Le Québécois André Raymond marche sur le chemin de Compostelle pour 22 personnes en soins palliatifs

 

Revue de presse. Le marcheur André Raymond entreprend ses 30 jours de marche sur le chemin de Compostelle. Sa mission : marcher pour 22 personnes en soins palliatifs dans le cadre d’une collecte de fonds pour la mise en place de la Maison Marie-Pagé. Déjà, plus de 9 000 $ ont ainsi été recueillis. Source : Nouvelle Union.

André Raymond avait déjà fréquenté le chemin, il y a quelques années, mais pour lui seul afin de faire le point. Cette fois il y retourne, mais dans un tout autre état d’esprit. Il marchera pour des personnes qu’il a rencontrées spécialement et aura des missions à accomplir pour ces gens.

Dans son sac à dos, en plus de l’essentiel pour sa marche et son bourdon Sancho, il a mis dans des sacs de plastique, les lettres des gens, les petites roches et les objets qui lui ont été confiés pour apporter à Compostelle. «En fait, j’ai de l’humanité plein mon sac», note-t-il.

Et sur son iPod, il a des petits films de chacune des personnes pour lesquelles il marchera. Donc lorsqu’il se lèvera, il pourra voir et entendre lui souhaiter une bonne journée, celui ou celle qui sera dans ses pensées le temps d’une journée. Il portera aussi, sur lui, la photo de la personne en question, lui permettant ainsi d’apprécier le chemin en même temps que lui.

«J’ai tout de même gardé une journée pour la famille de Maryse, ma blonde, et une autre pour la mienne», insiste-t-il. D’ailleurs, lors de l’entrevue, c’est justement une photo le montrant avec sa conjointe et ses enfants qu’il arborait avec fierté. Et il y aura aussi une journée pour les médecins et les infirmières qui oeuvrent dans le département d’oncologie de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska dont il a la liste des noms.

Pour six ou sept personnes, il devra déposer des photos d’êtres chers sur le tombeau de saint Jacques. «J’aurai avec moi plein de symboles, des poèmes à lire, des chansons à interpréter, des sculptures de familles à faire», ajoute-t-il.

Certaines missions seront amusantes à réaliser alors que d’autres seront plus touchantes. Parmi celles-ci, il y a la lecture du Lac de Lamartine pour une personne qui est malheureusement décédée il y a trois semaines.

«Le plus drôle dans tout ça c’est que ceux qui vont partir demandent pour ceux qui vont rester», a-t-il remarqué.

Le marcheur a tellement apprécié sa rencontre avec les gens en soins palliatifs qu’à l’automne, il suivra sa formation Albatros afin de mieux accompagner les personnes en fin de vie. «Ils m’ont donné beaucoup. Cette mission était faite pour moi», ajoute-t-il.

André Raymond marchera 800 km en 30 jours avec son filleul Vincent, 14 ans, du 23 juin au 31 juillet. Et pour la fin de son périple, sa fille Adéliane se joindra à la marche.

Dès son retour, il aura à rendre compte de sa marche aux 22 personnes. Il a l’intention de réaliser un DVD qu’il leur remettra lors d’une soirée spéciale.

Et même si la plupart de ses jours sont déjà occupés pour la marche, André Raymond invite les gens qui souhaitent qu’il ait une pensée pour eux pendant son chemin, à passer le message à ses parents, Eddy et Céline, qui veillent sur lui d’en haut. «Le message va se rendre», affirme-t-il.

Pour ceux qui souhaitent contribuer à la collecte de fonds pour la mise en place de la Maison Marie-Pagé de Victoriaville peuvent communiquer par courriel à maisonmariepage-compostelle@hotmail.com, chez Ameublements Larochelle ou encore avec Nathalie Provencher au 819 357-3326.

Source : « De l’humanité plein son sac« , Manon Toupin, Nouvelle Union (21/06/11)

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Militantisme, Spiritualité, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.