Des anti-nucléaires sur le chemin de Compostelle

Revue de presse. Noël Bernard, Michel et Odile Le Courtois s’élancent ce samedi de la grotte du Pont-Roz à Theix (Morbihan) sur le chemin de Compostelle, pour sensibiliser au sort des militaires français qui ont participé aux essais nucléaires au Sahara et en Polynésie. Source : Ouest-France.

Extraits de l’article : « Les vétérans des tirs en marche vers Compostelle« , par Denis Riou, Ouest-France, édition de Vannes (24/04/09).

Ce samedi, vous partez à trois pour Saint-Jacques de Compostelle. Quel est le sens de cette marche ?
C’est un projet qui remonte à près d’un an. Deux d’entre nous (Joël Bernard, 57 ans, de Theix, et Michel Le Courtois, 62 ans, de Plescop) sont des vétérans des essais nucléaires dans le Pacifique.

La partie française de notre périple a pour but de sensibiliser les gens au travail de l’Aven (l’Association nationale des vétérans des essais nucléaires), pour soutenir les jeunes Français, conscrits ou engagés, qui ont participé aux essais nucléaires. Nous partons dans un double esprit : la sensibilisation et l’exploit sportif.

Quelles dispositions avez-vous prises pour vous faire entendre ?

En France, nous n’emprunterons pas l’itinéraire historique de Saint-Jacques. Nous avons prévu des étapes de 30 à 35 kilomètres avec un accueil quotidien chez des adhérents de l’Aven.

Dans chaque département traversé (Loire-Atlantique, Vendée, Charente-Maritime, Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques), nous aurons au moins une réunion, notamment avec les médias, pour rappeler le sens de notre combat, qu’un projet de loi d’indemnisation vient de remettre en lumière. En Espagne, que nous pensons rallier d’ici le 25 juin, nous reprendrons les étapes classiques du pèlerinage.

Que pensez-vous de ce projet de loi ?

Il n’est pas encore finalisé. On peut supposer qu’il sera amendé. De ce que nous savons, il comporte des avancées : il n’y aurait plus à établir de lien de causalité entre les maladies déclarées par de très nombreux vétérans et leur irradiation. À noter aussi que, pour la première fois, notre association a été reçue par le ministre de la Défense Hervé Morin.

« Samedi matin à la grotte de pont Roz, Après une courte bénédiction du père Le Pivin, à 9h précise, Odile Le Courtois et Joël Bernard s’engageaient sur les sentiers de Saint-Jacques de Compostelle, rapporte Le Télégramme (28/04/09). Une trentaine de personnes amis et vétérans des essais nucléaires s’étaient rassemblés autour des marcheurs pour les encourager et les soutenir au départ de leur première étape (Camoël, 30km).

> Le site de l’Association Nationale Vétérans Victimes Essais Nucléaires.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Insolite, Militantisme, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.