Le livre de Catherine : « Au coeur de l’Inde » d’Amandine et Eric Chapuis

« Au cœur de l’Inde, 4 400 kilomètres à pied du Kerala à l’Himalaya », d’Amandine et Eric Chapuis est le récit d’un voyage de noces hors du commun.

Catherine Domain, notre partenaire de la librairie Ulysse, a apprécié cet humble voyage, magnifiquement illustré mais elle regrette une narration en « nous » qui gomme les points de vue d’Eric et Amandine.

Le regard de Catherine Domain*, de la librairie Ulysse (Paris)
Au cœur de l’Inde, 4 400 kilomètres à pied du Kerala à l’Himalaya, Amandine Chapuis & Éric Chapuis, éd. Transboréal, mai 2009 ; 20 €.

En neuf mois ces deux là se sont payés  un voyage de noces royal de rencontres aussi chaleureuses qu’humbles,  aussi diverses que sincères. Ils ont vraiment vu, senti, aimé une Inde que peu de voyageurs arrivent à pénétrer faute de  prendre le temps.

La marche est un sésame qui les a conduit directement au cœur des indiens et au départ sans s’en rendre compte, ils fabriquent l’essence même du voyage tel qu’il doit être, ni exploit sportif, ni pèlerinage spirituel, ni promenade de santé,  juste  cette volonté de se laisser modeler par le chemin et ce bonheur de la découverte quotidienne d’un monde  nouveau qui efface l’effort, les ampoules au pied et les aléas .

les photos noir et blanc en sont la preuve flagrante .  Elles sont magnifiques de tendresse, d’intimité , de vérité.  Les photos couleur sont d’une réelle  qualité avec le parti pris de nous faire participer à cette aventure  et c’est très réussi. Bien que ce ne soit pas du tout un livre de photos on se prend à en espérer un de leur part tellement  ils sont talentueux dans ce domaine.

Le texte est émaillé de connaissances utiles avec une bibliographie, une filmographie et une musicographie à la fin  dont ils ont tiré toute la substantifique moelle.

un seul petit reproche, le « nous » qui traverse le livre et qui nous fait croire qu’un couple ressent , voit, écoute, entend, exprime, la même chose en même temps. Page 358 je respire enfin quand  Amandine écrit  » Eric me sourit  alors que la pluie a repris » : il la regarde, ils échangent quelquechose, merci mon dieu ! mais bon j’aurai préféré qu’elle me raconte « son » voyage partagé avec Eric,  avec des » nous » de ci de là  » et plus de « je ».

En savoir plus sur Amandine et Eric Chapuis

Commander « Au coeur de l’Inde » auprès de la librairie Ulysse

Tarif : 20 € + 7 € de frais de port (Colissimo)
Envoi du livre dès réception du chèque à l’ordre de « librairie Ulysse », 26 rue Saint-Louis en l’Ile, 75004 Paris.

Je réserve par mail « Au coeur de l’Inde » d’Amandine et Eric Chapuis (merci d’indiquer votre nom et votre adresse postale).

Catherine Domain (c) Joseph Melun

* Après dix ans de voyages à travers le monde, Catherine Domain a ouvert Ulysse, une librairie spécialisée dans le voyage, située sur l’ïle Saint-Louis, en plein coeur de Paris. En 2005, elle a créé une librairie d’été au pays basque, à Hendaye, qui ouvre du 20 juin au 20 septembre.  Membre de la société des explorateurs, du club international des grands voyageurs, Catherine Domain a fondé le Cargo Club, le Club Ulysse des petites îles du monde et le Prix Pierre Loti. Elle est également membre du jury de la bourse Pèlerin « Donner des ailes à des jeunes« .

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Contributions des hôtes, Randonnée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le livre de Catherine : « Au coeur de l’Inde » d’Amandine et Eric Chapuis

  1. Amandine Chapuis dit :

    La note est intéressante même si la question du « nous » est sans doute plus complexe qu’elle n’y parait…

    Rédactrice de ce récit, je ne trouvais pas très juste de me singulariser plus encore par une omniprésence de « je » dans cette aventure vécue, de fait, à l’unisson. Et les rares utilisations que j’en faisais, ont été remplacées en « nous » par Eric lui-même lors des relectures !

    Mais la remarque est pertinente puisque un film (en cours de montage) tente justement de rétablir cet équilibre entre nos deux regards (Eric à la caméra et moi à la photo).

    Bonne continuation,

    Amandine

Les commentaires sont fermés.