Connaissez-vous les randonneurs « layonneurs » ?

Revue de blog. Etonnant blog que celui d’Hubert Houdoy de Montbrison (Loire). Il s’intitule « randonnées photographiques » mais présente peu de photos, en revanche, c’est une véritable encyclopédie sur la flore et sur un type de randonnée hors piste : le layonnage. Glossaire du spécialiste.

Extraits du blog « randonnées photographiques« .

Le mot layonnage, nom commun masculin, désigne l’activité consistant à « tailler un layon dans la végétation qui obstrue le passage des hommes ».

Le layonnage est une forme particulière de la randonnée pédestre, en forêt tropicale, ou, en France, dans les zones rurales où la déprise foncière laisse le taillis (puis la haute futaie) envahir les anciens pâturages. Dans ce cas, le layonneur peut être un marcheur solitaire, armé d’un sécateur, voire d’une machette, d’une scie à bois et/ou d’une serpe à bois.

Le randonneur layonneur est équipé de vêtements solides, d’un sécateur, d’une machette, d’une scie à bois et d’une serpe à bois. En layonnant, il ne quitte pas son sac à dos (le plus ergonomique possible). Pour s’orienter, boussole et GPS sont nécessaires.

Il peut être équipé d’un topofil, c’est est une bobine de fil que l’on déroule en marchant, tandis qu’un instrument mesure sa longueur. Pour prendre des mesures sur un terrain accidenté ou difficile d’accès. Distances jusqu’à 2500 mètres grâce à une bobine de fil et un compteur.

La déprise foncière est la fin de l’emprise humaine (souvent agricole) sur un fond, un terrain préalablement exploité.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Lire, voir, rencontrer, comprendre, Randonnée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.