Comment réduire la fatigue du marcheur

Revue de presse. Matthieu Foissac a étudié le randonneur, son sac à dos et ses bâtons de marche, pour améliorer le matériel et diminuer la fatigue. Cette thèse s’est déroulée en partie au CHU de Saint-Étienne. Source : Le Progrès.

Extraits  de l’article  « La meilleure façon de marcher, sans trop se fatiguer« , Yvette Granger, Le Progrès (31/08/09)

Matthieu Foissac a su concilier son goût pour le semi-marathon et ses études. Ce jeune Lillois est venu à Saint-Étienne achever sa thèse. C’est ainsi qu’il a travaillé quelques semaines dans le laboratoire de physiologie clinique et de l’exercice à l’hôpital Bellevue.

Dans un premier temps, il convenait d’améliorer le matériel utilisé en randonnée afin de diminuer la fatigue. Sac à dos et bâtons de marche ont donc été mis à l’épreuve. Dans un second temps, une randonnée simulée permettait d’étudier la fatigue.

Certaines civilisations ont appris à porter des charges en limitant les effets sur le corps. C’est le cas du portage tête des femmes africaines ou de la marche spécifique des sherpas du Népal.

Les occidentaux optent pour le sac à dos. Or, même serrés par plusieurs sangles, ces sacs produisent des chocs sur le dos d’une amplitude égale à 1,4 fois leur poids. C’est ainsi qu’un sac de 10 kg produit un choc sur le dos de 14 kg.

Le travail de Matthieu a consisté, entre autres, à penser un système de sac à dos avec une partie élastique entre les bretelles et le chaudron du sac. Ceci afin de permettre au sac de rebondir en même temps que le marcheur afin de réduire les chocs sur le dos. Les résultats montrent que ce système réduit les forces sur le dos d’environ 40 %. D’ailleurs ce sac est désormais commercialisé par une chaîne de magasins de sport.

Quant aux bâtons de marche, Matthieu a démontré qu’ils permettent de soulager les muscles des jambes d’environ 15 % en utilisant plus les bras, en montée. Sur le plat et en descente, ils induisent une plus grande dépense d’énergie mais réduisent les contraintes articulaires.

Le poids du bâton ne joue que sur les muscles du bras. En revanche, le système d’amortissement réduit le choc du bâton sur le sol et améliore la phase de poussée.

Pour calculer la fatigue en randonnée, le jeune chercheur a simulé la montée et la descente d’un col de 800 m de dénivelé. Les marcheurs étaient chargés avec un sac de grande randonnée et marchaient pendant 1 h 20 sur un tapis roulant.

De manière fort logique, cet exercice a démontré que le sujet se fatiguait et qu’il souffrait de courbatures les trois jours suivants. D’où la conclusion qui s’impose : « La grande randonnée est un exercice fatiguant, particulièrement au niveau musculaire, et aussi bien en montée qu’en descente ». On le savait, il restait à le démontrer. […]

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Conseils aux marcheurs, Randonnée, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Comment réduire la fatigue du marcheur

  1. Anne marie Riou dit :

    Très interessant.

    Je souhaiterais connaitre la référence du sac à dos et la chaine de magasins qui le commercialise.

    Merci

    Anne marie

Les commentaires sont fermés.