Marcheur extraverti ou introverti ?

Entre Grados et Salas sur le camino primitivo vers Saint-Jacques-de-Compostelle, juillet 2017

La psychologie nous apprend que les tempéraments extravertis se ressourcent à travers le contact et les interactions avec les autres tandis que les introvertis ont besoin d’isolement et d’une solitude choisie pour reconstituer leurs réserves intérieures (si vous ne savez pas, faites le test).

Je suis un marcheur extraverti. J’adore les rencontres, les discussions, l’ambiance bourdonnante des albergues… C’est en marchant seul sur le chemin de Saint-Gilles puis sur le chemin de Saint-Ignace que j’ai appris à goûter les plaisirs de la marche en ma propre compagnie — ce qui signifie que ce n’est pas une marche solitaire.

Quel bonheur de marcher à son rythme, de s’arrêter quand on veut pour contempler un paysage, de faire une pause, s’attarder sous un rayon de soleil, d’esquisser des pas de danse sur la route caillouteuse, de (se) parler à haute voix !

Marcher seul, c’est aussi le meilleur moyen de rencontrer l’autre (et revoici l’extraverti) car je suis totalement disponible et en appétit.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Randonnée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire