Emma, 15 ans : ses premières impressions du Chemin

Père, fils et fille en marche sur la voie d'Arles, Juin 2009

Fin juin 2009, je suis parti pour la première fois, marcher 3 jours avec mes enfants pour leur faire partager ce qui me rend heureux, sur la voie d’Arles vers Compostelle. La difficulté est de choisir des distances courtes (moins de 20 km) pour leur donner le goût du Camino, sans les dégoûter !

Nous avons dormi à la belle étoile et dans un gîte. Nous avons rencontré des pèlerins japonais, tchèques, italiens… A notre retour, mon fils m’a demandé: « Quand est-ce qu’on repart ? ». Ma fille aîné,  a aimé l’expérience mais a souffert en route (elle a été victime d’une très grosse allergie purulente).

Voici ce qu’elle a écrit (Emma, 15 ans) : « Comme si des millénaires s’étaient écoulés depuis notre arrivée, je regarde paisiblement le jeu d’eau de la fontaine. Assis à la table du café, nous attendons encore et encore l’arrivée de notre sauveur [Nicolas, un ami qui nous rapatrie d’urgence sur Montpellier car Emma ne peut plus marcher NDR].

Les pieds enflés et douloureux, je sens cette exténuante chaleur m’abattre. La matinée fut pourtant bonne. 17 Km parcourus fièrement. Des paysages magnifiques. Le sentiment incroyable de se sentir si faible mais si puissant à la fois. Les pieds qui brûlent. Les embûches. La vitesse de la marche qui augmente au fur et à mesure des jours.

Chaque kilomètre parcouru est une victoire sur la fatigue, la sédentarisation. L’immensité de la terre prend son ampleur. Les perspectives sont enfin humaines. »

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.