Conseils de savoir-être vers Compostelle

(c) Nolwenn

Pour partir sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, on pense d’abord à l’équipement, au matériel, à l’itinéraire, au ravitaillement, à l’hébergement… En parcourant les chemins qui mènent à Compostelle, nos hôtes ou d’autres pèlerins nous apprennent les règles de vie sur le chemin. Elles ne sont pas écrites : il s’agit d’une tradition orale.

Sur le chemin de la voie de Tours, j’en ai appris deux :

« Ne demande jamais à un pèlerin pourquoi il entreprend le chemin. S’il veut te le confier, il en parlera lui-même ».

Cette première maxime m’a été transmise par Titi, comme nous l’avons surnommé mon ami et moi : un agriculteur qui nous a offert l’hospitalité un soir. Il avait quitté exploitation, femme et enfant pour marcher vers Compostelle. J’aime cette maxime car elle invite le pèlerin à la pudeur, à la réserve, au tact, à la discrétion, à la patience.

« Ne refuse jamais une invitation à partager un verre, un repas, une rencontre ».

Le jour où j’ai entendu cette maxime, j’avais décliné l’offre, le matin même, d’un homme dont la femme, infirmière, était partie vers Compostelle avec une amie. Mon ami et moi voulions respecter notre planning, nous nous apprêtions à démarrer notre marche quand l’homme, qui sortait sa voiture du garage avait remarqué nos coquilles sur nos sacs et nous avait proposé de prendre un café.

Le lendemain, jour de Pentecôte, nous n’avions pas osé repousser l’offre d’une femme, à la sortie de l’église, qui voulait à tout prix nous présenter à son mari, qui vivait dans une ancienne villa romaine et affirmait qu’il descendait de Charlemagne. L’entrevue s’était prolongée et nous avions pris la route vers midi, en plein cagnard. Depuis nous avons décidé d’adapter cette règle aux circonstances.

J’aime cette règle de vie car elle nous garde de faire de Compostelle notre chemin à nous, tel que nous l’avons programmé comme si nous pouvions tout contrôler ; elle laisse une place à l’inconu, à l’imprévu de la rencontre. Exercice de lâcher prise et de confiance.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Conseils aux marcheurs, Hospitalité, Témoignage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Conseils de savoir-être vers Compostelle

  1. lulluberon dit :

    bjr j’entends parler si et là de chiens errants pas franchement cool qui a déjà vécu cela sont ils si terribles que çà et quid de la bonne attitude face à des « molloses » vindicatifs
    merci pour vos témoignages et/ou tuyaux

Les commentaires sont fermés.