Landes : le patron marche avec deux ânes vers Compostelle

Revue de presse. Daniel Cabos est un chef d’entreprise qui, suite à un accident, a décidé de prendre le chemin de Compostelle avec deux ânes. Source : Sud-Ouest.

Extraits de « Un pèlerin, deux ânes, trois km/heure », par Didier Piganeau, Sud-Ouest.

Pour lui, le temps compte peu. Rare chez un chef d’entreprise qui traditionnellement court après les rendez-vous, les réunions, passe une partie de sa vie au téléphone et l’autre derrière son ordinateur ! Daniel Cabos en a décidé autrement. Il dirige depuis Tours une petite entreprise d’accueil téléphonique.

« Il y a quelques années, j’ai eu un accident. Blessé à la jambe, il a bien fallu que je me débrouille, mais je me suis aperçu que grâce à mes collaborateurs, ma présence n’était pas indispensable. Alors j’ai donné 30 % du capital à mes employés, et je n’interviens qu’en cas d’urgence… »

Ce qui laisse à Daniel Cabos le temps de profiter de la vie. C’est ainsi qu’à Pâques, il a entrepris un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle avec… deux ânes, Blanquette et Onyx. Parti de Tours il y a plus de deux mois, il compte arriver à destination d’ici à un mois. Voire un peu plus.

[…] Daniel marche devant et les deux ânes bâtés, chargés comme des mulets, suivent docilement. Vitesse de croisière, 3 km/h ! « Et encore, je dois soigneusement choisir l’itinéraire avec une carte d’état-major. Pas de route ou le moins possible à cause des sabots des ânes… » Pas de traversée de grande ville non plus, ce qui impose parfois des détours immenses.

Mais ce qui est le plus insolite, c’est que les deux ânes font office de… bureau itinérant. L’un d’eux en effet porte sur son bât, à côté de la toile de tente et du parapluie un panneau solaire pour alimenter le téléphone portable et l’ordinateur. Dès qu’il peut, Daniel Cabos profite des zones wi-fi pour consulter son courriel et rester ainsi en contact avec sa société…

« Ce que je trouve formidable, c’est l’accueil des gens. En chemin, on me parle, on m’interpelle, on m’invite, alors forcément, les étapes sont souvent plus longues que prévu. Qu’importe, je ne suis pas pressé ! »

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.