L’ex-gendarme Alcime Jaffré-Le Ber marche vers Compostelle

Profondément marqué per une mission comme gendarme au Rwanda, en plein génocide, le Quimpérois Alcime Jaffré-Le Bera avait pris la décision de faire le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ce n’est que seize ans plus tard qu’il a pu parcourir 1590 km à pied en deux mois. Source : Ouest-France.

« Alcime a parcouru 1 590 km à pied jusqu’à Compostelle – Priziac« , Ouest-France (29/12/09)

« Aller au-delà de soi-même » par un acte gratuit. Cette décision a été prise par Alcime Jaffré-Le Ber. Il vient de parcourir 1 590 km à pied, en deux mois, par étapes de 25 à 30 km par jour, jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle.

Pourquoi ce choix ? Alcime a pris cette décision il y a bien longtemps. Juste après une mission de six mois au Rwanda en 1993. Il est revenu avec le sentiment d’être sorti de l’enfer. À cette époque, il était adjudant-chef de gendarmerie à la brigade de recherches de Quimper. Sa volonté d’une quête personnelle s’est imposée à son retour.

Alcime a dû attendre sa retraite pour réaliser son défi, dans une démarche laïque. Il a choisi Compostelle en Galice en raison des nombreuses étapes et gîtes qui jalonnent la route des pèlerins.

Durant ces deux mois de marche, Alcime n’a mangé qu’un seul repas le soir après avoir trouvé le gîte pour y passer la nuit. Fruits secs dans la journée. Un sac de 12 kg contenait le minimum nécessaire pour vivre cette aventure.

35 étapes ont été nécessaires pour atteindre la frontière à Saint-Jean-de-Pied-de-Port à 800 km du départ en Bretagne, et il restait autant pour arriver au but. Il a vécu des étapes agréables mais d’autres où le paysage monotone semblait ne plus finir.

Ses notes journalières évoquent aussi une ambiance genre Apocalypse now pour la 25 e étape en Espagne à la Cruz de Fero (la croix de fer) : vent glacial de face, altitude, fatigue due à un grand dénivelé lui ont paru sans fin, mais jamais Alcime n’a perdu le moral, ni n’a eu l’envie d’abandonner, malgré les 18 kg perdus et une gastro-entérite qui a demandé l’intervention d’un médecin.

Rentré à la maison pour les fêtes de fin d’année, Alcime est heureux d’être allé au bout de lui-même.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à L’ex-gendarme Alcime Jaffré-Le Ber marche vers Compostelle

  1. LOISON, Roland. dit :

    Que de bons souvenirs…La Bourboule….etc….. Puis le Rwanda….. sans autre Commentaire… Peut-être une réponse si tu prends connaissance…….

  2. HOUDIN Michel dit :

    Etions nous en Guyane ensemble???

  3. JAFFRE Nolwenn dit :

    Mon père n’est pas un adepte d’internet mais je prends note et lui fait passer le message!

  4. Girard dit :

    Salut l’ami. Nous conservons un bon souvenir de notre connaissance à Lignol, le 10/08/13 dernier,lors d’un départ à la retraite d’une amie commune. Je viens de lire ton petit « layus » sur ton parcours vers St Jacques de Compostelle. Chapeau l’artiste et cela méritait bien des félicitations. Sincères amitiés et au plaisir de se revoir un jour en Bretagne. Henri et Danielle

Les commentaires sont fermés.