Le globe-trotteur Jacques Sirat a posé son vélo pour réfléchir à son avenir en marchant vers Compostelle

Revue de presse. Jacques Sirat, 47 ans, ancien guichetier à La Poste de Moissac, a fait le tour du monde à vélo en sept ans. A son retour, il repart en Afrique et en Amérique Latine. Il y a deux ans, il s’interroge sur un éventuel retour à la vie « normale ». Il pose son vélo et décide de réfléchir en marchant sur deux voies françaises vers Compostelle : celle du Puy-en-Velay et celle au départ du Mont Saint-Michel. Source : La Dépêche.

« Jacques Sirat, l’éternel pèlerin« , J. Sch., La Dépêche (13/05/11)

À 47 ans, Jacques Sirat a déjà 17 ans de voyage dans le sac à dos. À 30 ans, guichetier à La Poste de Moissac, ne supportant plus d’être enfermé, il prend une année sabbatique et largue tout pour partir courir autour de l’Europe. Ce sera la révélation d’une vie : « 3 jours après mon départ, je dormais au bord d’un torrent en Espagne. J’étais libre, sans horaire ni contrainte. »

Après l’Europe il enchaîne avec un tour du monde de 7 années, revient régulièrement poser son sac ou son vélo chez lui à Saint-Antoine dans le Gers, mais repart bien vite, vers l’Afrique, le Brésil.

Il y a deux ans, Jacques est à un tournant. « Cela faisait 15 ans que je voyageais. J’avais dans l’idée qu’il suffisait que je décide de revenir pour reprendre une vie « normale », que ce n’était qu’une question de décision. Alors, pour faire le point j’ai décidé de poser mon vélo et de marcher. Au début j’avais l’intention de faire tous les chemins de Compostelle. Au final, j’en ai fait deux, coup sur coup : celui du Puy et celui du Mont Saint-Michel. Je n’ai pas ressenti le besoin de faire les autres.

J’avais trouvé la réponse que je cherchais et que je connaissais sans doute déjà sans vouloir me l’avouer : je ne peux plus me réadapter à la société, aux horaires, aux contraintes. Je vis avec peu, je m’en contente très bien. Je veux pouvoir partir quand je veux, discuter deux jours avec quelqu’un sans me soucier de rallier une étape ou simplement profiter d’un paysage autant que j’en ai envie. »

Des deux chemins de Saint-Jacques empruntés par notre aventurier gersois, sa préférence va sans aucun doute au chemin du Mont Saint-Michel : « J’ai rencontré plus de pèlerins à ma première étape en Espagne qu’en trois mois auparavant en France, entre le Mont et la frontière.. »

Pour autant le chemin du Puy, qui passe devant sa maison de Saint Antoine l’a séduit pour l’échange avec les autres : « Chacun a sa propre motivation pour faire le chemin. Très vite, une petite communauté de marcheurs se crée. On se croise, se dépasse, se retrouve aux gîtes. Et on parle, on se confie. Moi je voulais redécouvrir mon pays, voir la vie des gens le long du chemin. Mais tout est organisé, on n’est pas tellement en contact avec les autochtones, plutôt avec des commerçants. En réalité, le voyage est à l’intérieur même du chemin. Les pèlerins viennent de tous les horizons géographiques et sociaux.

Beaucoup sont à un tournant de leur vie et prennent le chemin comme une transition. Le chemin a un côté psychanalytique : les gens se confient assez facilement, parlent de choses intimes à des quasi inconnus. Ce sentier-là comble, je crois, les lacunes de la vie moderne, individualiste, où l’on est seul au milieu de la foule. Le premier choc, c’est le confort : là on se rend compte qu’on peut vivre avec le contenu d’un sac à dos. Beaucoup jurent de moins consommer en rentrant, de prendre davantage le temps. Récemment j’ai repris contact avec beaucoup de gens croisés sur le chemin. La plupart ont repris une vie normale, leurs bonnes résolutions ont duré quelques mois et ont été rattrapées par le poids de la société. » Jacques, lui, repart autour du monde, « pour 5 ou 7 ans », début juillet.

→ www.jacques-sirat.com : le site de Jacques Sirat, qui se présente comme « cyclonomade » et « vagamondiste ».

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.