L’humoriste Stéphane Rousseau et des Québécois marchent sur le chemin de Compostelle pour récolter des fonds pour la lutte contre le cancer

Les marcheurs de "Compostelle en tandem" arrivent à Saugues

Revue de presse. Les mois d’août et de septembre ont mobilisé des groupes de pèlerins québécois, qui ont parcouru des tronçons du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pour récolter des fonds pour la recherche contre le cancer. En écoutant leur témoignage, on mesure combien le Camino offre toute sa richesse et sa sagesse à ceux qui le parcourent, même pour une dizaine de jours.

► Ma chronique sur RCF.
Compostelle : des Québécois marchent contre le cancer by pelerin

 

L’humoriste Stéphane Rousseau (qui a perdu sa soeur Louise, victime de la maladie) a accompagné un groupe d’une quinzaine de marcheurs, qui ont récolté 189 000 $ canadiens (près de 140 000 €)  qui sera consacrée au financement de la recherche sur le cancer. Ils sont partis le 22 août de Léon et son arrivés le 5 septembre à Santiago, après 13 jours de marche.

Ils ont marché les 313 derniers kilomètres de la célèbre route de pèlerins au profit de la Société de recherche sur le cancer (SRC) pendant une dizaine de jours pour arriver le 5 septembre en Galice à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle à Santiago.

Pour Stéphane Rousseau, porte-parole de la SRC, l’expérience a été plus qu’enrichissante : « C’était absolument incroyable comme voyage, j’ai traversé de très beaux paysages sur une route millénaire imprégnée d’histoire. J’ai fait la rencontre de gens exceptionnels, à la fois éprouvés par la vie et habités par une détermination et une joie de vivre hors du commun. C’est un moment de ma vie que je n’oublierai jamais! J’encourage tous ceux et celles qui veulent passer en mode action à participer au Challenge SRC : c’est inoubliable comme expérience ».

(Source : »Stéphane Rousseau et son groupe de retour de Compostelle : Un défi accompli avec succès et dans le plaisir!« , SRC).

 

Une autre initiative québécois, Compostelle en Tandem, est partie du Puy-en-Velay, le 3 septembre, pour rallier Conques, le 13 septembre. Le groupe est formé d’une trentaine de québécois. L’objectif est de récolter 72 000 $ canadiens (53 000 €) de dons (2000 $ par marcheurs, soit près de 1500 €) au profit de la Fondation québécoise du cancer.

L’idée de mettre sur pied un voyage menant sur les chemins de Compostelle vient de France Locas, la directrice du Centre régional de Québec de la Fondation québécoise du cancer, une voyageuse doublée d’une grande sportive.

«Au départ, France désirait offrir une activité aux gens qui ont été ou étaient atteints du cancer ainsi qu’à leurs proches qui souhaitaient faire quelque chose pour la personne atteinte, d’où le concept de Compostelle en tandem. C’était aussi l’idée de jumeler un rêve, celui de marcher le chemin de Compostelle, tout en appuyant une bonne cause», a dit Danielle Dupré.

La première année, l’activité fut un succès avec ses 30 participants et ses 55 000$ en dons amassés pour la Fondation. Cette année, l’objectif est de 72 000$. On demande aux 36 participants d’amasser chacun 2000$ en dons.

Pour l’édition 2011, ce sont les régions de Sherbrooke et de Granby qui sont représentées par le plus grand nombre de participants.

(Source : « Compostelle en tandem: un défi inspirant », Canoë 30/08/11)

C’est Sarah-Emilie Nault, jeune journaliste, qui tient le carnet de bord des marcheurs. Sa motivation ? « Voyageuse à la conquête du monde, c’est un nouveau lieu (mythique!) que je désire découvrir, par une route bordée d’émotion, de courage et d’espoir que j’emprunterai en l’honneur de Liette Amyot et de Lucette Julien, deux femmes fortes qui se sont battues de toutes leurs forces contre le cancer, mais qui sont malheureusement aujourd’hui disparues… »

Dans ses billets quotidiens, elle évoque ses découvertes : Le départ du Puy-en-Velay après la messe des pèlerins.

La messe du dimanche à la cathédrale du Puy-en-Velay fut magnifique. Nous nous y sommes rendus, dans la pénombre de la nuit encore assoupie, fiers de compter parmi la nouvelle vague de pèlerins à avoir la chance de se faire bénir avant de prendre la route, ce fameux chemin de Compostelle.

Il faut vivre la bénédiction des pèlerins, s’entasser les uns contre les autres autour d’un prêtre curieux de la provenance de chacun, recevoir sa médaille de Notre-Dame du Puy et partager avec un inconnu – qui a laissé par écrit son intention de pèlerinage comme le veut la coutume et que l’on pige au gré du destin – une journée de marche, un souhait, un peu d’espoir. (billet du 2ème jour)

La rencontre avec la nature, malgré l’épreuve physique

Moi, petite fille de ville, je commence assurément à me plaire au centre de ce nouvel univers où admirer ce qui nous entoure devient une seconde nature, où le temps semble prendre exactement toute la place qui lui revient. (billet du 4ème jour)

S’il me serait difficile de vous cacher la douleur qui accompagne forcément un tel voyage (marcher la route de Compostelle est ardu, fatiguant et extrêmement demandant mentalement), il serait impensable pour moi de passer sous silence toute la beauté qui borde un telle démarche. Car ce chemin représente pour moi la beauté dans sa plus simple expression, la beauté à l’état pur, celle de l’existence même. (billet du 6ème jour)

À la maison, mon copain – un amoureux des grands espaces – me parlait souvent du bonheur de «ne faire qu’un avec la nature», un concept qui me semblait tout à fait abstrait. C’est ici, sur le chemin de Compostelle, que j’ai saisi ce qu’il voulait dire.

Du haut d’une splendide et énorme montagne que j’avais moi-même gravie, le regard balayant un pré infini aussi vert que l’Irlande et un ciel véritablement bleu, je faisais soudainement partie du décor et j’en étais comblée.

Moi, témoin privilégié d’une aventure plus grande que nature, je me promets de faire de même lorsque je serai de retour au pays; être ouverte, généreuse et totalement reconnaissante de la chance que j’ai de faire partie de ce monde à chaque pas un peu plus beau. (billet du 7ème jour)

L’amitié qui se noue sur le chemin avec des gens de tous âges, marquée la présence de ceux qui souffrent ou sont morts du cancer.

Alors qu’entre nous, petit à petit des amitiés se soudent sur le bord de la plus belle des routes, à travers les montagnes, au cœur d’un décor indéfinissable, moi, chaque matin, je m’émerveille devant la chance que j’ai de faire partie d’un groupe de gens de tous âges – nous, les plus jeunes qui sommes dans la jeune trentaine partageons nos vies de pèlerins avec des gens merveilleusement en forme de l’âge de nos parents – avec qui la route, il me semble, semble moins longue et nettement plus sereine. (billet du 3ème jour)

Ce soir, tout autour de notre grande table, dans le petit village d’Aubrac, à cent mille lieux de notre vie quotidienne, des histoires, plus touchantes les unes que les autres, se sont propagées comme se propagent les choses qui sont belles.

J’ai discuté avec un homme dont le père est décédé du cancer après 17 ans de rémission et avec une amie dont la plupart des femmes de la famille ont vécu le cancer du sein. J’ai parlé avec des gens les yeux bordés de larmes d’être simplement ici pour cette cause, une cause qui touche tant de gens, de près ou de loin. Ce soir, j’ai partagé l’histoire d’une jeune femme à qui on a diagnostiqué un cancer alors qu’elle était enceinte, j’ai écouté des histoires de chimiothérapie et de souffrance tout en partageant à mon tour les raisons pour lesquelles j’ai choisi de joindre mes pas aux leurs.

Tous ces pas, le long des 26 km marchés encore aujourd’hui, je les ai rythmés à ceux de cette chère Lucette, ma deuxième mère du temps de mon enfance, la mère de ma meilleure amie Chantal décédée du cancer il y a déjà de cela plusieurs années. Tout comme mes amis pèlerins, je me marche jamais seule. Le souvenir de ces gens disparus est plus présent que jamais. (billet du 5ème jour)

→ Soutenir financièrement « Compostelle en tandem« .

Partagez !

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.