Jean-Pierre Montuelle marche en trois ans vers ses souvenirs d’enfance

Revue de presse. Jean-Pierre Montuelle, 51 ans, a un projet : aller de Roubaix (Nord) à Samoëns, en Haute-Savoie. Une sorte de pèlerinage qu’il n’effectue pas d’une traite, mais petit bout par petit bout, pour mieux le raconter sur son blog. Rencontre avec un Roubaisien passionné de randonnée. Source : Nord Eclair.

« Jean-Pierre Montuelle, marcheur au long cours », Youenn Martin, Nord Eclair (14/11/10)

Certains règlent leur boussole sur Saint-Jacques de Compostelle. Un peu trop catholique à son goût. Jean-Pierre Montuelle, lui, a choisi de mettre le cap sur Samoëns, une station de sports d’hiver perchée dans les Alpes, en Haute-Savoie. Pourquoi cette destination ? « Parce que j’y vais depuis 40 ans, depuis que je suis tout petit », répond le Roubaisien. Tout simplement. C’est là-bas que se trouve le chalet familial, là où l’attendent ses souvenirs d’enfance.

Amoureux de la randonnée pédestre, Jean-Pierre Montuelle n’est pas un homme pressé. Il savait qu’il ne pourrait pas parcourir lers 1 200 kilomètres qui séparent Roubaix de Samoëns en un seul périple. À 51 ans, il a un travail, une famille, des enfants. Alors il a décidé de prendre son temps, de découper l’aventure en petits morceaux à avaler à chaque période de congés. Il a débuté au mois de mai dernier et s’est donné « deux ou trois ans » pour franchir sa ligne d’arrivée.

Sa méthode est simple : une gare de départ, une gare d’arrivée et des chambres d’hôtes pour la nuit. Pour rejoindre la Haute-Savoie, il emprunte les sentiers de grande randonnée. « Sur l’ensemble du parcours, il ne me manque que 40 ou 50 km de marche, du côté de Dijon, confie-t-il. Ça m’obligeait à passer par les Vosges et j’avais des problèmes d’hébergement. » Le Roubaisien marche par tous les temps et a choisi des sentiers peu fréquentés – rien à voir avec le GR 20 en Corse. « La randonnée, c’est presque une philosophie de vie. Je me retrouve tout seul, dans le calme absolu. C’est un vrai repos… pour l’esprit. » C’est beaucoup moins vrai pour ses tendons…

Les chemins agricoles, les petites routes, ça change de l’aller-retour quotidien à Paris, en TGV, à 300 à l’heure. « Là, je m’arrête quand je veux, je prends plein de photos. » Des images qu’il publie ensuite sur son blog Roubaix-Samoëns-rando, où il poste aussi ses impressions au jour le jour.

C’est d’ailleurs en tombant sur le site d’un autre passionné de marche à pied, professeur d’université lyonnais, qu’il avait eu l’idée de son premier projet : faire le tour des GR du Nord – Pas-de-Calais et en rendre compte en détail sur Internet (grando5962.free.fr).

C’est presque une invitation à ceux qui rêvent d’horizons lointains. « Il faut voir la France, c’est un beau pays. La Thiérache, c’est superbe. La vallée de la Meuse, les Ardennes, c’est magnifique. » Même par ciel gris, ses dernières photos peuvent en témoigner !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Randonnée, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Jean-Pierre Montuelle marche en trois ans vers ses souvenirs d’enfance

  1. fossemalle anne marie dit :

    pouvez vous me donner les étapes que vous avez faites
    « Sur les traces des Cathares  » Le chemin des Bonshommes
    Merci

Les commentaires sont fermés.