Sur RCF, écoutez Gaële de La Brosse parler des chemins

C’est un tandem radiophonique que nous formons, quand l’un part (c’est mon cas, jusqu’à la fin du mois), l’autre lui succède au micro. Chaque lundi de mai, à 9h16, sur RCF vous aurez le plaisir d’entendre Gaële de La Brosse nous parler chemins, pèlerinages, itinérance. Je vous retrouve, quant à moi, début juin sur les ondes. En attendant… Bonne route !

Depuis que, en 1986, Gaële de La Brosse a arpenté les sentiers qui mènent à Saint-Jacques-de-Compostelle, elle n’a plus quitté les chemins de pèlerinage. Elle a ainsi marché vers Rome, Assise, Fatima, le Mont-Saint-Michel, Vézelay, et a bouclé le Tro Breiz. Elle a publié plusieurs ouvrages sur ces sujets et est responsable, au Pèlerin, de la rubrique « Chemins de pèlerinage ».

Vous pouvez écouter ses chroniques en direct le lundi à 9h16 ou en podcast sur RCF à la demande

Ecouter ses précédentes chroniques
Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | 2 commentaires

Juliette Lacoste soutient les premiers pas des pèlerins vers Compostelle

Juliette Lacoste dans l'Aubrac, août 2013, entre Le Rouget et Aumont.

Juliette Lacoste dans l’Aubrac, août 2013, entre Le Rouget et Aumont.

Elle habite Linselles, dans le nord de la France, Juliette Lacoste a décidé de poursuivre, sous une autre forme, son métier d’enseignante : elle a apprend à ceux qui veulent se lancer sur le chemin de Compostelle à trouver la confiance et la sérénité  en les accompagnant sur les premiers kilomètres. Elle a fondé l’association Les premiers pas, qui a aidé 150 personnes à faire les leurs. Elle associe cet accompagnement à des exercices de Qi Gong quotidiens.

Juliette a pris elle-même la route en 2006 avec des amies pour une première séquence de trois jours. « Nous nous sommes connues en stage de développement personnel, se souvient-elle, et lors d’une soirée entre nous, j’ai lancé cette idée. Je pense que faire le chemin de Saint-Jacques est en lien avec le développement personnel. Et donc elles ont répondu avec un oui spontané ! Je me suis proposée pour l’organisation et 2 mois plus tard nous nous retrouvions sur le chemin ! »

Elle s’est arrêtée à Logroño, 200 km après la frontière. « Avec 4 enfants, dit-elle, je ne peux m’absenter plus de 10 jours par an pour ma convenance personnelle. L’année dernière avec l’activité des « premiers Pas » je n’ai pas pu partir mais en novembre 2014, j’espère pouvoir partir 10 jours pour continuer mon propre chemin. »

► Ecoutez ma chronique du  14 avril 2014 : Les premiers pas : quel est le profil des marcheurs qu’elle accompagne ? Que leur enseigne-t-elle ? Poursuivent-ils le chemin après ?

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle | Commentaires fermés sur Juliette Lacoste soutient les premiers pas des pèlerins vers Compostelle

Compostelle : Elise Comarteau blogue sur les pèlerins qui font halte à Logroño

Installée à Logroño, dans la Rioja, Elise Comarteau dresse le portrait des pèlerins qui marchent sur le camino francés. Elle les rencontre à l’albergue et publie leur témoignage dans son blog pelerinsdelogrono.wordpress.com.

► Ma chronique RCF du 22 avril sur ce que je pense du blog « Pèlerins de Logroño »

Elise Comarteau - http://pelerinsdelogrono.wordpress.com Blog des marcheurs : Pourquoi vous êtes vous intéressée aux pèlerins de Compostelle ?
Elise Comarteau : Parce que je les croise tous les jours : le chemin passe sur la route du trajet que je fais deux fois par jours, cinq jours par semaine pour emmener mon fils à l’école. Ensuite, parce qu’à chaque fois que je les croise, je me demande ce qu’ils font là. Et enfin, parce que je suis très attachée au chemin et à Saint Jacques de Compostelle.

J’ai eu cette idée de blog, le 1er janvier dernier au matin. Je visitais un village étape à coté de Logroño à 10h parce que mes enfants s’étaient réveillés tôt et que je ne savais plus quoi leur faire faire. C’était désert. Pas un chat. Soudain, j’ai vu un couple de pèlerins allemands d’une vingtaine d’années qui entrait dans une église, et je me suis demandée ce que des jeunes faisaient là, un lendemain de réveillon, à marcher dans le froid au lieu de cuver au fond de leur lit…

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle | Commentaires fermés sur Compostelle : Elise Comarteau blogue sur les pèlerins qui font halte à Logroño

Mirabelle : une vache sur le chemin de Compostelle

Fabienne Sauvageot et Mirabelle au salon de la rando (Paris)

Fabienne Sauvageot et Mirabelle au salon de la rando (Paris)

Mirabelle est une vache d’Aubrac qui voit passer toute la journée les pèlerins de Compostelle au bord de son pré et qui rêve de les accompagner… « Mirabelle, c’est un peu moi, explique Fabienne Sauvageot. Lorsque j’ai annoncé à ma famille et à mes proches que je voulais partir sur le chemin de Compostelle, tout le monde m’a prise pour une folle. Quand j’étais plus jeune, je faisais des randonnées avec mes parents mais je n’étais pas une voyageuse. »

Pendant deux ans, la franc-comtoise prépare son voyage en se plongeant dans les récits et légendes du Camino. Puis elle se lance sur le chemin au départ du Puy-en-Velay. C’était en 1998. « Mon père pensait que j’allais revenir au bout de deux jours… » C’est en traversant l’Aubrac qu’elle croise le regard des vaches…

Le personnage de la vache Mirabelle naît sous ses crayons mais restera une quinzaine d’années au fond d’un tiroir.  C’est l’été dernier qu’elle rencontre la créatrice de la maison d’édition Le Lyrion qui l’incite à lui montrer ses projets personnels. Elle est séduite par le personnage de Mirabelle, qui depuis, connaît un succès croissant : les enfants s’émeuvent de son sort, les écoliers la dessinent avec ses copines, des spécialistes attestent la conformité du prénom Mirabelle pour l’espèce des vaches Aubrac…

Grâce à Mirabelle, la graphiste reste ainsi sur le chemin de Compostelle. « Depuis la parution de Mirabelle, je suis sur un petit nuage, dit-elle. Les enfants l’ont tout de suite apprivoisée ».

Elle prépare déjà un deuxième opus, disponible d’ici la fin 2014, où nous suivrons l’itinéraire de l’Aubrac jusqu’à Santiago, et dont les anecdotes seront inspirées des péripéties vécues par Fabienne. En attendant, jetez un coup d’oeil sur le carnet de route, dessiné sous forme de livre pop up (livre papier avec des animations en relief) que Fabienne a réalisé au retour du Camino !

> Ecoutez la chronique de ma rencontre avec Fabienne Sauvageot au salon de la randonnée

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle, Randonnée | Un commentaire

Téléchargez votre entrée gratuite et rejoignez-moi au salon de la rando

Salon de la rando Paris 2014

F67, c’est la référence du stand Chemins d’Etoiles, animé par Gaële de La Brosse, qui s’installe au salon des nouvelles randonnées à Paris, porte de Versailles, du vendredi 28 au dimanche 30 mars 2014. Je serai moi-même sur place samedi 29 mars de 14h à 19h.

Le stand Chemins d’Etoiles, c’est l’ambiance des grands chemins transporté à Paris : autour des livres, DVD, revues, topo guides, on croise des pèlerins, des marcheurs au long cours, des hospitaliers, des curieux, qui se mêlent, discutent, échangent info pratiques, conseils et souvenirs de marche. On se croirait le soir au gîte d’étape sur le chemin de Compostelle.

Si vous rêvez de prendre la route ou bien si vous voulez simplement humer l’air du chemin, venez discuter avec les représentants des associations actives sur le chemin de Compostelle, de Saint-Michel, de Saint-Martin, du Tro Breiz, d’Assise, de Rome.

Ne manquez pas vendredi 28 mars, de 15h15 à 16h15, le projection – dédicace d’Olivier Lemire, qui a parcouru le chemin de saint François, de Vézelay à Assise. Il dédicacera jusqu’à 18h son nouveau livre « Chemin d’Assise, l’aventure intérieure » (éditions Bayard).

D’autres rencontres dédicaces sont prévues, consultez le programme complet sur le site Chemins d’Etoiles.

> Téléchargez votre entrée gratuite pour le salon des nouvelles randonnées

Publié dans Randonnée | Commentaires fermés sur Téléchargez votre entrée gratuite et rejoignez-moi au salon de la rando

Le slow pèlerinage, c’est tendance !

© S. Massart/ F. Archimbaud

Jadis, les pèlerins de Compostelle revenaient à pied, faute d’autres moyens de transport. Aujourd’hui, alors que bus, voiture, avion, train s’offrent aux pèlerins, certains choisissent de revenir à pied… ou en bateau.

La mode du « slow » (slow food, slow fashion) qui prône la lenteur, le ralentissement, la décélération gagne aussi la marche et le pèlerinage, qui sont déjà des slow démarches.

Le retour qui prend son temps permet de s’accorder des sas de décompression, comme lorsqu’on remonte à la surface après une plongée en eau profonde. Alors que l’aller est aimanté par un but, une destination, un sens précis, le retour nous met face à un sens à trouver en nous-même.

Ce qui, dans un premier temps,  peut être déroutant. «Le Chemin est une grande chose mais le retour en est une autre, témoigne Claude de Savoie. Reprendre un autre chemin, le grand chemin, celui de tous les jours, cela devient trop dur. »

« En découvrant que le chemin physique est le symbole d’un chemin intérieur. A son retour, le pèlerin doit se remettre en route, redonner de la vitalité à cette intériorité », m’explique le Frère Benoît Billot, qui anime des sessions « Le chemin après le chemin« , avec l’association Compostelle 2000

Gaële de La Brosse a approfondi ce thème à travers un témoignage et une réflexion personnelle sur le sens du chemin après le chemin. « On dit parfois : « Jamais je n’y arriverai ». Comme sur le chemin, on a des doutes, on est tenté de faire marche arrière. Mais en même temps que ces tribulations, il y a toujours un événement qui survient pour nous permettre de poursuivre notre route. […] Toujours l’étoile du Chemin nous guide dans notre quête et éclaire notre route.« 

L’arrivée du chemin dévoile un nouveau chemin, c’est ce dont témoignent les pèlerins, interviewés par Gaële de La Brosse pour l’hebdo Pèlerin(« Compostelle : le pèlerinage en mode aller-retour« ),  et dont je parle dans ma chronique RCF (5 mn) du lundi 17 février 2014.

Ainsi, Sylvie Massart et Florence Archimbaud, après avoir effectué le tour du monde à vélo en 2000, sont parties sur le chemin de Compostelle entre 2011 et 2012 :  4000 km parcourus, cinq mois de marche. Sur la carte, leur itinéraire dessine le  signe de l’infini…

Publié dans Autres chemins de pèlerinage, Compostelle | 5 commentaires

Julia Gaubert et Mathieu Sabourin suivent à pied une diagonale européenne de 7000 km

Juin 2013, entrée en Lituanie, leur troisième pays traversé © europedespetitspas.com

Quand j’ai joint  hier, dimanche 9 février, par téléphone Mathieu Sabourin (28 ans) et Julia Gaubert (29 ans) , ils s’accordaient leur pause hebdomadaire à proximité de Castres (Tarn). Leur hébergement était assuré par un couple d’Anglais, membre du réseau d’hébergement international Couchsurfing, auquel ils ont régulièrement recours.

Malgré les caprices de la communication, j’entendais dans leur voix l’énergie, la joie, la confiance que le chemin transmet à ceux qui le parcourent. Avec 4644 km dans les pieds, ils envisagent avec sérénité le reste de leur trajet à travers l’Espagne et le Portugal. Ils ont quitté Tallinn (Estonie) le 30 mai 2013 et progressent à raison de 25 km par jour (soit 7 à 8 h de marche). A leur arrivée, en juin prochain à Lisbonne,  ils totaliseront 7000 km !

L’itinéraire de ce couple de Montpelliérains, baptisé « l’Europe des petits pas », suit une diagonale entre le Nord et le Sud de l’Europe — Un moyen privilégié d’aller à la rencontre de l’Europe réelle. Cette réalité européenne qu’ils abordent déjà par leur métier. Mathieu travaille comme consultant en politiques publiques et participe à la gestion et à l’évaluation des programmes européens. Julia vient de soutenir une thèse en droit au centre européen et de recherche en droit de la santé.

Equipés de tablettes (c’est plus léger qu’un ordinateur) ils peuvent consulter leur mail, alimenter leur blog et leur page Facebook. Grâce à elles, Mathieu a pu se mettre à jour de ses classiques en écoutant les livres audio d’Alexandre Dumas, de Proust, de Victor Hugo… Tandis que Julia se branche sur les podcasts d’émissions de… voyage.

Ils ont accepté de répondre à mes questions sur la façon dont ils vivent l’un et l’autre ce périple.

Ecoutez ma chronique radio sur RCF (5’50 mn) sur le périple de Mathieu et Julia.

Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | 4 commentaires

Le sens du pèlerinage chez les Protestants

Sentier sur les pas des Huguenots

Même si les Protestants ne se reconnaissent pas dans le terme de pèlerinage (puisqu’il s’agit en général d’aller vénérer un saint), de plus en plus d’initiatives se mettent en place pour organiser des marches vers des lieux de mémoire, de méditation et de prière.

Le site Actualités unitariennes consacre un intéressant article à ce sujet avec de nombreux liens vers trois sentiers huguenots (dont le plus long, labellisé itinéraire culturel européen, fait 1600 km en France, Suisse, Italie et Allemagne)  mais aussi vers d’autres lieux historiques.

J’ai ainsi découvert l’existence d’un centre Quaker à Congénies, dans le Gard, qui propose, entre autres, des « réunions de recueillement » et organise des « cercles du silence » (pour la défense des réfugiés).

Vous pouvez aussi retrouver sur mon blog le témoignage de Pascaline Chambart et Barbara Hunziker qui avaient inauguré le sentier des huguenots avec leurs ânes. Des jeunes Protestants de Meaux m’ont eux aussi confié la façon dont ils abordent la marche et la notion de pèlerinage.

La pasteur suisse Catherine Salzborn Chenuz, qui a effectué le chemin de Compostelle, résumait ainsi son sentiment : « J’ai trouvé formidable d’appartenir à un peuple migrateur, un peuple en marche hors du monde habituel, d’être portée par ceux qui marchent devant et ceux qui sont derrière. Cette dimension à la fois collective et individuelle du chemin m’a bien convenu. (…) Je crois que protestant, catholique, ou de confession ou religion différente on peut trouver sur le chemin une nourriture pour sa vie, et c’est le plus important. Il y a une dimension spirituelle commune à tous et une communion possible, incluant la richesse de notre diversité, et ceci même avec les personnes athées ou agnostiques. »

Ecoutez ma chronique sur RCF du 27 janvier 2014 sur le sens du pèlerinage chez les Protestants.

Publié dans Autres chemins de pèlerinage | Commentaires fermés sur Le sens du pèlerinage chez les Protestants

La « caminothérapie » : quand le chemin panse l’âme et le coeur endoloris

La caminothérapie, c’est cette façon bien singulière qu’a le chemin (el camino, en espagnol) de nous porter à travers nos difficultés pour nous replacer sur la route de la guérison intérieure et de la vie. C’est l’écrivain pèlerin Luc Adrian qui a popularisé cette expression dans son témoignage sur le chemin de Compostelle.

Nombreux sont ceux qui se lancent sur la route, notamment sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, suite à une épreuve (maladie, séparation, licenciement, remise en question…). C’est aussi mon cas, dans ce témoignage personnel que j’ai confié aux auditeurs de RCF le lundi 13 janvier 2014.

PS Pour une raison incompréhensible, j’ai donné un autre prénom à l’ange du chemin que j’avais croisé. Elle s’appelle Laurence (et non Hélène).

Si vous aussi, vous avez trouvé une forme de consolation, de guérison ou de salut sur le chemin, confiez-moi votre témoignage en commentaire.

Publié dans Compostelle, Témoignage | 11 commentaires

Didier Morisot, infirmier et hospitalier à Conques, façon San Antonio

Sur le site infirmiers.com, les chroniques de Didier Morisot, infirmier en Saône-et-Loire, sont savoureuses. Avec une gouaille digne de San Antonio, il relate, dans son billet du 11 décembre 2013, ses aventures en tant qu’hospitalier sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, à l’accueil Sainte-Foy de Conques.

En exerçant bénévolement cet accueil et cette écoute, il a le sentiment de revenir aux sources de son métier :  l’hospitalier, selon l’étymologie, est celui qui prend soin des malades et des pèlerins.

Il confie : « Aucun toubib caractériel en vue, pas de brancard où l’on attend dessus 24 heures, sous les néons… L’hôpital idéal, en fait, où le but est bien d’accueillir les gens et non pas de justifier de son activité en tapant deux ou trois heures sur un clavier. A l’hôpital j’ai toujours galéré pour pratiquer mon job comme j’aurais aimé le faire. La charge de travail, la hiérarchie, les règlements lourdingues, les ambiances difficiles… Bref, il m’a fallu attendre d’être hospitalier bénévole, ici à Conques, pour toucher du doigt le cœur de mon métier d’infirmier. Car pourquoi faisons-nous ce boulot impossible si ce n’est pour nous frotter aux autres et leur apporter un peu de bienveillance dans un monde de sauvages.  »

> Ecouter ma chronique du 16 décembre 2013 sur Didier Morisot

> Lire sa chronique sur infirmiers.com : « Hospitalier à Conques… mais pas à l’hôpital…« 

Publié dans Compostelle, Hospitalité, Randonnée | 4 commentaires

Le chemin de saint Ignace (Espagne) favorise la méditation

J’ai parcouru la première partie du chemin de saint Ignace, l’été 2013. Ce nouveau chemin, balisé en 2011, s’étend sur 650 km en la ville natale d’Ignace de Loyola et Manrèse, près du sanctuaire de Montserrat (Catalogne), où il a rédigé les Exercices spirituels.

En comparaison de Compostelle, c’est un chemin plus solitaire, si on l’effectue seul, qui favorise l’introspection. Sa structure, inspirée des exercices, permet de progresser spirituellement vers une décision (personnelle, professionnelle), un choix de vie.

► Ecoutez ma chronique sur le chemin ignatien.

 

A lire aussi : 

→ Le site caminoignaciano.org (disponible en espagnol, anglais, basque)
→ La page Facebook Camino Ignaciano
→ Le compte twitter @CaminoIgnaciano

Sur les traces d’Ignace de Loyola, pelerin.com
L’article et la chronique que j’avais déjà consacré au sujet en mai 2003.

 

Publié dans Autres chemins de pèlerinage | 3 commentaires

Randonner sur les chemins de mémoire de la guerre 1914-1918

Les commémorations de la Grande Guerre s’accompagnent de la mise en place de circuits de randonnée, qui permettent de prendre la mesure des combats et des conditions de vie des millions d’hommes engagés dans la guerre 1914-18.

Ecouter ma chronique sur les chemins de mémoire de la guerre 1914-18

Liens à suivre pour randonner sur les chemins d’histoire de la Grande guerre

Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | Commentaires fermés sur Randonner sur les chemins de mémoire de la guerre 1914-1918

Frustré par Compostelle, il respire sur le chemin d’Assise

Jacques Baranton, jeune retraité, a parcouru le chemin de Compostelle en 2011. Une expérience riche mais « frustrante » : « Trop de monde », regrette-t-il. C’est sur le chemin d’Assise que son désir de voyage spirituel, effectué dans une certaine solitude, a trouvé une forme d’accomplissement.

« Plus ardu que Compostelle », le chemin de 1479 km emprunte l’Alta Via, la route des crêtes des Apennins.

Jacques Baranton sur le chemins d’Assise © Eric Bonnet / Lyonne.fr

Parti le 6 mai de Vézelay, il est arrivé à Assise le 2 juillet. 58 jours de marche durant lesquels il a été confronté aux intempéries (neige, pluie).

Sur la route, il a conquis une liberté nouvelle, désormais affranchi de tous ceux « qui vous ont dirigés toute votre vie ».

Quelles sont les principales différences entre le chemin d’Assise et Compostelle ? 
Plus abrupt, plus ascétique, répond Dominique Olislaeger, responsable de l’association Chemin d’Assise, qui balise et fait vivre l’itinéraire.

  •  Le chemin est probablement plus physique car plus montagneux, spécialement en Italie où nous avons choisi de passer au plus près de la nature ;
  • La fréquentation est de très loin inférieure à celle de Compostelle : on estime à environ 400 pèlerins cette année ; en conséquence, aux étapes et en marchant, les rencontres sont presque exclusivement avec les autochtones et la solitude davantage possible. Les retrouvailles avec d’autres pèlerins sont rares ;
  • Les ravitaillements sont plus rares dans certaines régions ;
  • Les hébergements de type gîtes d’étape communaux ou commerciaux, les structures d’accueils spécifiques pour groupes sont rares. Mais l’hospitalité demandée trouve plus facilement réponse, surtout en Italie ;
  • Les services de portage de sacs sont inexistants ;
  • Le balisage est plus sommaire et il est nécessaire d’accepter quelques imprévus sur le parcours, malgré nos efforts pour améliorer la situation.
  • Sur le plan spirituel, nous veillons à promouvoir par divers moyens (guide spirituel, prière des clarisses, peintures et méditations), la spiritualité de saint François pour ceux qui désirent cheminer en ce sens.

Liens à suivre

Ecoutez le portrait de Jacques Baranton dans ma chronique RCF du 21 octobre.

Publié dans Assise | Un commentaire

Le Compostelle japonais : Shikoku, l’île aux 88 temples

Shikoku, l’île aux 88 temples, est sans doute la prochaine destination de Jean-Christophe Rufin, l’auteur à succès d’Immortelle randonnée, qui retrace son expérience sur le chemin du nord vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

Ecouter ma chronique RCF du lundi 14 octobre sur Shikoku 

Henromichi est un pèlerinage circulaire long de 1200 km, qui s’accomplit en une quarantaine de jours. Il a été fondé au 8ème siècle et a connu son âge d’or au 19e s. Aujourd’hui, comme pour Compostelle, il connaît un regain de fréquentation. La plupart des pèlerins n’en suit qu’une partie, en voiture, en bus ou en train. Environ 500 000 pèlerins le parcourent chaque année (contre près de 200 000 en 2012 à Compostelle).

Continuer la lecture

Publié dans Autres chemins de pèlerinage | 5 commentaires

Un sentier relie les trois abbayes du pays de Brocéliande

Un nouveau pèlerinage circulaire en Bretagne vient de voir le jour : le sentier séculaire qui relie trois abbayes du pays de Brocéliande, long de 95 km, ce qui représente 4 à 5 jours de marche.

Situé à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Rennes, il débute à la maison natale de saint-Louis-Marie Grignon de Montfort (prêtre du XVIIe s. auteur du Traité de la vraie dévotion), puis relie l’abbaye de Saint-Méen (XIe s.), à celle de Notre-Dame de Paimpont (monastère bénédictin du XIIe s., classé monument historique) et de l’abbaye Saint-Jacques de Montfort (XIIe s. inscrite aux monuments historiques). Le chemin emprunte les chemins des moines et des voies romaines.

© www.sentier3abbayes.com

Le balisage est élaboré. Il pourrait être « agréé par la Fédération départementale de randonnée et homologué par le conseil général », ont indiqué les organisateurs au journal Ouest-France.

L’initiative revient  à une association, fondée en juin dernier par le Père Roger Blot, responsable  diocésain du patrimoine religieux en Ille-et-Vilaine) qui s’est donné pour vocation de « valoriser ce beau sentier reliant un patrimoine inestimable, de faire découvrir les saints fondateurs et la vie des religieux, de développer le sens de l’accueil fraternel des pèlerins, et de soutenir la mise en valeur du patrimoine religieux et environnemental. »

« Il faut arrêter de considérer la région comme étant simplement une terre de légendes et de mythes (les Offices de tourisme s’en occupent pour remplir les chambres d’ôtes..), souligne Patricia Travers, de l’association. « Forêt magique », « pays des druides, de Merlin, de la fée Viviane sont très réducteurs pour caractériser ce sentier dont les deux tiers sont géographiquement en dehors de la forêt de Paimpont, mais emprunte des chemins séculaires des religieux entre les Abbayes. »

 Patricia Travers explique sur  RCF  le 10 octobre le triangle des trois abbayes

 NB Il existe un autre chemin des trois abbayes dans l’Artois : un itinéraire de 16 km (4h de marche) entre Mont-Saint-Eloi – Etrun et Maroeil.

Ma chronique  sur radio RCF du lundi 7 octobre sur le sentier des trois abbayes

 

Se renseigner 

Sentiers des 3 Abbayes en Brocéliande
Montoray
35750 Saint-Maugan
Tél. 02 99 09 96 57
www.sentier3abbayes.com
sentier3ab@gmail.com

Publié dans Autres chemins de pèlerinage | 2 commentaires

Allez voir The Way en salle, c’est cette semaine ou jamais !

Le beau temps ravit le pèlerin mais moins le diffuseur de film. Les températures estivales qui règnent fort agréablement sur notre pays ont distrait les spectateurs des salles de cinéma. C’est dommage car, depuis mercredi, le film The Way, nous offre un grand bol d’air et d’amitié sur le chemin de Compostelle.

Si un film ne recueille pas assez d’entrées lors de sa première semaine de diffusion, les exploitants le retirent de l’affiche en deuxième semaine pour placer des films plus prometteurs. Concrètement, The Way est dans 153 salles. Combien en restera-t-il la semaine prochaine ?

Ce soir, j’emmène une dizaine d’ami(e)s au cinéma à la séance de 19h20 à Paris. Certains ont suivi le chemin, d’autres ne le connaissent pas. J’ai organisé cette séance collective car le film est un beau moyen de leur faire goûter ce que nous vivons sur la route, et qu’il est parfois si difficile de traduire avec des mots…

Dernières mises à jour concernant la distribution en salle et la réception du public
Suivez la page Facebook du film The Way. Sur  Allociné, la liste des salles où le film est diffusé.

→ MàJ  du 16 novembre : 120 000 entrées pour The Way.

→ MàJ du 23 octobre, 15h : 99 789 spectateurs ont vu le film, qui, en cinquième semaine après sa sortie. Il est diffusé dans 108 salles (dont 65 nouvelles).

→ MàJ du 15 octobre, 9h 30 :  82 494 ont vu le film (chiffre de dimanche 13 octobre). Quatre semaine après sa sortie, le film est diffusé dans 115 salles. Consultez la liste sur Allociné pour connaître la localisation. « On continue à mobiliser nos spectateurs qui ne sont pas tous le public régulier des cinémas et donc met plus de temps pour aller au cinéma – et de préférence ensemble », explique le distributeur.

→ MàJ du lundi 7 octobre, 16h40 : une semaine et demi après sa sortie, le film a attiré 62 300 spectateurs (chiffres arrêtés au dimanche 6 octobre).  Le film est toujours diffusé dans 138 salles (le chiffre se maintient donc) avec de nouveaux cinéma de villes moyennes  (la liste des salles dans toute la France, pour la troisième semaine du 9 octobre).

→ Màj du mardi 1er octobre, 16h30 :

« Très bon chiffre pour un lundi… Le bouche à oreille fonctionne vraiment », souligne Hugues Peysson, le diffuseur. A partir de demain, en deuxième semaine, à partir du 2 octobre, le film sera diffusé dans 138 salles (la liste des salles dans toute la France, pour la semaine du 2 au 8 octobre).

→ Màj du lundi 30 septembre, 9h45

« Le bouche à oreille fonctionne, se réjouit Hugues Peysson, le diffuseur ! Ils étaient deux fois plus nombreux samedi 28 et dimanche 29 septembre : record d’entrées ! Nous venons en plus d’avoir le label coup de foudre du public de Ecran Total  – 92 % des spectateurs ont aimé le film ! Voici ce qu’ils en disent : « Ce film sur le chemin de Compostelle raconte une belle histoire faite de rencontres et de quête de sens. C’est à la fois sensible, très émouvant, les paysages sont magnifiques, les personnages sont divers et attachants. On fait là un beau voyage plein d’humanité en compagnie d’acteurs justes et sincères ». »

Le première semaine d’exploitation est faible : « 41 156 entrées malgré 152 copies en circulation. Un score très loin de celui de la comédie « Saint Jacques… La Mecque », sortie en 2005 (763 999 entrées) », note le site spécialisé cbo-boxoffice.com.

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle, Randonnée | 2 commentaires

The Way a donné envie à Jean-Christophe Rufin, l’immortel randonneur, de repartir sur le Camino

Jean-Christophe Rufin, héros des pèlerins malgré lui © Le Dauphiné

« Le film The Way m’a donné envie de repartir, confesse Jean-Christophe Rufin, auteur du best-seller (près de 300 000 exemplaires) Immortelle randonné. En le voyant, j’avais la nostalgie de la liberté qu’on éprouve lorsqu’on a 400 km derrière soi, 600 devant et qu’on se trouve au milieu de nulle part, totalement déconnecté. Il n’y a plus aucune exigence de rien, on est là, c’est tout, et on n’existe que comme un être qui marche. Dans le pèlerinage, j’aime l’idée que la marche ne soit pas gratuite, humainement, de faire un chemin qui a un sens, au propre et au figuré. Ce n’est pas religieux, mais c’est une ascèse qui prédispose à des émotions spirituelles. Et j’aime le fait de se mettre hors de sa vie, et peut-être hors de la vie, un certain temps. Ça m’a permis de faire un tri entre ce qui comptait vraiment ou non, et d’assumer une forme de tranquillité. »

Dans le Figaro du 24 septembre 2013, Jean-Christophe Rufin, avait  commencé par critiquer le « déficit de réalité » du film : pas de banlieues moches ni de zones industrielles, pas de pieds ensanglantés, pas de promiscuité dans les dortoirs…

Selon lui, le film édulcore les aspects les plus rugueux du chemin, mais, répondrais-je, il en livre aussi le trésor caché : la transformation intérieure, l’amitié, la communion avec la nature.

Rufin est retourné sur le Camino et programme un périple à pied au Japon

Depuis, il est retourné sur le Camino avec un « copain photographe » pour préparer une édition illustrée d’Immortelle randonnée, qui sortira fin octobre cette fois-ci aux éditions Gallimard.

Il présente ainsi ce retour dans le Dauphiné du 7 octobre 2013 :

« Ancien gangster de Montréal qui travaille dans l’humanitaire », Marc Vachon a posé « son regard particulier » sur le pèlerinage. Pas de clichés. L’auteur voulait « montrer le chemin tel qu’il est : sale, bordé par des usines… »

On a fait des petites parties à pied. Mais c’était différent. Après une douche, un petit dej’, on n’a pas les mêmes états de conscience qu’après une nuit dehors. J’ai aussi mesuré à quel point faire le chemin agit sur la durée. Il ne faut pas le zapper. C’est un tout. »

On y apprend que sa prochaine destination sera… orientale.

[Il compte suivre] les pas d’un Savoyard, Léo Gantelet, dont il lit actuellement l’ouvrage sur le pèlerinage bouddhiste des 88 temples de Shikoku, au Japon. « Pour y découvrir une solitude plus grande, accentuée par le problème de la langue. Mais si j’y vais, ce ne sera pas pour écrire. »

Là, on a plus de mal à le croire…

 

A Lire aussi sur pelerin.com : The Way, le film événement de la rentrée 2013

 

Publié dans Compostelle | Un commentaire

Marchez vers Chartres sur le chemin de Péguy

Il y a cent ans, le poète et écrivain Charles Péguy entreprenait un pèlerinage de son domicile, à Palaiseau, jusqu’à la cathédrale de Chartres. L’amitié Charles-Péguy vient de baliser de bleu cet itinéraire de 95 km qui s’effectue en 4 jours.

Le chemin serpente dans la vallée de Chevreuse, Hurepoix, puis la Beauce jusqu’à Chartres. Il traverse les villes de Gometz, Limours, Dourdan.

► Ecoutez ma chronique du 23 septembre sur le chemin de Péguy,

Péguy effectua ce pèlerinage les 14 et 17 juin 1912 puis du 25 au 28 juillet 1913, en action de grâce pour la guérison de son fils, pour confier ses soucis d’argent et, plus secrètement, pour ne pas céder à la tentation de l’infidélité. Il est mort au front le 5 septembre 1914.

Portrait de Charles Péguy par Pierre Laurens – huile sur toile, 1908

Le petit-fils de l’écrivain a inauguré le chemin l’été dernier. « Quand j’ai franchi le porche de la cathédrale, une immense satisfaction m’a saisi ! J’ai été très ému devant la Vierge noire au Pilier, là même où mon grand-père s’était recueilli voilà cent ans », confie-t-il à La Croix.

Voici les étapes :

— Lozère (Palaiseau) – Saint-Cyr-sous-Dourdan : 28 km
— Saint-Cyr-sous-Dourdan – Ablis : 27 km
— Ablis – Pont-sous-Gallardon : 17 km
— Pont-sous-Gallardon – Chartres : 23 km

Concernant l’hébergement, le site charlespeguy.fr va les recenser. Sinon, il faut s’appuyer sur les offices de tourisme de l’Essonne, des Yvelines, et de l’Eure-et-Loire).

Il faut prendre la route, avec en poche, son carnet de route sous la forme d’un long poème intitulé « Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres« . Arrivé dans la cathédrale, on lira « Cinq prières à Notre-Dame de Chartres ».

> Tous les renseignements (notamment les cartes IGN idoines) sont sur Visorando.

Publié dans Randonnée | 2 commentaires

Frère Benoît Billot : « Au retour de Compostelle s’ouvre un chemin intérieur qui demande à être parcouru »

C’est dans le prieuré Saint-Benoît d’Etiolles (Essonne), en région parisienne, que l’association Compostelle 2000 organise le week-end des 16 et 17 novembre 2013 sa nouvelle session « Le chemin après le Chemin« , qui aide les marcheurs à trouver un second souffle dans leur vie, après leur retour du Camino.

Les participants sont accueillis par le frère Benoît Billot, animateur au centre spirituel La Maison de Tobie et auteur de Le chemin de Tobie, un livre qui commente le livre biblique du même nom en soulignant la dimension initiatique du voyage.

Pour lui, le pèlerin de Compostelle, pour ne pas vivre son temps de marche comme une parenthèse, est appelé à continuer à vivre les valeurs du chemin dans sa vie quotidienne.

► Ecouter ma chronique du 16 septembre :

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle, Spiritualité | 2 commentaires

Alix de Saint-André : « Le film The Way donne envie de retourner sur le chemin »

Photo Catherine Hélie © Éditions Gallimard

Photo Catherine Hélie © Éditions Gallimard

Le 26 avril dernier, j’ai eu le plaisir de voir en avant-première le film The Way, dont je vous ai parlé. Le film sort sur les écrans le 25 septembre.

Dans la salle se trouvait également Alix de Saint-André. L’écrivain et grand-reporter de magazine féminins est partie trois fois, entre 2003 et 2004, sur le chemin de Compostelle. Elle a publié son récit de voyage dans En avant, route ! aux éditions Gallimard.

Dans le hall du cinéma parisien Le Lincoln, à deux pas des Champs-Elysées, je lui ai tendu le micro pour recueillir ses premières impressions sur le film. Elle y parle de l’ambiance du chemin, des personnages, de leurs motivations, de la beauté des paysages…

► L’interview d’Alix de Saint-André sur pelerin.com

Publié dans Compostelle | Commentaires fermés sur Alix de Saint-André : « Le film The Way donne envie de retourner sur le chemin »

Compostelle : tétraplégique, Nicolas Brimeux arrive à Conques en randoline

http://www.touscoprod.com/fr/project/produce?id=914

L’ânesse Mignonne, conduite par Lindsay, tracte Nicolas dans sa randoline © C ton film.

Cette semaine, Nicolas Brimeux, 31 ans, comédien de profession, originaire de Lille,  est arrivé samedi 31 août à Conques après un périple de 190 km depuis Le-Puy-en-Velay sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Particularité ? Nicolas est tétraplégique et pèlerine en randoline, un tricycle tout-terrain tracté par une ânesse nommée Mignonne, elle même guidée par Lindsay, l’auxiliaire de vie de Nicolas.

Victime d’un accident à la naissance qui l’a paralysé, Nicolas est un homme qui marchait surtout « dans sa tête » ; les voyages sont « rares et précieux », explique-t-il aux journalistes de l’Eveil de Haute-Loire.

Ecouter ma chronique de RCF du 2 septembre 2013 sur l’aventure de Nicolas

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle | Commentaires fermés sur Compostelle : tétraplégique, Nicolas Brimeux arrive à Conques en randoline

Allez voir le film The Way en avant-première sur les voies vers Compostelle

Avant sa sortie nationale le 25 septembre, The Way, le film avec Martin Sheen sur Compostelle (écouter son interview sur pelerin.com), part sur les routes vers Compostelle en France pour proposer des avant-premières (dates ci-dessous).

Voici le synopsis du film : Tom Avery, médecin américain à l’existence confortable, entreprend le chemin de Compostelle pour honorer la mémoire de son fils, parti sur le Camino mais décédé dans un accident.

Sur sa route, il rencontre Jack l’irlandais, Sarah la canadienne ou encore le hollandais Joost, pèlerins au caractère bien trempé. Tous cherchent à comprendre ce que Tom paraît enfouir profondément. D’abord fuyant, il se confie pas à pas, à mesure qu’il apprend enfin à « marcher ensemble ».

Mon avis

J’ai particulièrement apprécié l’histoire, construite comme un voyage initiatique ; avec une belle galerie de personnages rencontrés en chemin. Engueulades, fous-rires, confidences… On retrouve bien l’atmosphère mystique et fraternelle qui flotte sur le chemin. Les paysages, en plein écran, nous immerge dans les terres traversées. Martin Sheen, incarne avec profondeur, ce père qui essaie de se réconcilier avec son fils à travers la route. Ses compagnons de route, très typés (chacun vit ou a vécu des événements difficiles), sont campés avec justesse.

Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | Marqué avec | Un commentaire

Sur la route…

Cher ami(e)s lecteurs,

Ce blog se met en pause cet été car je pars… marcher : voie d’Arles vers Compostelle en famille ; Camino del Norte vers Compostelle avec mon ami d’enfance ; et une découverte du camino ignaciano seul.

Bonne route à vous aussi, dans vos vies personnelles, en vacances ou au travail.

Chemin quotidien, chemin de nouveautés, mais toujours chemin de renouvellement : il suffit de savoir regarder… autrement.

 

Publié dans Randonnée | Commentaires fermés sur Sur la route…

Un chemin relie désormais St-Michel d’Aiguilhe, au Puy-en-Velay, au Mont-Saint-Michel

Dimanche 16 juin, une quarantaine de marcheurs ont randonné entre Siaugues-Saint-Romain et Chavaniac-Lafayette sur le tout nouveau GR300 parcourant la Haute-Loire, homologué depuis peu par la Fédération française de la randonnée pédestre.

A l’origine de cette initiative : l’association « Autour de Saint-Michel d’Aiguilhe » et le Comité Départemental de Randonnée Pédestre de la Haute-Loire,

Ce GR en provenance du Nord du département de l’Allier s’arrêtait à Clermont-Ferrand. Il a été prolongé jusqu’à Aiguilhe pour permettre, par le biais d’autres parties de GR, de relier deux sites michaéliques importants sur une distance de près de 900 km : Saint-Michel d’Aiguilhe et Le Mont-Saint-Michel.

Saint-Michel d’Ailguilhe est un incroyable sanctuaire, consacrée en 961 par l’évêque du Puy, Godescalc, perché au sommet d’une cheminée volcanique de 82 mètres, formée il y a deux millions d’années d’une éruption dans un lac.

Pour atteindre la chapelle, il faut gravir 268 marches (soit une dizaine de minutes). Une messe est célébrée chaque jeudi à 18h30.

© /www.rochersaintmichel.fr

> Le site officiel du rocher de  Saint-Michel d’Aiguilhe

> Equipe, rôle et mission de l’association Autour de Saint-Michel d’Aiguilhe

> Les sanctuaires dédiés à saint Michel en Europe

> A la croisée des chemins, le site de comité départemental de la FFrandonnée en Haute-Loire

> Présentation du GR300 dans l’Allier.

Publié dans Saint-Michel | 3 commentaires

La voie du Piémont pyrénéen vers Compostelle croise le chemin des cathares

Nouveau guide aux éditions Lepère, nouveau balisage pour la voie du piémont pyrénéen vers Compostelle. Cette voie est une variante de la voie d’Arles qu’elle rejoint à Oloron-Saint-Marie. L’itinéraire en 29 étapes traverse le Sud-Ouest, entre Cévennes et Pyrénées, par Montpellier, Béziers, Carcassonne, Lourdes et Pamiers. Et croise le territoire cathare.

Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | 2 commentaires

La Suisse équipe 57 chemins de randonnées sans obstacles pour les personnes handicapées

La Suisse vient de dévoiler 57 itinéraires de randonnées — baptisés « Chemins sans obstacles » — d’une longueur totale de 460 km, conçus pour les personnes à mobilité réduite.

Les «Chemins sans obstacles» sont destinés à un public à mobilité réduite comme les personnes qui se déplacent en fauteuil roulante, mais ils intéressent aussi les personnes âgées ou les familles avec des poussettes.

Les itinéraires ont trois niveaux de difficulté: difficile (noir), moyen (rouge) et facile (bleu).

Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | Un commentaire

Sophie Berger, 26 ans : 1000 km à pied et à micro le long de la Loire, à la fonte des neiges

Sophie Berger et ses micros © S. Berger

C’est Anne Deny, responsable des relations avec les média à la Fédération française de randonnée pédestre, qui m’a parlé de Sophie Berger pour la première fois. C’était au salon des randonnées de Paris en mars dernier.

Elle m’a expliqué que la jeune femme de 26 ans avait sollicité la fédération pour l’aider à constituer son itinéraire, empruntant en partie le GR3, qui la mènerait des sources de La Loire, puis, en longeant le fleuve, jusqu’à Nantes, soit un périple de 1000 km. Seule. Avec des micros.

C’est là que réside l’originalité de son projet : réalisatrice et régisseuse son, Sophie Berger est partie pour écouter le chemin. « Je pioche avec l’oreille« , confie-t-elle. Sa motivation ? « Un coup de tête, qui est, pour moi, un coup de coeur secret« .

Son expérience préalable ? Une marche sur le chemin de Stevenson et sinon, une grande curiosité pour la géographie de la France dont elle se dit ignorante.

Elle est partie le 5 mars 2012, du Mont Gerbier-des-Joncs en Ardèche, à la source la Loire, pour arriver le 24 avril à proximité de Nantes (sa ville natale, également un retour au source). Dans son sac, « il n’y a que le minimum du minimum : un pull de rechange, un pantalon pour le soir, et un peu de matos son (NDLR matériel pour la prise de son), des cartes, un sac de couchage et un peu de nourriture. Presque rien« .

Battant son flanc, une sacoche en cuir bruni, contenant son enregistreur, à laquelle son suspendus, comme un couple d’oiseaux ventrus, deux gros micros ronds.

Continuer la lecture

Publié dans Randonnée | Marqué avec | Commentaires fermés sur Sophie Berger, 26 ans : 1000 km à pied et à micro le long de la Loire, à la fonte des neiges

Le Puy-en-Velay ouvre « Le Camino », un lieu de visite et de rencontre sur le chemin de Compostelle

Le Puy-en-Velay (Haute-Loire) est l’un des points de départ les plus fameux sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.  Sur ses 750 km, la voie du Puy-en-Velay offre un patrimoine et des paysages somptueux(plateau de l’Aubrac, vallée du Lot, causses du Quercy ; trésors architecturaux de Conques, Moissac, Lectoure…).

Pour donner le goût de la route, l’évêché du Puy a inauguré le Camino, un mélange entre un musée et un lieu d’accueil et de rencontres pour les pèlerins et les curieux du chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle

Le Camino, installé dans un hôtel du XVIème siècle, se déploie sur quatre étages. Il est ouvert du 1er avril au 15 octobre.

Une scénographie retrace en cartes, textes, sons et images, l’itinéraire la voie du Puy. Des permanences sont assurées pour se renseigner sur la façon d’organiser son périple. Un café favorise les rencontres avec les pèlerins.

Le Camino
2, rue de la Manécanterie
43000 Le Puy-en-Velay
contact@lecamino.org
Le site : www.lecamino.org

Le café des pèlerins vous accueille est ouvert du 1er avril au 13 juillet et du 26 août au 15 octobre, tous les jours de 14h à 18h. Et durant la haute saison, du 14 juillet au 25 août : tous les jours de 12h30 à 20h.

L’association des Amis de Saint-Jacques du Velay, accueille tous les jours de 17h30 à 19h30, les pèlerins qui prennent la route et toutes les personnes qui veulent se renseigner sur le chemin de Compostelle.

Publié dans Randonnée | Marqué avec | Commentaires fermés sur Le Puy-en-Velay ouvre « Le Camino », un lieu de visite et de rencontre sur le chemin de Compostelle

Un arbre et un banc de pèlerin poussent dans le jardin de la cité des sciences et de l’industrie (Paris)

Un groupe de pèlerins a lancé une collecte pour dédier un banc et un arbre (un tilleul) aux pèlerins dans le jardin de la cité des sciences et de l’industrie (Paris, La Villette).  Le banc est déjà financé pour un montant de 1800 euros.  Le tilleul, lui, est en cours de financement (800 euros au total).

« En participant au mécénat du Banc du Pèlerin vous contribuez à la sensibilisation au pèlerinage. Qu’il soit intérieur ou sur des voies balisées. La vie est un chemin, en l’abordant comme le pèlerin, celle-ci prend sens dans toute sa beauté et sa simplicité », expliquent les organisateurs.

Cette initiative réunit des associations des grands chemins de pèlerinage français (Saint-Jacques-de-Compostelle, Compostelle, Vézelay-Assise, Saint-Michel) et des amoureux de la route : le sociologue David Le Breton, le photographe Yvon Boëlle, l’historien Patrick Huchet, l’écrivain Jean-Claude Bourlès, le voyageur Alexandre Poussin, entre autres.

« Le chemin fournit toujours au pèlerin ce dont il a besoin en temps voulu – un banc, un arbre, une fontaine – et non pas ce que ses peurs ont vainement réclamé, écrit Alain Weill, qui a marché à pied jusqu’à Compostelle, Rome et Jérusalem. La poussière, le soleil et le grand vent apprennent à se fatiguer en toute quiétude. »

Les dons servent à financer des maquettes en relief qui permettent aux aveugles et aux mal-voyants de s’orienter dans la Cité.

> Le site officiel du banc du pèlerin.
> La page Facebook du Banc du pèlerin.
Financer l’arbre du pèlerin.

 

Publié dans Compostelle | Marqué avec | Commentaires fermés sur Un arbre et un banc de pèlerin poussent dans le jardin de la cité des sciences et de l’industrie (Paris)

Que représente le bourdon (bâton) du pèlerin ?

Le bourdon, c’est le bâton de pèlerin, le compagnon de route qu’on personnalise, qui nous porte, nous soutient, nous défend contre les dangers. A quoi sert-il ? Quel est son sens ? En quel bois est-il fabriqué ? Quelle est sa symbolique ? Ecoutez ma chronique de ce lundi 13 mai 2013 sur RCF.

Continuer la lecture

Publié dans Compostelle, Randonnée | Commentaires fermés sur Que représente le bourdon (bâton) du pèlerin ?

Le « Chemin ignatien », un itinéraire spirituel espagnol de 650 km, entre le pays basque et la Catalogne


► Ma chronique radio « En marche » sur RCF du lundi 6 mai sur le Camino Ignaciano.

« Donner une nouvelle direction ou un nouveau cours à sa vie, prendre de la distance par rapport à votre quotidien, mûrir ou confirmer une décision prise par rapport à quelqu’un ou quelque chose, découvrir son identité, ou se fixer des objectifs personnels… »

Voilà le charisme et l’ambition que propose le chemin ignatien, un itinéraire à la fois physique et intérieur de 645 km et 28 étapes dans le Nord-Est de l’Espagne.

Continuer la lecture

Publié dans Autres chemins de pèlerinage | 5 commentaires