Pas-de-Calais : après les galères, Sophie Kalinowski devient guide randonnée

Revue de presse. Sophie Kalinowski est responsable de l’association Bon pied bon oeil qui fête ses dix ans. Elle a enchaîné les petits boulots, le chômage avant de trouver sa voie. Source : La Voix du Nord.

« Sur les traces de Sophie Kalinowski, guide de randonnée« , Charles-Olivier Bourgeot, La Voix du Nord (06/06/10)

Neuf heures trente, hier. On revoit Sophie Kalinowski pour la photo. Elle insiste : « Surtout n’oubliez pas de dire que c’est une seconde famille. » On l’avait compris. La veille, elle est déjà intarissable sur sa passion, son association, son métier. Ces trois sentiers se croisent chez la guide de randonnée de la Communauté d’Artois-Lys. À 45 ans, cette Béthunoise de souche rêve d’une titularisation, elle qui a enchaîné les contrats depuis 10 ans et l’explosion du tourisme vert.

Elle l’anticipe au milieu des années 90 et se lance, sans emploi, dans une formation gestion touristique régionale. « Ça m’a fait prendre conscience qu’on avait des richesses dans la région, qu’il y avait un potentiel à faire découvrir par la randonnée. »

Or, elle s’y adonne depuis toujours. « J’en faisais sans le savoir. » Se baladant à pied avec ses parents. « Ils me sensibilisaient déjà sur le patrimoine. Mon père était maître d’oeuvre en bâtiment. Mais je ne marchais pas encore sur les chemins labellisés.»

Sophie les découvre avec sa formation, crée dans la foulée un petit site Internet pour les faire découvrir. Elle y prodigue des conseils. Le but : « C’était en faire un métier. » Fini les petits boulots, le chômage, la voie est tracée. Elle ne la quitte plus, cherche juste le bon chemin.

« J’ai commencé à taper aux portes, à aller sur les salons touristiques. » Puis rate un boulot de peu en mairie de Béthune. « Il me manquait un ou deux ans de chômage pour décrocher le contrat. » Alors elle fonde Bon pied bon oeil, toujours dans cette optique. Ils sont trois, insatiables colleurs d’affichettes proposant leurs randonnées deux fois par semaine. « Il a fallu un an pour mettre en route. Il fallait s’accrocher. »

Son expérience grandit. Ça sert : elle décroche un boulot à l’office de tourisme du Lillérois. Sa tâche : développer les randonnées du secteur. La difficulté : se faire accepter des associations locales qui voient sur sa tête la casquette Bon pied bon oeil. « Les gens confondaient. » Alors qu’elle ne vient pas marcher sur leurs sentiers, juste les développer, en créer parfois. Elle veut fédérer les randonneurs.

Sur la bonne voie, elle complète sa formation avec un BEATEP, développe parallèlement l’asso pour laquelle elle organise la première manifestation annuelle à Vaudricourt. C’est en 2001, elle compte alors 40 adhérents. Le pic est atteint cette année avec 61 membres.

Sophie croise « des gens curieux. Certains viennent de s’installer et veulent découvrir la région. Ils ont entre 20 à 78 ans. C’est un beau mélange. » Avec les deux animateurs de l’asso, elle les guide. « On donne des informations sur la faune, la flore, les églises. Il faut être avide de connaissances, toujours apprendre. Quand je fais du shopping, ce n’est pas pour acheter des vêtements, mais des livres. Chez moi, j’ai une sacrée bibliothèque ! » Ça lui donne un savoir inestimable sur ce territoire qu’elle arpente de long en large.

Les sentiers ? Elle cite Catorive, les Pacault à Hinges, Lapugnoy, le Bruaysis, etc. « Je ne veux pas faire de jaloux. Ils sont tous beaux ! » Elle conseille d’y prendre le temps. « On ne le fait plus assez pour regarder, s’arrêter, sentir une fleur. En randonnée, on éveille énormément nos sens. »

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Randonnée, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Pas-de-Calais : après les galères, Sophie Kalinowski devient guide randonnée

  1. j’aimerai faire un bout de chemin avec des marcheurs l’été prochain vers st jean de compostelle j’habite créteil dans le val de marne, je ne connais personne pour une petite rando de temps en temps , merci de me donner quelques infos, j’aime marcher, en janvier j’ai fait les 35 km de boulogne mantes la jolie marche de nuit c’était super à bientot

  2. mail incorrect c’est le bon

  3. dekeyne philippe dit :

    Je fait de la randonnée et voudrais en faire mon métier comme accompagnateur ou guide .j’habite a 30,40 kms des flandres et de ses monts,de la cote d’opale,du boulonais et 20 kms de l’audomarois avec ses marais.La possibilité d’en faire son métier et comment faire pour y arrivée(formation,diplome…)

Les commentaires sont fermés.