Aurélie Derreumaux et Laurent Granier ont parcouru 2000 km sur les 8000 km de leur tour de France à pied

Aurélie Derreumaux, 32 ans, et Laurent Granier, 36 ans, ont entamé mi août un tour de France à pied pour partir, durant un an, à la rencontre des habitants et récolter des fonds pour Handicap international.

Grâce à la géolocalisation, à Facebook et à twitter, on peur savoir où ils sont. On peut ainsi les rejoindre pour marcher avec eux ou les héberger. Je les ai joint par téléphone mardi 27 décembre. Leur périple leur beaucoup de rencontres fortes, et pas mal d’imprévus…

L’itinéraire de 8000 km épouse les frontières géographiques de la France. Partis de Dunkerque à la mi-août, ils ont fêté 2000 km parcourus et plus de 4000 € récoltés.

« Nous ne voulions pas vivre ce périple dans notre bulle. Nous marchons pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir deux bras et deux jambes. Handicap International est implanté dans des pays dans lesquels nous avons déjà voyagé : Amérique Latine, Asie, Afrique», explique Aurélie, qui a participé à une mission humanitaire au Pérou. Sur leur site, le couple propose un soutien de 10 € par kilomètre (les dons se font en ligne).

« Nous sommes très touchés par l’élan de solidarité dont nous bénéficions, confie les deux marcheurs. Grâce à leur rencontre quotidienne et à leur page Facebook, ils sont hébergés chaque soir chez des habitants, qui leur donne des contacts pour les jours suivants.

« On a reçu près de 200 propositions  d’hébergement via internet, explique Aurélie. Lorsque nos hôtes apprennent quelles sont nos prochaines étapes, ils appellent leurs connaissances pour qu’elles nous hébergent. On a ainsi parfois 5 ou 6 hébergements de suite assurés.  C’est extraordinaire ! »

A Sainte-Marine (Finistère), un jeune trentenaire, parti pour une fête avec des amis, leur a même laissé les clefs de son appartement,  «Faites comme chez vous et claquez juste la porte en partant le matin», disait le petit mot laissé sur la table à côté d’une bonne bouteille…

Parfois, il faut cependant aller au devant des gens pour leur demander s’ils acceptent de les loger, comme ce fut le cas début septembre à Asnelles.

Aurélie et Laurent parcourent en moyenne 25 km par jour. Les soirées se prolongent parfois jusqu’à minuit. Le matin est consacré à la rédaction des articles pour leurs partenaires et mécènes : l’émission Thalassa de France 3 et le voyagiste Terres d’Aventure. Ils se mettent en route vers 10h30.

Grâce au web, des marcheurs se joignent à eux pour une journée de marche. Ces compagnons de marche peuvent se compter sur les doigts d’une main ou parfois approcher la vingtaine ! « Les gens nous font découvrir leur région, ils nous parlent de leur histoire, explique Laurent. Nous avons découvert des destins très forts… »

Grâce à ces rencontres, Laurent et Aurélie ont plané au dessus de la baie de Somme, pratiqué le longe-côte, foncé à bord de chars à voile en Normandie, embarqué avec les pompiers-plongeurs de Saint-Malo.

Leurs sacs (10 et 15 kg) contiennent principalement le matériel informatique et audiovisuel (appareil photo, caméra, ordinateur portable) et quelques affaires (un change complet, les vestes de pluie, etc.)

Au départ, le couple avait programmé de faire son tour en un an. mais la côte déchiquetée de la Bretagne les a contraint à faire de longs détours à l’intérieur des terres. « Les rivières, les abers (estuaires NDR), les baies nous forcent à de longs détours par l’intérieur des terres pour trouver un pont et franchir parfois quelques dizaines de mètres », poursuit Aurélie

Heureusement, ils ont parfois la chance de trouver des « passeurs ». Un marin ici, un ostréiculteur là. « Quelqu’un qui nous suit sur notre site internet a vu qu’on arrivait à l’Abert-Ildut (Nord Finistère). Il a pris sa voiture et nous a devancé. Au port, il a trouvé un pêcheur qui a accepté de nous faire traverser en zodiac, se souvient Aurélie. On est en train de retrouver le rôle du passeur qui existait autrefois. Dès qu’on arrive en ville, on se met en quête de quelqu’un qui peut nous éviter un ou deux jours de marche supplémentaires… »

Le tandem, qui forme un couple à la ville, se soutient mutuellement quand le moral est en berne. « On n’est pas fatigué au même moment, explique Aurélie. Laurent a une plus grande foulée que la mienne, il porte aussi le sac le plus lourd. Il me remonte le moral quand il est en baisse avec une barre de chocolat ! » « Je me mets à son rythme », résume l’intéressé.

Les deux marcheurs sont des globe-trotters expérimentés. Ils ont bourlingué en Amérique Latine. Après avoir voyagé en Asie et en Afrique, Aurélie est partie six mois en Amérique du Sud pour se mettre au service d’une association humanitaire. Elle en a rapporté un roman pour la jeunesse, « Lya au temps des Incas » (Belin). Elle transmet son goût pour le voyage et la rencontre à travers des conférences et des ateliers scolaires.

Laurent a fait du voyage son métier, comme auteur et photographe. Il a traversé notamment l’Alaska et suivi la voie de Qhapaq Ñan, la Grande Route Inca sur lesquels il a publié différents films et ouvrages.

Ils se sont rencontrés il y a trois ans au cours d’une conférence que Laurent donnait sur les Andes et les Incas — « Une passion commune », sourit-il.

« Tant pis s’il nous faut plus d’un an pour faire le tour de France, dit Laurent. J’ai beaucoup voyagé, j’ai rédigé une dizaine de livres mais jamais avec elle. »

Il devient sédentaire pour travailler comme concepteur de voyage à Terres d’Aventure, les grands espaces lui manquent rapidement. « J’étais malheureux comme les pierres, se souvient-il. Nous vivions sans nous voir vraiment… J’avais envie de construire quelque chose avec Aurélie. »

Pour Laurent, le tour de France est aussi un projet de couple. « C’est la première fois que nous pouvons enfin partager notre passion. Aujourd’hui, nous passons 24h su 24h ensemble. Ce n’est pas un break que nous faisons, c’est notre projet : vivre de notre amour pour les voyages, en faisant des films, des conférences, des articles, des livres (le Tour de France devrait donner lieu à trois livres : un beau livre de photographie, un carnet de route, un livre pour enfant ; et un film NDR) . Et nous espérons arriver à trois à la fin de notre tour de France… »

 

En marche, la chroniqueUn tour de France à pied pour Handicap International

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Militantisme, Randonnée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Aurélie Derreumaux et Laurent Granier ont parcouru 2000 km sur les 8000 km de leur tour de France à pied

  1. Jacky dit :

    Bonjour,
    Je vous ai vu à mon école à Plouha ,j’espère que vous allez bien
    Bon courage, une merveilleuse année 2012 et bonne chance.

  2. René LE BOUR dit :

    Bonjour Aurélie
    Je suis régulièrement votre périple
    Je voulais juste vous dire que vous avez toute mon admiration aussi bien pour vous que pour Laurent
    Vous avez tout compris et même si j’imagine que ça n’a pas été simple tous les jours et que ça le continue certainement, surtout ne vous arrêtez pas et continuer à vivre vos rêves et vos envies et à nous faire rêver de lieux, de rencontres et de toutes ces choses vraies
    Merci et j’espère à un de ces jours
    Très amicalement
    René

  3. Jérôme dit :

    Merci pour cet article, je vais m’empresser d’aller visiter leur site, m’émerveiller devant les photos et lire leurs impressions.

  4. derreumaux dit :

    Bonjour ma ,peut être, petite cousine! viens de découvrir vos exploits! nous habitons Aix en Provence et La joue du Loup dans le dévoluy. 2 camps de base prêts pour vous et la surprise de découvrir notre vaste famille. Merci de me dire comment s’appellent vos parents. Je suis aussi un marcheur dans toutes ses formes verticales et horizontales. Bon courage !! cette invitation vaut aussi si vous n’êtes pas de la famille. Patrick.

  5. FRANCK dit :

    bonjour, superbe projet !!! En fait je suis tombé sur votre projet de tour de France en navigant sur le net après avoir regardé le dvd de la route des Incas.

    Je vous souhaite de rencontrer des personnes merveilleuses.
    Bonne chance

  6. NOURI Ben & Clara dit :

    Par hazard j ai ecoute France Inter hier soir et je trouve que votre projet est superbe. Clara (Cubaine) et moi meme (voyagant beaucoup dans le monde entier pour le travail dans le domaine de la genetique medicale) seront ravis de vous acceuillir si vous passez du cote de Vence dans les Alpes Maritimes.

    Clara. mi hijas Estella & Eva-Luna puede ablar l espagnol con ustedes
    Un abrasso fuerte

    Bien a vous

    Ben

  7. Francoise Souan dit :

    J’organise en Charente Maritime, les 23 et 24 mars 2013, un festival littéraire et artistique tout entier dédié au voyage

    Vos parcours individuels en littérature jeunesse pour Aurélie et les grands raids pédestres de Laurent racontés dans les films, livres ou conférences, mais aussi, bien sur, votre fantastique tour de France à pied me séduisent.
    Accepteriez vous d’être nos invités pour ce festival?
    Si vous me donnez une adresse mail je pourrai vous envoyer les détails.
    Bien cordialement à vous deux

Les commentaires sont fermés.