A Cahors (Lot), les gîtes pour pèlerins de Compostelle affichent complet

Revue de presse. « La principale préoccupation des pèlerins est de trouver un abri pour la nuit. Rien n’est facile dans ce domaine », expliquent les bénévoles de l’Octroi, un centre d’accueil pour pèlerins de Compostelle à Cahors (Lot), qui conseille, ce jour-là deux membres de la famille Marqueuil, Bernard et Jean-Paul, père et fils, en provenance de Nantes, qui perpétuent la tradition familiale du pèlerinage sur les chemins de Saint-Jacques. Source : la Dépêche.

« Les pèlerins galèrent pour trouver un gîte« , Jean-Luc Garcia, La Dépêche (16/05/2010)

« Mon arrière-grand-père a accompli l’intégralité de ce parcours dans les années vingt. Depuis, dans notre famille les générations suivantes ont toujours participé à cette belle aventure », confie Bernard qui se dirigeait jeudi vers l’Octroi pour s’accorder une courte pause. Ce point d’accueil installé sur le pont Louis-Philippe est d’un précieux secours aux pélerins.

Autrefois, ce petit local servait de « péage » à l’administration cadurcienne qui réclamait aux visiteurs un droit d’entrée dans la ville. Ce site a ensuite été exploité par l’ex- service des crues de la DDE qui y stockait du matériel. Depuis, l’Octroi s’est humanisé. Les pèlerins y trouvent confort et réconfort. Plus de trente bénévoles, encadrés par Sophie Evêque, présidente de cette structure, se relaient chaque jour de 11 heures à 18 heures.

Jeudi, les époux François et Nicole Franceschi, bénévoles à l’Octroi, ont accueilli 51 pèlerins. « Il en passe environ de 50 à 80 par jour depuis le début du mois de mai. Lorsqu’ils arrivent, nous leur demandons s’ils ont un logement pour la nuit. Actuellement, les pèlerins éprouvent de grandes difficultés pour trouver un abri pour se reposer, car de nombreux gîtes sont complets», soupire Nicole.

« Heureusement, il y a toujours des solutions », enchaîne François. « Nous les orientons vers le camping de Cahors. À cause de cette pénurie de places, une tente militaire a été dressée au gîte étape du Souleillou à Montcuq », explique François.

« S’il n’existe pas de possibilités de logement dans un gîte, nous essayons de leur trouver un hôtel correspondant à leur budget. Et nous les aidons également à réserver un gîte dans la ville ou le village de leur prochaine étape », précise Nicole.

En cette année jacquaire au cours de laquelle la Saint-Jacques tombe un dimanche, les deux pèlerins de Nantes comptent absolument rallier Saint-Jacques de Compostelle.

La coquille emblématique de Saint-Jacques orne le cou du fils de Bernard, fier d’emboîter le pas de son père en terre cadurcienne. Ils avaient prévu un petit détour par le pont Valentré, sans oublier une escapade dans les vieux quartiers pour profiter pleinement de leur escale lotoise. […]

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Hospitalité, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A Cahors (Lot), les gîtes pour pèlerins de Compostelle affichent complet

  1. TIMMER ALAIN dit :

    Bonjour tout les gites ne sont pas complet. J’ai, un gite au 15 rue Saint Laurent qui peut acceuillir 3 personnes, a 150m de la cabane de l’octroi, et j’ai encore de la place assez regulierement.

    Alain Timmer.

Les commentaires sont fermés.