Le pèlerin Stéphan Marchiset crée un foulard Saint-Jacques de Compostelle

Pèlerin de saint Jacques depuis 1994, Stéphan Marchiset a un attachement profond pour les beaux chemins tant sur le plan humain que sur le plan culturel et spirituel. Pour l’année jacquaire, ce militaire de profession, passionné d’héraldique, lance une souscription pour le foulard Ultréïa, qu’il a lui même conçu. Il s’engage à verser une partie des bénéfices pour l’aide aux pèlerins et/ou la rénovation du patrimoine jacquaire. Interview.

Gilles Donada : Stéphan Marchiset, qui êtes-vous ?
Je suis un pèlerin de st-Jacques, membre de la confrérie universelle de st-Jacques de Compostelle. Dessinateur, sculpteur et héraldiste par passion, mon métier est celui de soldat, je l’exerce avec la même passion: étant dans les ressources humaines de l’armée de terre, je fais de mon mieux pour que mes idéaux et mes capacités soient mis au service de ceux que j’administre.

Comment est née l’idée de créer ce foulard ?
Stéphan Marchiset : De retour de mission au profit de l’ONU en Afrique, j’ai pensé que le temps était venu d’agir dans le même esprit que celui des personnes qui m’ont aidé à parcourir le chemin de Saint-Jaques. j’ai souhaité à mon tour soutenir ceux qui se préparent à emprunter ce chemin de découverte.

Créateur bénévole au profit de différents organismes souhaitant que toutes mes créations soient l’occasion d’un don j’ai réalisé une création originale à ce jour concrétisée sous forme un foulard. La promotion du pèlerinage et l’ aide aux pèlerins par le biais du reversement de la totalité de mes gages (la rémunération liée au fruit de ma création) et d’ une partie des bénéfices (environ 10 %) occasionnés par sa vente sont sa seule et unique finalité.

Ces fonds serviront à restaurer et améliorer d’ anciens refuges jacquaires et si possible aider les plus jeunes financièrement pour la réalisation de leur pèlerinage en cette année compostellane.  Si le succès est au rendez-vous, la restauration d’une église du XVème est envisagée . Mes fonds n’étant qu’une partie des sommes nécessaires à ce projet.

Que faisiez-vous en Afrique ?
Sur acte de volontariat, j’ai été envoyé de juillet à novembre au sein de l’ONUCI ( forces de l’ONU en République de Côte d’Ivoire); en qualité d’assitant du chef des opérations de la mission. Cela ma permis de pouvoir avoir une vue d’ensemble des problèmes rencontrés par les Ivoiriens et de pouvoir apporter une aide mesurée sur le plan personnel. A Abidjan, j’ai fait deux conférences sur le chemin de St-Jacques.

Comment en êtes-vous arrivé à faire ces conférences sur Saint-Jacques de Compostelle  ?
En marge de ma mission, j’ai voulu apporter un réconfort, un message à ceux qui semblait ne rien avoir. J’ai reçu beaucoup d’eux et en suis encore très remué, mais j’ai été stupéfait lorsque l’on m’a demandé de faire des conférences à ce sujet pour un auditoire exclusivement africain.

Le chemin et St-Jacques sont l’occasion de découvrir une histoire tangible d’amour et de réconciliation.  Il est la preuve que l’on peut s’être combattu durant des siècle et pourtant retrouver le chemin d’un partage commun, humain et spirituel. Le livre de Paulo Coelho (le pèlerin de Compostelle) y est aussi pour beaucoup, il est reçu comme un témoignage de l’extraordinaire qui se trouve en chacun d’entre nous et qu’il est à porter de main pour peu que l’on s’en donne la peine.

Le financement du pèlerinage est moins un problème que nous ne pourrions le croire, un membre de la communauté partant sur le chemin de Compostelle, le fait souvent avec l’aide financière de toutes les personne qui la compose; manquant de tout ou presque, ils sont prêts à tout donner. C’est extraordinaire et vivifiant à la fois. J’ai souvent modéré mes propos de manière à ne pas faire rêver mon auditoire, la magnanimité et la fraîcheur d’âme de ces personnes fut un vrai bain de jouvence pour un européen dont le pays à tant reçu et depuis si longtemps.

Un de mes auditeurs m’a dit un soir : « lève toi et marche » a dit le Christ, je suis vraiment heureux d’avoir rencontrer un toubab (blanc) qui se tient debout! J’ai appris par la suite qu’il avait quitté l’animisme des ses aïeux pour demander à recevoir le baptême; Léonce est une pierre blanche sur mon chemin, il m’indique la route à parcourir.

Qu’est-ce que représente le foulard ?
Un vitrail aux couleurs chaudes et lumineuses.  L’idée première est survenue lors du choc éprouvé lors de ma première entrée dans la cathédrale de Léon. Ce n’est que par la suite ou je me suis documenté sur l’art du vitrail (de manière à faire quelque chose de réel); puis aux personnages marquant du chemin tant du côté français que du côté espagnol (en évitant toute polémique) et à sa symbolique universelle.

L’idéal serait d’atteindre un seuil minimal de 500 souscripteurs, ceci afin de pouvoir lancer la production du foulard tout en permettant le reversement d’une partie des bénéfices. En dessous de ce seuil, le projet ne verrait certainement pas le jour. Dans le cas où le foulard ne serait pas produit, les chèques seraient tous retournés à leurs propriétaires à la date de fin de souscription.

Vous même, avez-vous parcouru le Chemin ?
Oui, la première fois, c’était en  juillet 1994, je suis parti de St Jean Pied de port-Labacolla avec un de mes deux frères. J’avais ressenti très fortement un appel  suite à la venue du pape à Compostelle. La première fois en 1994, le fut en véhicule et un peu à pied, c’est pour cela que je ne la mentionne pour ainsi dire jamais . Ce n’était pas un pèlerinage, tout au plus un voyage historico-culturel.

Cependant, le moteur principal fut la volonté de relever le voeu fait par mon père alors qu’il était pris dans la tourmente de la guerre d’Algérie et juste avant d’épouser ma mère.  J’étais alors en garnison à Lure (70), m’occupant régulièrement de mon grand-père paternel âgé de 93 ans; je savais que j’allais partir en Bosnie à l’hiver 95 et qu’à mon retour de cette mission j’allais être mûté en Allemagne: le chemin me permettait de me préparer moralement et spirituellement à ma mission et à une douloureuse séparation qui me faisait peur, ne voulant pas que mon grand-père parte en maison de retraite.

Je ne sais jamais comment présenter la chose, de peur d’être pris pour un illuminé, mais mon grand-père décédait le 12 juillet 1995 au moment ou je déposais une pierre emportée de chez lui à la Cruz de Ferro, derniers points culminant du chemin avant la descente vers Compostelle.Mais cette fois là je n’ai pas voulu entrer à Saint-Jacques car je ne me sentais pas prêt.

Pourquoi ?
Ce premier périple, réalisé avec mon frère Jean (de 5 ans mon cadet), nous a fait rencontrer des pèlerins qui réalisaient cette démarche pour diverses raisons . Ce qui se dégageait d’eux était parfaitement perceptible et pourtant si éloigné de nous que cela nous a fait regretté de ne pas être à pied; cela devait ses mériter à n’en pas douter.

Vous êtes donc reparti…
Oui, en juin-juillet 1995, je suis allé de  Bayonne à Compostelle, seul. En juillet 1996, j’ai marche de Vézelay à Pierrecourt (70), toujours seul. En juillet 1997, j’ai rallié  St-Jean Pied de port à  Compostelle, avec mon second frère et une partie du chemin avec notre père. Puis en août 1998, je suis reparti seul entre Trêves et Vézelay. En septembre 2000, j’ai marché de  Morlaas à Logrono, mais j’ai dû abandonner suites à des problèmes de santé, liés à un accident qui s’est produit en 1999.

Que s’est-il passé ?
J’ai été victime d’un accident de char de combat lors d’un exercice de nuit. Il me laissa paralysé durant six semaines. Je fus le seul à avoir été blessé et j’en remercie le Ciel chaque jour; à l’époque nous avions des appelés et je ne me serais pas remis d’avoir été responsable d’un tel fardeau. A l’aumônier, j’avais dit avec ironie que si je pouvais marcher à nouveau je voulais bien croiser le chemin de st-Jacques ou même le faire aussi souvent que possible. Résidant au Kremlin-Bicêtre  et travaillant à Montparnasse, je pars travailler à pied tous les jours et croise la rue St-Jacques soir et matin…

Et vous avez repris le Camino ?
Oui, en Juin-juillet 2001: de Billière à Compostelle-Padron, seul par le chemin aragonais. Puis en août-septembre 2003 du Puy-en-Velay à  Roncevaux, toujours seul. En 2004, je me suis marié et ma fille Anais est née en 2005.

Pourquoi éprouvez-vous le besoin d’y retourner régulièrement ?
Tous les pèlerins vous diront que l’enrichissement humain et spirituel est tel qu’il ne peut se rencontrer sur un autre chemin. Sa dimension universelle et humaine (au sens ou nous ne sommes pas des machines) en fait un chemin unique qui nous rapproche, alors que la vie « moderne » nous éloigne malgré toutes les solutions de communication qu’elle propose, nous n’avons jamais été aussi seul. Ce chemin (quelque soit l’itinéraire emprunté) est un bain de jouvence qui donne la possibilité de croire encore que tout est perfectible dans notre monde, car il agit en chacun d’entre nous.

Quels ont été les moments les plus forts sur le Chemin ?
Il y en a tant; mais sans hésiter et par ordre d’importance : la rencontre de mon épouse lors de mon dernier pèlerinage le 23 septembre 2003 alors qu’elle déménageait pour partir en Vendée; les retrouvailles avec mon père à Compostelle le 20 juillet 1995 alors qu’il venait de perdre son père 8 jours plus tôt; et enfin la rencontre et la marche avec Martin (un pèlerin du Québec) pour tout ce qu’il m’a apporté pour m’aider à reprendre confiance en moi.

Quelle différence avez-vous expérimentée entre marcher sur le camino seul et accompagné de proches ?
La solitude nous remet à notre place d’homme, sans aucun repère visible pour les autres : ni frère, ni père, ni riche, ni pauvre, sans grade ni distinction, nous devenons un étranger, ce qui je crois est le sens étymologique de pèlerin! La réflexion est aussi plus intense et les rencontres se font plus naturellement du fait que nous nous rendons plus disponibles, étant seul.

J’ai apprécié de pèleriner avec des membres de ma famille ou des amis; nous nous apportions une aide mutuelle qui dépassait les simples obligations d’une vie familiale ou amicale. Cette expérience nous apporte encore et nous porte dans la vie de tous les jours ….. même si elle se charge de nous éloigner par moment, le camino reste un lien indéfectible qui nous unit bien plus que les liens du sang.

Que représente, pour vous, l’expérience de la marche ?
La marche est tout simplement le moyen de se mettre dans l’éventualité de à la rencontre. La marche nous ouvre à la spiritualité car une fois encore, elle nous remet dans notre position d’homme et de sa petitesse devant ce qui peut être contempler au rythme de ses pas. Enfin, la marche nous donne un but à atteindre; ce but peut revêtir de nombreux aspects, il est souvent celui de se reconstruire et de chercher une réponse qu’un monde sans but ne peut plus apporter.

Certains disent qu’il ne faut surtout pas repartir sur le chemin une fois qu’on l’a fait une première fois; je n’en connais pas qui ne soit pas allé à nouveau sur les chemins de Compostelle … ou d’ailleurs! Notre vie nous sédentarise de plus en plus, nous passons les 2/3 du temps assis dans un fauteuil ou sur une chaise. Il suffit de se mettre en mouvement pour se rendre compte de l’infini potentiel de la marche!

En cette année jacquaire, comptez-vous reprendre le Chemin ?
Mon projet est de partir en septembre sur une grande partie du Camino Primitivo seul (si mon emploi du temps me le permet) et une partie finale avec un membre de ma famille. Pourquoi pas arriver à Compostelle pour la venue du Pape tout début novembre et lui offrir le foulard (si il a vu le jour !).

Aimeriez-vous marcher avec votre femme, votre fille ?
J’ai déjà marché et pèleriné avec ma femme. Si Dieu me prête vie, j’ai bien l’intention de le faire avec mes filles, gendres et leurs enfants. Il me tarde de le faire si ils le veulent bien alors. L’appel de Compostelle est continu ;  l’envie de partir fréquent, alors lorsque le moment viendra, je serai sans doute au ciel bien avant l’heure.

Vous êtes passionné d’héraldique et vous avez décidé d’éditer ce foulard alors que vous auriez pu réaliser, par exemple, un blason jacquaire. Pourquoi ce choix ?
L’héraldique jacquaire est d’une évidence limpide dans toute l’Europe : bourdons et coquille définissent parfaitement ceux ou celles qui les portent. La science du blason est issue de la guerre, car il fallait distinguer les combattants des camps opposés. Même si aujourd’hui, ce n’est plus le cas, à proprement parlé, je ne voulais pas que ce foulard puisse être vu au travers de ce prisme.

Le vitrail est une prière qui peut élever les esprits en les portant au questionnement intérieur, à la méditation ; ce mode de langage est lui aussi universel et permettait de garder cette dimension en laissant plus de place pour le message de paix, de fraternité et de partage que je veux faire passer.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à quelqu’un qui rêverait de faire le Chemin  ?
L’expérience sera sans aucun doute l’une des plus enrichissantes de votre vie, elle vous apportera bien plus que vous n’osez l’espérer. Même si l’on en sort pas indemne, ce n’est pas un rejet du monde mais une ouverture à ce qu’il peut présenter et apporter de meilleur.

Sur un plan plus pratique, je leur dirais de laissez tomber les périples bien saucissonnés et imposés; même si il faut bien emprunter un itinéraire connu, le rythme de marche est différent pour chacun en fonction de son âge, son poids, sa santé.

N’emportez pas votre maison sur votre dos, laissez un peu de place à l’imprévu. Après tout, l’essentiel est dans le but que vous vous êtes fixé! Ce dernier répond à une question simple : pourquoi avoir quitté le confort douillet de votre famille, de votre maison et de vos amis ?

Recueilli par Gilles Donada/blogdesmarcheurs.fr

  • Le site de Stéphan Marchiset, avec le lien vers le bon de souscription pour le foulard Ultréïa (format 90 x 90 cm), soie lourde, roulotée à la main.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Conseils aux marcheurs, Randonnée, Spiritualité, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

43 réponses à Le pèlerin Stéphan Marchiset crée un foulard Saint-Jacques de Compostelle

  1. Stéphan Marchiset dit :

    Un grand merci pour avoir permis de partager cette expérience merveilleuse.

  2. Re-bonsoir,

    Marcheur, donc ? Moi aussi. Mais sur de moins longues distances et sans le même credo. Mais peu importe. L’important est d’avoir un but et une élévation. Vous connaissez peut-être ce vers de Baudelaire:
    « La nature est un temple où de vivants piliers
    Laissent parfois sortir de confuses paroles;
    L’homme y passe à travers des forêts de symboles
    Qui l’observent avec des regards familiers. »

    Amitiés.

  3. bbs dit :

    Toute mon amitié à stéphan marchiset qui a créé ce foulard.
    Il le fait pour le plaisir. Il met ses dons au service des pélerins. Les droits sont reversés à une association.

  4. Bernardie dit :

    Qui dit que le chemin est en perte de vitesse sur le plan spirituel et culturel?
    Bravo pour cette belle réalisation qui ne manquera pas d’atteindre le coeur et l’âme des plus dubitatifs ….. le chemin vit en chacun de ceux qui l’ont emprunté. Les oeuvres issues du chemin ne sont qu’un témoignage visible de la foi qui anime le pèlerin créateur. Bravo poursuivez votre recherche, vous trouverez ce que vous cherchez sans aucun doute possible.
    Une pèlerine.

  5. Gfre dit :

    Cela semble une bien belle réalisation, gageons qu’elle rassemble comme peut le faire le pèlerinage qui après avoir offert son étoile dans le champ, offre son foulard sur les chemins qui y mènent.
    Amitiés

  6. FOUINE45 dit :

    Bonjour,

    C’est en cherchant par hasard un renseignement sur St Jacques que je suis tombé sur cette page.

    Cette création est magnifique et on a vraiment l’impression de contempler un vitrail. L’objectif du créateur est donc je vous l’assure atteint.

    Pour ma part je verrai plus ce foulard sous verre dans mon salon (les couleurs ajouteraient de la couleur à la pièce) que porté par mon épouse.

    Je souhaite que les 500 souscripteurs soient atteints pour que ce travail soit récompensé et que les marcheurs de St Jacques puissent en bénéficier indirectement.

    Bravo pour cette création.

  7. baret dit :

    VOTRE FOULARD EST UNE VERITABLE OEUVRE D ART . ON SENT BIEN QUE VOUS AVEZ PRIS PLAISIR A LE FAIRE ET QUE VOUS Y AVEZ MIS TOUT VOTRE COEUR ! QUELLE FINESSE ! JE COMPRENDS TOUT A FAIT VOTRE ETAT D ESPRIT LORS DE LA CONFECTION DE CET OUVRAGE QUI VEUT DIRE « UN GRAND MERCI »A DIEU ! JE VOUS DIS BRAVO ! dominique

  8. Sabine dit :

    Je suis admirative d’un tel talent porté par la passion. Un bel exemple à suivre.
    Sabine

  9. gwen dit :

    CE FOULARD EST MERVEILLEUX UN VERITABLE CHEF D’OEUVRE.
    J’ESPERE SINCEREMENT QUE LES SOUSCRIPTEURS SERONT AU RENDEZ-VOUS.
    IL SERAIT MAGNIFIQUE SOUS VERRE DANS MON SALON A LAUZERTE (82), IL SERAIT AU PIED DU CHEMIN DE ST JACQUES DE COMPOSTELLE.
    AMITIES GWEN

  10. ramuntxo dit :

    Quel bonheur de lire ces lignes et me plongent à nouveau sur le chemin où j’ai passé avec mon fils Cédric les meilleurs moments de ma courte vie….Merci Mr Stéphan .

    ramuntxo boucau

  11. Naves dit :

    Merci pour ce témoignage preuve que la générosité et le dépassement des valeurs modernes par des gestes simples (comme la marche et la création artistique) sont encore vivaces et porteurs d’espoir.

    Voilà une belle invitation à suivre une route terrestre pour se mettre en chemin derrière le Christ.

    Bon courage pour le chemin cet automne.

  12. Yoyo94 dit :

    Je présente au pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle toutes mes félicitations pour cette création. Qu’il continue d’être passionné et inspiré afin de mettre à profit ses talents au services des autres.

    Cordialement

  13. Akureyri dit :

    L’histoire de ce foulard est très poétique mais il ne faut pas oublier la qualité de la création. Le talent de cet artiste au grand cœur mérite que l’on s’arrête pour apprécier la finesse de ses réalisation et pourquoi ne pas visiter son site ?

  14. lola12 dit :

    bravo,
    foulard magnifique, je dirai même une oeuvre splendide,
    à travers celui-ci les marcheurs de saint jacques doivent être ravis de votre réalisation.
    encore bravo,
    cordialement

  15. Stéphan MARCHISET dit :

    Merci à tous pour ces messages d’encouragement, je poursuis mon travail de fourmi pour faire connaître cette action; toujours à la recherche de projets sérieux à soutenir, n’hésitez pas à me contacter si vous avez quelque chose. Saint Jacques sera fêté dimanche: bonne fête à tous les marcheurs de messire saint Jacques et Ultreïa.

  16. Cédric dit :

    Merci de m’avoir fait découvrir le chemin de Saint Jacques que j’ai fait lors de mes 18 ans avec mon père Ramuntxo. Merci également de me plonger à nouveau dedans avec ces lignes qui ravivent que des bons souvenirs du camino. Merci pour tout et bon chemin. Au plaisir Mr Stéphan.

  17. Martin Le Québécois dit :

    Toutes mes félicitations à Stépane pour cette belle initiative qui témoigne de toute la sincérité, la créativité et la détermination de sa démarche personnelle et spirituelle. Merci de nous avoir ouvert ton livre personnel et ainsi mieux comprendre ta conviction profonde de ce que le pèlerinage de Compostelle peut apporter de bien à toute personne qui s’y incrit. Bravo!

  18. cégébel21 dit :

    L’ancien Jacquaire que je suis est conquis par votre initiative. Bravo. C’est avec plaisir que je souscrirai pour un exemplaire de votre réalisaiton.

  19. Louis-Marie dit :

    super le foulard on vous soutient courage et merci pour tout ce que vous faites pour les pèlerins de saint Jacques.

  20. ROSAFINANCE dit :

    Félicitations et encouragements pour le foulard . Toutefois « le cheminement » humain dont le foulard est une conséquence est tout aussi marquant et Respectable avec un grand  » R » pour qui que l’on soit .  » Il faut le faire  » pourraît-on dire ! … et là le chemin est long et dans le cas de Stéphane , malgré les ornières de la vie , il a su le parcourir avec les pieds , la tête , le coeur … et l’âme

  21. Thomas dit :

    Que dire …. merveilleux!
    Merci de ce témoignage qui nous prouve bien que l’espérance et la patience permettent d’obtenir beaucoup pour peu que l’on sache écouter son coeur et son prochain. Je vous contacte par le biais de votre site, car j’ai l’intention de faire le chemin sur un itinéraire moins fréquenté et peut-être aussi plus votif que le camino français. A bientôt donc….

  22. troallic dit :

    bonjour Stephan. quel plaisir de lire vos emotions sur le chemin. il est vrai,que celui ci ne peut elever que le meilleur de l’etre humain.je pense,que l’on revient different.plaise au ciel,avant la fin de mon parcour sur terre,j’en fasse un petit bout.merci aussi pour l’amitie dont vous gratifier.Eliane HOSSEGOR

  23. Claire dit :

    C’est tellement devenu inimaginable qu’une personne donne sans ne rien attendre en retour; il n’y a sans doute qu’un chemin de pelerinage et un cheminement interieur pour arriver à ce niveau de conscience.
    C’est un bel exemple qui mérite d’être aidé. Bravo et Ultreya!

  24. Hervé dit :

    Je crois t’avoir rencontré lors de mon passage à Lescar en 1995, tu accueillais les pèlerins chez toi ? Je n’avais retenu que ton prénom et la chaleur de ton foyer! Merci de ces moments merveilleux qui continuent d’illuminer les jours où je doute et me questionne.
    J’aimerai te rencontrer à nouveau; à bientôt.

  25. Agnes dit :

    Je viens de recevoir le foulard que j’avais commandé …… un seul mot : merveilleux! La soie est de très belle qualité et la notice bien faite : merci de cette réalisation qui est une réussite. Encore félicitation !

  26. Jean-Christophe dit :

    Je connaissais vos réalisations militaires, mais pas ce nouveau talent, bien que cela reste une création!
    Pourriez-vous me dire ou vous en êtes de votre souscription?
    Buen camino à votre foulard!

  27. gwen dit :

    MERVEILLEUX…tout simplement MERVEILLEUX….
    Très belle qualité, une jolie boite et une notice bien faite, il ne me reste plus qu’à le faire encadrer et le mettre dans l’entrée du Marquisat à Lauzerte (82) que tout le monde puisse l’admirer.
    Merci beaucoup pour ce foulard.

  28. mylène dit :

    Aujourd’hui seulement je découvre ce blog, très touchée par votre témoignage et votre réalisation. Est-il encore possible de commander ce foulard ? je voudrai l’offrir à ma fille, qui marche sur le chemin de Saint-Jacques quelques jours chaque année.

  29. Vous pouvez toujours profiter des avantages de la souscription en imprimant le bon sur mon site (insignes.creations.fr), en me contactant directement pour le recevoir (01.45.59.00.61) ou encore en téléphonant à la société LR (01.42.65.43.40).
    Merci de votre aide et Ultreïa!

  30. PASCAL JOCELYNE REMY dit :

    Merci pour cet enchantement, ton témoignage est un hymne a la vie et a l’espoir.Merci de nous faire partager cette expérience.Notre envie de cheminer vers Saint JACQUES n’en est que plus renforcée.Ton foulard est déjà un premier pas sur ce chemin.Merci encore

  31. C’est à mon tour de tous vous remercier pour vos messages d’encouragement et plus particulièrement ceux qui ont décidé de faire vivre le foulard de Saint-Jacques en se portant acquéreur de l’un d’entre eux. La souscription est maintenant arrêtée et ce foulard va flotter au vent pour d’autres causes.
    Environ une centaine de foulards se sont vendus; à ce jour aucun dossier sérieux de demande de subvention ne m’est parvenu, je m’achemine donc vers l’aide directe aux pèlerins ayant un projet d’ordre cultuel. Je vous dis à bientôt et pourquoi pas au hasard d’une rencontre sur un de nos beaux chemins de Saint-Jacques. Ultreïa!

  32. corinna dit :

    bonjourb nous avons des pionts en communs mis á part spirituel dans la vie de tous les jours j ai dédié ma vie á la justice , la lutte contre la corruption .. j étais en afrique au sujet des charniers á sarajevo … avant il y a eu la lutte contre le cartel b.. je parts a saint jacques dimanche appelez moi sur mon portable je suis au Portugal… si vous etes d accord envoyez moi un mail et nous parlerons au telephone
    merci corinna

  33. Stéphan dit :

    Pour Corinna; les charniers dont vous parlez en Afrique sont peut-être ceux du Rwanda, ceux de Sarajevo se trouvant en Bosnie : abomination humaine que j’aimerai sortir à jamais de ma mémoire! Le pèlerinage vers Compostelle vous aidera aussi surement qu’il l’a fait pour moi: l’importance de s’ouvrir aux autres et à soi-même vous permettra de découvrir toute la richesse de la méditation « itinérante ». Ultreïa y buen camino!

  34. Stéphan dit :

    Le foulard Ultreïa sera consacré pour l’année 2011 à l’aide envers ceux des plus démunis que le chemin met sur notre route. Je m’apprête à prendre sac et bâton pour cette cause : 1000 km entre Paris et Bayonne sur la voie de Tours pour ceux qui ne peuvent marcher. Conférences en chemin et rencontres ne manqueront pas d’être particulièrement enrichissante, tout autant que le fait de péleriner sur un itinéraire peu pratiqué. Je vous donne rendez-vous sur un de mes points de chute quotidien….. à très bientôt!

  35. Patrick dit :

    Merci Stéphan, encore de beaux souvenirs. Ardents moments, échanges, rencontres que du bonheur. 2004 aura été l’aube d’une nouvelle naissance. Buen camino ULTREÏA.

  36. Stephan dit :

    Patrick, il y avait bien longtemps et je suis heureux que tu m’aies retrouvé par le biais de ce blog. N’hésites pas à me contacter sur mon site perso …. ou sur le nouveau blog de l’action que je même actuellement sur la voie de Tours : 2 millions de pas solidaires. A très vite.

  37. Gueret dit :

    Je découvre ce beau témoignage et votre foulard. Quel talent et que de temps passé après votre pélerinage pour réaliser ce bel objet, il donne envie de partir avec vous et même de partir sur le chemin seule. Avez-vous dans l’idée de créer d’autres objets sur le thème de saint Jacques? Bonne continuation à vous, étant de votre région peut-être pourrons nous nous croiser un jour?

  38. Lionel dit :

    Revenant de vacances et ayant un peu marché sur le chemin du Puy, j’ai cherché à découvrir davantage les chemins de Saint-Jacques, c’est par hasard, s’il en est, que je suis tombé sur votre article et votre blog!
    Je cherchais un cadeau pour mon amie et crois bien l’avoir trouvé. Bon vent à votre initiative méritoire et surtout merci.

  39. Jocelyne dit :

    Je viens de recevoir ce foulard commandé à Paris. Il est tout simplement magnifique et les photos vues ici et là sont bien en dessous de la réalité !
    La société qui le commercialise m’a dit qu’il n’en restait plus beaucoup et qu’elle ne savait pas si elle allait en imprimer à nouveau, je trouve cela bien regrettable pour ceux qui ne le connaisse pas encore. En tous cas merci à Stéphan pour ce très bel objet qui me tiendra chaud et me fera souvenir des merveilleuses journées de marche sur le chemin de Compostelle. Jocelyne

  40. Jérome dit :

    Actuellement loin de la métropôle il me tarde d’y revenir pour vivre l’aventure que vous nous laisser entrevoir dans votre témoignage sur le chemin de saint Jacques, tout comme dans de nombreux autres de ce blog : merci à vous tous.

  41. Alfred dit :

    Merveilleuse histoire du chemin et très belle réalisation qu’il faut mettre au compte d’une inspiration évidente, je vous souhaite de poursuivre votre chemin de vie au profit de ceux qui le croiseront.

  42. cour nicole dit :

    Bonjour,
    Je lis votre témoignage sur le magazine Pélerin hors série compostelle l’appel du chemin !
    Intéressée par votre foulard. Qu’en est-il, est-il toujours commercialisé ?
    Si oui merci de me donner le lien pour l’achter.
    A le chemin de st jacques depuis le temps qu’il trotte dans ma tête !
    Je sais que je trotterais sur ce chemin !
    Bien à vous et que Dieu vous garde dans la Lumière.
    Nicole

  43. Stéphan dit :

    Chère Nicole, le foulard « Ultreîa » est toujours commercialisé au profit d’oeuvres du chemin de Compostelle. Le plus simple est de contacter directement la société d’édition d’art LR (01 42 65 43 40) pour connaître les modalités d’acquisition. Je vous souhaite une bonne préparation à l’aventure extraordinaire que sera pour vous le chemin de Saint-Jacques et vous assure de mes prières ferventes au saint apôtre pour qu’il vous aide dans cette démarche.
    Ultreîa

Les commentaires sont fermés.