Saint-Brieuc : Michel Garreau raconte son périple de 9000 km d’Arles à Jérusalem, en passant par Saint-Jacques-de-Compostelle et Rome

Revue de presse. Michel Garreau, 65 ans, a marché d’Arles à Jérusalem en 2005. Il publie son récit aux éditions Persée : « 9 000 kilomètres à pied sur les pas des Pèlerins du Moyen Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle, Rome et Jérusalem ». Source : Ouest-France.

A 65 ans, à l’âge où le corps a parfois commencé à prendre sa retraite, Michel Garreau, lui, a entrepris un périple de près de 5 000 km à pied : d’Arles à Jérusalem. C’était en 2005. Et ce, après avoir déjà marché sur les chemins de Saint-Jacques-de-compostelle et de Rome.  Le nouvel adepte de la marche, fera aussi quelque 800 km sur les sentiers douaniers et les itinéraires bretons. Soit 9 000 km au total, à pied, pour cet ancien concessionnaire automobile.

110 jours plus tard, et 12 kg en moins, après avoir traversé 9 pays, vécu de nombreuses aventures, surmonté aussi des moments de découragement, mais enrichi de toutes ses rencontres, Michel Garreau entrait dans Jérusalem, heureux d’avoir accompli ce nouveau défi.

 « Contre l’avis de mon entourage, j’ai  projeté de rejoindre Jérusalem via Rome. Au-delà du pèlerinage chrétien, j’ai voulu effectuer cette marche pour la paix et la recherche médicale en pensant particulièrement à mon fils Jean-Michel, paraplégique depuis l’âge de 18 ans. »

Aujourd’hui, ce Briochin qui a du mal à tenir en place, relate cette aventure individuelle dans un ouvrage. Il y raconte ses frayeurs. Ce fut le cas en Turquie (dans sa partie asiatique). Michel Garreau est surpris par une tornade. Son sac à dos de 17 kg donne « une prise supplémentaire au vent. Je ne vois quasiment plus rien. Je me réfugie derrière un panneau publicitaire […] Le vent toujours aussi violent commence à faire fléchir le panneau auquel je me suis adossé. Je me dégage juste au moment où il vole en éclats… »

Les moments de doute, la souffrance physique jalonnent le récit, à l’image d’une vieille douleur qui parfois vous rappelle à son bon souvenir… Heureusement, les rencontres inattendues foisonnent aussi, telle la jeune Tunisienne Dalila, expatriée en Syrie, à la mort de son père, et qui tente de survivre en tant qu’employée d’hôtel.

Pourquoi un tel périple ? Après quoi marchait-il ? « Il faut continuer pour tous ceux qui souffrent, qui n’ont pas le bonheur de marcher, les malades, les malheureux… »

« En écrivant ce livre, 9 000 km à pied, j’ai voulu faire partager cette expérience enrichissante en relatant jour après jour mon cheminement », explique l’auteur. Publié fin 2010 aux éditions Persée, l’ouvrage compte 594 pages et une centaine de photos. Il apporte aussi de façon très documentée des éléments historiques et culturels sur les villes et pays traversés. Comme l’a voulu Michel Garreau, dès le départ de son périple, la totalité des recettes est versée à la recherche médicale.

Son livre :  « 9 000 kilomètres à pied sur les pas des Pèlerins du Moyen Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle, Rome et Jérusalem », Michel Garreau, éd. Persée, 602 p., 25 euros.

Sources : « 9 000 km n’ont pas usé Michel Garreau« , Pierrick Baudais, Ouest-France (12/11/10) « « 9 000 km à pied » ; Michel Garreau dédicace son livre mercredi à Langueux » , Ouest-France (20/12/11)

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Jérusalem, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Saint-Brieuc : Michel Garreau raconte son périple de 9000 km d’Arles à Jérusalem, en passant par Saint-Jacques-de-Compostelle et Rome

  1. Allecco dit :

    Aujourd’hui en moins de cinq heures on peut aller de Paris à Jérusalem , mais voyage-t-on vraiment? Allez à pied jusqu’à Jérusalem avec une telle sérénité malgré le danger réel à chaque pas c’est un véritable mystère. C’est probablement une démarche mystique à la recherche du sens de la Vie à la quelle l’auteur semble m’inviter. Malgré les 600 pages, j’ai lu ce livre comme un roman. Jour après jour on suit l’incroyable aventure.

  2. Jean Michel garreau dit :

    Je suis le fils de l’auteur et ne suis pas tétraplégique. Je tenais à le préciser par pensée et par respect pour ceux qui le sont… Je suis choqué d’avoir lu ces mots !

Les commentaires sont fermés.