peu servir de support de tente,auvent etc.. sèche-linge en marchant.de brancard de secours,supporte un homme sur le passage d’une crevasse.(un blessé a été descendu en brancard dans la vallée de Chamonix en 2008)
– Pour les descentes le marcheur est très à l’aise et freine moins qu’avec un sac sur le dos ,le portage et la poussée se faisant au niveau de la ceinture et même plus bas.C’est un grand avantage et une fatigue épargnée importante.
Son prix Au Vieux Campeur: €.686 ( sans les accessoires) en location chez Locarrix.fr« 

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Conseils aux marcheurs, Equipement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Invention : tirer son sac sans se faire mal au dos

  1. Phebus dit :

    Bonne idée, le chariol !!!
    Je suis en train d’en fabriqué un, plutôt ‘light » avec une roue, un plateau et deux bras.
    Bonne chance dans votre projet.

  2. je suis allée à pied jusque Jerusalem avec le carrix. léger et passe-partout, c’est vrai. Le mien avait deux petites roues à l’arrière. Très roulant sur petites routes et en ville (trottoirs). Sauf quand le goudron est « moulu » grossièrement comme en Turquie : le pneu est certainement inadéquat pour absorber les micro secousses, insaisissables au « senti » mais ralentissantes au max! A part cela, le jumelage harnais/trolley absorbe en effet le poids. Il devrait y avoir des amélioration à apporter au harnais, toutefois : au niveau des épaules, à la longue, beaucoup moins confortable que le rembourage prévu sur les sacs à dos. Bien sûr, le fabricant privilégie le poids global de l’appareil mais, à mon sens, puisqu’on ne le sent plus en le tirant, il ne faudrait pas ménager les amortis à ce niveau, ainsi qu’au niveau des boucles de liaison à la hauteur des hanches (je suis plutôt mince et je les sens…. et en marchant, ça ne s’arrange pas !!!!) Dernière chose : une cale qui permettrait au carrix de tenir debout devrait être non un accessire mais faire partie du tout… ce que je croyais en l’achetant. Quant à la maniabilité hors harnais bras dépliés, parfait. Bras repliés : nulle au point que j’aie fait souder (verticalement à la barre transversale entre les 2 bras) un petite pièce en métal me permettant une préemption plus aisée quand le cariot est chargé. A part cela, sans le carrix, aurais-je fait ce voyage avec autant de candeur ? j’ajouterai presque que tout comme pour un âne, il attirait l’attention. Le Moyen-oriental étant curieux de nature… ce fut aussi un moyen de communication inattendu!
    Innovez, innovez… Il y aura du client, même pour les non-randonneurs : quand je serai vieille -enfin plus vieille -, je ferai mes courses à pied avec! car c’est increvable! les pneuxssont encore parfaits! Et par les temps qui courent… c’est écolo. Juste cher à l’achat tout de même!

  3. Roland dit :

    Jérusalem en partant de France ce n’est pas la porte à côté.Chapeau bas Anne-Marie….
    J’ai acheté un carrix ce printemps pour marcher en autonomie sur le sentier des douaniers autour de la presqu’île de Crozon et le chemin de Stévenson.
    Comme le poids de mon sac approchait les 25kg j’ai pris les épaulettes de confort qui sont proposées pour le harnais du carrix .Les vibrations sont nettement ammorties sur des chemins caillouteux.Dans l’équipement le fabricant ajoute maintenant une petite cale à glisser dans la roue et bloque ainsi le carrix quand il s’agit de le laisser debout contre un mur.
    J’ai aussi été très remarqué avec ce chariot-brouette et le contact avec les personnes rencontrées en a été facilité.
    Dans les descentes je l’ai parfois passé devant.Pour les grands escaliers du chemin des douaniers je l’ai tiré en me retournant c’est plus facile.Il y a toujours une solution pour chaque situation.
    L’année prochaine je me lance sur les chemins de St. Jacques de Compostelle.
    Et par les temps qui courent …c’est écolo

  4. Patrick dit :

    Bonjour à tous,
    Au sujet des chariots de randonnée, quelqu’un connait-il ce chariot vu sur http://www.monmulet.ch.
    Assez complet, on peut choisir selon les terrains, de rouler avec une ou deux roues.En plus de ses roues increvables, il est équipé de suspensions à ressorts. Et si le parcours devient difficile, il est équipé de série d’un système de portage donc pas besoin de sac à dos.
    Quelqu’un le connait-il? Merci pour vos réponses.

  5. David dit :

    Bonjour Patrick.
    Puisse-que tu demandes un avis,en voici un.
    A première consultation du site « montmulet » ,ce matériel ne parait pas très solide et pas très pratique pour la randonnée.Il s’agit d’une claie de portage avec un système de roue(s) avec un ressort?Les défauts sont nombreux et ayant l’habitude d’utiliser un carrix je peux dire qu’il faut se méfier des pâles copies d’un original qui a fait ses preuves de fiabilité.Le prix moins élevé ne garantit rien .
    Cordialement
    David

  6. Patrick dit :

    Salut David,
    merci pour ta réponse.
    Comme je souhaite faire l’achat d’un chariot, je ne voudrais pas faire le mauvais choix. Pourrais-tu me dire quels sont les défauts que tu as repérés ?
    Sont-ils importants, parce que le chariot MonMulet me plait bien avec ses multiples possibilités.

  7. jacques dit :

    Bonjour à tous,

    Salut Patrick, à mon tour de répondre à ta question et en connaissance de cause.

    Attiré par les caractéristiques du chariot Mon Mulet, je n’ai pas attendu longtemps pour passer aux essais.

    Sur les chemins, même bien chargé le chariot roule tout en douceur sur ses 2 roues grâce aux suspensions sur ressorts. Quand on aborde un obstacle, les petites roulettes qui aident aux passages difficiles sont elles aussi montées sur suspension et du coup adoucissent le contact avec l’obstacle.

    Je ne te parle pas de l’avantage de pouvoir passer sur une roue dès que les chemins deviennent de plus en plus cabossés. Le chariot ne tangue plus puisqu’on passe une seule fois sur les cailloux.

    Un autre avantage, celui de pouvoir le porter comme un sac à dos. On enlève les roues facilement. Les poignées sont télescopiques, donc plus rien au dessus de la tête. On place le dossier et la ceinture. En peu de temps il est prêt pour les passages vraiment difficiles.

    Touts ces avantages ne nuisent pas à la qualité générale du chariot. Au contraire, bien fini et pratique, son fabriquant à choisit de bons matériaux.

    A toi maintenant de faire ton choix, pour ma part je ne regrette pas le mien.

    Bien du plaisir dans tes futures randonnées.

    Sur terre il y de la place pour tout le monde, même pour les nouveaux, mais surtout s’ils proposent de bonnes trouvailles. A bon entendeur et bonne visite sur http://www.monmulet.ch

  8. David dit :

    Bonjour.

    Album photos découvert sur le net au sujet du carrix.
    http://picasaweb.google.com/112852352135595860303/LeCarrixEnVoyage?feat=directlink

    Je cherche encore d’autres sites sur le sujet .
    A bientôt
    David

  9. gérard dit :

    Bonsoir, depuis plusieurs années nous faisons pendant une quinzaine de jours par an le chemin de Saint-jaques. Actuellement nous sommes arrivés à Saint-jean et bientôt l’Espagne, nous avons confectionné un petit chariot en aluminium pour nous délester de la charge de notre sac à dos (20 kg).

    Bonne route à tous et bon chemin

    Nad et GG

  10. François dit :

    Bonjour.

    Il est évident que les chariots avec deux roues ne peuvent être utilisés que sur des routes et des chemins carrossables. Pour cette été 2012 un nouveau modèle de remorque de randonnée, le Carrix globettotter, voit le jour avec aussi deux roues mais avec un poids minimum et une solidité à toutes épreuves.Pour le découvrir voici la page pour vous faire une idée de ce nouveau chariot de randonnée:
    http://www.carrix.ch/globe.html
    Sportivement.

  11. claude dit :

    Bonjour,
    Pour ceux qui seraient intéressé par ma modeste expérience d’un chariot léger de 1kg800
    qui a déjà parcouru avec son maître plus de 800kms sur les chemins variés dont gr65. charge courante 11kg(poids sur les épaules/hanches :2k800), testé à 15kg.
    Son comportement a été irréprochable.
    les photos: http://s.joomeo.com/4fb62900f006c
    Bien évidement Votre avis m’intéresse.

  12. jean pierre dit :

    salut, juste pour info: depuis 6 ans j’utilise un engin qui me donne entière satisfaction, voir le lien:
    http://sherpatrek.canalblog.com/

Les commentaires sont fermés.