Un couple, deux ânesses et un chien marchent de la Bretagne à Cracovie (Pologne)

Revue de presse.  Partis du Tressaint (Côtes-d’Armor), Danielle et Pierre, la soixantaine, font route vers Cracovie (Pologne) avec deux ânesses, Nougatine et Mirabelle, et leur chien Simba.

Un périple de six mois pour aller se recueillir sur la terre du Pape Jean-Paul II pour lequel ils ont une « profonde affection ».  Ils traverseront l’Allemagne, la Tchéquie et la Pologne. Source : Ouest-France.

« Leur pèlerinage pour atteindre Cracovie en Pologne durera six mois« , Ouest-France (06/04/10)

Partis depuis une semaine de Tressaint, petit village breton situé près de Dinan, Danielle et Pierre font route vers Cracovie en Pologne. « C’est un pèlerinage que nous faisons à pied, avec notre sac à dos, accompagnés de deux ânesses, Nougatine et Mirabelle, qui portent les bagages et de notre chien Simba ». En 2008, ils ont fait un pèlerinage à Rome, au Vatican, sur la tombe de Jean-Paul II, pour lequel « nous avons une profonde affection ; cette année, nous voulons aller sur ses terres en Pologne ».

En 2009, ces deux pèlerins, âgés de 68 et 64 ans, sont allés à Lourdes. Pendant six mois, ils laissent leur famille, six enfants et sept petits-enfants, pour se rendre dans des lieux saints « c’est un choix de vie que nous avons fait ». Danielle et Pierre marchent tous les jours, (entre 12 et 15 kilomètres) à l’exception du dimanche « jour du Seigneur ».

Leur première journée de repos a été le jour de Pâques à Pontmain « nous avons pu assister aux offices religieux et séjourner chez les Pères Oblats ». C’est un lieu de pèlerinage qu’ils connaissaient et qu’ils avaient déjà fréquenté.

Avant d’atteindre Cracovie, ils s’arrêteront à Auschwitz, dans la cellule de Saint Maximilien Kolbe. Sur leur route, ils récoltent des intentions de prières qu’ils remettront dans un de ces deux lieux. Leur itinéraire, ils l’ont minutieusement préparé et pensent arriver à Cracovie, mi-octobre.

Chaque soir, ils essaient de trouver une ferme « pour planter notre tente » et « un coin de champ et de l’eau pour nos animaux », ajoutant « notre souci étant de ne pas déranger et de reprendre notre route le lendemain matin ».

Les personnes, qui le souhaitent, peuvent suivre leurs aventures sur leur blog.

Suivez le fil info du marcheur sur Twitter

Ce contenu a été publié dans Autres chemins de pèlerinage, Spiritualité, Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.