Bernard Capelle et Gérard Forgues ont relié Arles à Marciac, chacun à leur façon

Revue de presse. L’an dernier, Bernard Capelle et Gérard Forgues avaient réalisé le pèlerinage de Saint-Jacques par le chemin d’Arles, reliant Marciac à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Enchantés de l’expérience, ils ont repris leur bâton de pèlerin et leur coquille, du 7 au 29 septembre dernier, pour réaliser le trajet entre Arles (Bouches-du-Rhône) et Marciac (Gers), soit 600 kilomètres à raison de 6 heures de marche par jour et 4 km/h de moyenne. Source : Sud-Ouest

« Les deux pèlerins ont bouclé la boucle de leur périple« , Sud-Ouest (18/11/10)

Leur motivation : une autre visite de la France, une autre vision des régions et un sentiment de liberté. Bernard a fait le trajet sac au dos et dormait dans les gîtes sur le trajet. Gérard avait son camping-car et une mobylette.

Le matin il portait sa mobylette en bout d’étape, revenait au départ, faisait l’étape à pied et à l’arrivée reprenait sa mobylette pour récupérer son camping-car au point de départ. Cela s’est passé sans incident, sauf dans la banlieue d’une ville du Midi : il n’arrivait pas à retrouver le quartier où il avait rangé sa machine le matin. Avec un peu de persévérance et pas mal de recherche tout est rentré dans l’ordre.
Une étape marquante

À Castres, les deux compères ont été hébergés par un docteur à la retraite. Seul, il accueillait les pèlerins pour faire vivre sa grande maison.

Une étape les a particulièrement marqués. A En Calcat, ils ont été hébergés à l’abbaye Sainte Scolastique tenue par des religieuses. Alors que les dortoirs d’étape sont ouverts aux deux sexes, à l’abbaye, il y avait un dortoir pour les hommes et un pour les femmes.

Bernard et Gérard ont, depuis, retrouvé les deux clochers de Marciac, heureux d’avoir vécu cette expérience, comblés par les sites qu’ils ont découverts et par la richesse des rencontres avec les autres pèlerins, de conditions et de pays très souvent bien différents.

Be Sociable, Share!

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.