Des milliers de pèlerins parcourent l’ultime étape du Tro Breiz

Le 3 août débute l’ultime étape du Tro Breiz 2009, le tour des sept anciens évêchés de Bretagne, entre Quimper et Saint-Pol-de-Léon.

Des milliers de pèlerins vont marcher ensemble pendant six jours. Gaële de La Brosse, auteur d’un livre sur le pèlerinage breton (« Tro breiz, les chemins du paradis ») et cofondatrice de la revue Chemins d’Etoiles, nous explique la particularité du Tro Breiz.

Le Tro Breiz collectif

Chaque année, une nouvelle étape du Tro Breiz est proposée au public. Pourquoi ce découpage ?

Le Tro Breiz, c’est le Tour de Bretagne par les sept anciens évêchés suivants : Saint-Pol-de-Léon, Tréguier, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Dol-de-Bretagne, Vannes, Quimper. On y vénère les Sept Saints Fondateurs de la Bretagne, qui sont respectivement : Paul Aurélien, Tugdual, Brieuc, Malo, Samson, Patern et Corentin.

Le Tro Breiz, c’est donc une boucle qui peut être divisée en sept tronçons, plus ou moins longs. Entre 1994 et 2000, l’association Les Chemins du Tro Breiz a proposé un premier Tour de Bretagne collectif qui s’est déroulé sur 7 ans, à raison d’une semaine de marche chaque année. Cette année, c’est le deuxième Tro Breiz collectif qui s’achève par cette étape de Quimper à Saint-Pol-de-Léon.

Quels conseils pratiques (marche, hébergement, restauration) donneriez-vous à ceux qui veulent s’y joindre ?

Pour ce qui est de la marche, il n’y a pas de consigne particulière. Il y aura sans doute cet été plus de 1500 « trobreiziens », ce qui veut dire que la file de marcheurs sera très longue… Cela dit, ceux qui le souhaitent peuvent pérégriner seuls ou en petits groupes ; les organisateurs veillent à limiter les contraintes pour que chacun vive cette marche selon ses aspirations. Pour ce qui est de la restauration, des repas sont proposés, mais il faut s’inscrire à l’avance ; on peut aussi acheter quelques victuailles sur place.

Enfin, l’hébergement se fait soit en hébergement collectif, soit sous tente individuelle, soit chez l’habitant. Là aussi, il faut anticiper, sauf si vous apportez votre tente, ce qui m’avait semblé la meilleure option lorsque j’avais effectué quelques-unes de ces étapes collectives il y a 3 ans. Une précision importante : le transport des bagages est assuré chaque jour par camion d’une étape à l’autre.

Gaële de La Brosse a effectué le Tro Breiz complet

Gaële de La Brosse (à dr.) a effectué le Tro Breiz complet

Vous avez vous-même parcouru le Tro Breiz. Quelle est la caractéristique de cette étape ?

Pour moi comme pour les participants de cette marche collective, c’était la dernière étape, puisqu’elle ramène au point de départ choisi, Saint-Pol-de-Léon. Après un mois (dans mon cas) comme après sept années de cheminement (dans le cas du Tro Breiz collectif), une émotion particulière envahit le pèlerin à l’approche du but.

C’est aussi une étape où l’on peut admirer un patrimoine très riche : les deux cathédrales de Quimper et de Saint-Pol-de-Léon, bien sûr, mais aussi les chapelles de Notre-Dame-des-Trois-Fontaines et de Notre-Dame-de-Tréguron, le calvaire de Pleyben, l’enclos paroissial de Plounéour-Ménez, l’abbaye du Relecq.

Sans oublier le patrimoine naturel, qui n’est pas en reste : le marcheur gardera un souvenir inoubliable de la traversée des Montagnes noires puis des monts d’Arrée. Pour ma part, l’étape sur le chemin de crête qui passe par la chapelle Saint-Michel-de Brasparts est celle qui m’a le plus marquée.

On dit que Compostelle, c’est une marche qui nous révèle à nous-même. Quel est le charisme, la particularité du Tro Breiz ?

La spiritualité du Tro Breiz est très spécifique : elle est basée sur l’héritage que nous ont légué les Sept Saints Fondateurs de la Bretagne. Cinq d’entre eux venaient du Pays de Galles et avant même d’être proclamés évêques, ils se disaient « pèlerins pour l’amour de Dieu ». Ils ont apporté en Armorique un christianisme très différent de celui qui commençait alors à être pratiqué dans le reste de la Gaule.

Ce christianisme celtique, qui n’est pas sans rappeler la philosophie ascétique des Pères du Désert, peut se résumer par ces quelques mots : sacrifice, démesure, dépassement. C’est ainsi que je définirais la spiritualité du Tro Breiz, et Philippe Abjean, à qui l’on doit le renouveau de ce chemin, aime à dire que ce charisme s’accorde bien avec le tempérament breton.

Si on veut en savoir plus, que trouve-t-on dans votre livre ?

Le livre « Tro Breiz, les chemins du Paradis », publié en 2006 aux Presses de la Renaissance, est le résultat d’une dizaine d’années d’enquête historique menée à la fois sur le terrain et dans les archives bretonnes, pour comprendre le phénomène si particulier du Tro Breiz. On y apprend également qui sont ces Sept Saints Fondateurs de la Bretagne et quelle est l’originalité du christianisme celtique.

Deux chapitres sont ensuite consacrés aux spécificités du Tro Breiz, qui m’ont amené à effectuer des rapprochements avec certains autres pèlerinages chrétiens ou non chrétiens : le chiffre Sept (ou le « sacré septénaire ») et le parcours circulaire (ou  circumambulation).  La dernière partie de ce livre est consacrée au renouveau du Tro Breiz, et des annexes pratiques donnent toutes les informations nécessaires à ceux qui souhaitent effectuer ce pèlerinage, en collectif ou en individuel.

Quelle association faut-il contacter pour se joindre au Tro Breiz collectif  ?

Pour l’étape du Tro Breiz collectif qui a lieu chaque été, il faut s’adresser à l’association Les Chemins du Tro Breiz, à Saint-Pol-de-Léon. Si vous voulez effectuer du 3 au 8 août la dernière étape de ce « Grand Tour » commencé en 2003, il est encore temps de s’inscrire.

Sinon, le prochain Tro Breiz collectif reprendra en 2011, au départ de Tréguier. Et l’an prochain, l’association devrait organiser une marche vers Nantes ou une expédition en Irlande. Ces initiatives témoignent de la vitalité de ce pèlerinage médiéval, que certains surnomment déjà le « Compostelle breton ».

Recueilli par Gilles Donada/blogdesmarcheurs.fr

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Autres chemins de pèlerinage, Les interviews du marcheur, Témoignage, Tro Breiz, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Des milliers de pèlerins parcourent l’ultime étape du Tro Breiz

  1. RAYMOND dit :

    Bonjour,
    je souhaite avec mon ami et des amies participer à cette marche en 2013.Nous ne sommes pas des sportifs;d’où la question : combien de kilométres par jour car nous sommes des retraités.
    Qu’en pensez-vous
    merci

Les commentaires sont fermés.