Alain Bougnaud donne des conseils pour partir vers Compostelle

Revue de presse. Alain Bougnaud, qui a effectué trois fois le pèlerinage de Compostelle, souhaite maintenant prodiguer ses conseils et préparer un quatrième périple en 2011. Source : Sud-Ouest.

« Les conseils d’un pèlerin« , Séverine Joubert, Sud-Ouest (28/09/10)

A chacun de ses pèlerinages, Alain Bougnaud écrit une nouvelle histoire, qui fait écho à sa sensibilité, à ses promesses et à son besoin inassouvi de défis. Alain Bougnaud, 63 ans, doit son premier Saint-Jacques-de-Compostelle à son protecteur Alain de Pracomtal, PDG de Hennessy de 1975 à 1992 et longtemps maire de Chérac, en Charente-Maritime. Quelques jours avant sa disparition, en novembre 2007, Alain de Pracomtal avait fait promettre à Alain Bougnaud, maître d’hôtel de la maison Hennessy, de faire le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Fidèle à sa parole, cet ancien marathonien avait, au printemps 2008, parcouru un chemin de 1 220 km depuis Royan jusqu’à Santiago. Les bonheurs et rencontres de ce premier Saint-Jacques l’avaient ensuite convaincu de retenter un pèlerinage en 2009. Et cette année, c’est avec sa compagne qu’il a marché 800 km, de Saint-Jean-Pied-de-Port à Santiago.

Fort de ces trois expériences, ce battant, (très) dur à la douleur, tient à partager son vécu et à prodiguer quelques bons conseils à quiconque aimerait tenter l’aventure du pèlerinage. Il en présente déjà les satisfactions : « je me ressource », dit-il souriant, même si « vous souffrez quelques fois ».

Ses pèlerinages à lui sont menés comme des défis physiques, teintés d’une grande dimension spirituelle. Être pèlerin de Compostelle relève d’une démarche personnelle mais pour Alain Bougnaud, ce chemin ne peut pas être considéré comme le simple prétexte à une balade. « Il faut être… Pèlerin », résume-t-il.

Et de conseiller « une bonne préparation physique ». Autrement dit, il convient de ne pas sous-estimer les difficultés du pèlerinage. « Si on veut faire des étapes de 20 kilomètres par jour, il est bien de s’entraîner à en faire 25 de temps en temps. » À quelle fréquence ? « Au moins trois fois par semaine. » Et à partir de quand ? « Bientôt, dans un mois, pour partir en avril, mai », sa période préférée.

Bien s’équiper est une question de bon sens même si Alain Bougnaud découvre chaque année des détails à perfectionner comme les gants de toilette rembourrés de coton qu’il met sous les sangles du sac à dos.

« Il faut aussi de bonnes chaussures, des guêtres, un poncho… » Et pas plus de deux tenues de marche. Sans oublier une troisième au cas où une petite sortie touristique s’invite au programme. Et puis encore, les sparadraps, les désinfectants…

Voilà pour le matériel… Alain Bougnaud évoque aussi les logements, le très bon balisage du « chemin français ». Et parmi le meilleur des arguments pour se lancer, il témoigne de la richesse des rencontres vécues au fil de ses pèlerinages. Alain Bougnaud n’a qu’un souhait : que d’autres connaissent les pleins bonheurs de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Alain Bougnaud, 06 70 27 54 64.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Alain Bougnaud donne des conseils pour partir vers Compostelle

  1. lambert christiane dit :

    Bonjour Monsieur Bougnaud
    j’envisage de faire ce reve que j’ai depuis 10 ans remis cause de santé ; qui est st Jacques de Compostelle en 2011 avec mon epoux Patrice
    mais l’on ne sais pas comment s’y prendre alors si vous pouviez nous donner quelques conseils pour demarrer et s’entrainer avant de partir
    merci d’avance ME Lambert Christiane

  2. Bonjour! Il existe de multiples sites d’infos sur le Camino. Je vous recommande deux sites en particulier, celui de Turgalicia et celui du Xacobeo. Ces deux sites sont disponibles en français. Le chemin de Saint-Jacques est une expérience inoubliable.

  3. Quant à nous, nous vous proposerions de réfléchir à la possibilité de partir de chez vous tout simplement, en fermant la porte derrière vous, sans la claquer … Et vous comprendrez que les premiers moments sont importants.
    Donc si vous habitez en France ou en Belgique vous aurez de très beaux chemins, propices à la méditation ou plus si désiré, à parcourir avant d’arriver aux Pyrénées. C’est plus long ? et alors, on n’est pas pressé quand on marche !
    Cliquez sur le nom et vous accèderez à un blog qui commence à avoir pas mal d’articles. Vous pourrez dialoguer en laissant un commentaire.
    Bon Chemin, Christiane et Patrice !

Les commentaires sont fermés.